NVIDIA annonce ses cartes graphiques Quadro RTX
La génération Turing met l'accent sur le lancer de rayon en temps réel

Le , par dourouc05, Responsable Qt & Livres
Malgré certaines déclarations officielles de NVIDIA selon lesquelles la prochaine génération de cartes graphiques serait encore lointaine, il y a à peine deux mois, voici cependant qu’elle pointe le bout de son nez du côté des machines de calcul, dans la série Quadro, lors de la conférence SIGGRAPH 2018, à Vancouver. Trois cartes ont ainsi été annoncées pour le marché professionnel : les Quadro RTX 5000, 6000 et 8000, pour une mise à disposition fin de l’année. La dénomination RTX fait ainsi référence au lancer de rayon, domaine dans lequel Microsoft (avec DirectX RT) et NVIDIA s’étaient publiquement lancés il y a quelques mois.


Ces cartes ont des caractéristiques intéressantes et promettent, comme attendu, un bon gain de performance par rapport à la génération précédente. Elles compteront entre seize et quarante-huit gigaoctets de mémoire, avec entre trois mille septante-deux et quatre mille six cent huit cœurs de calcul “généralistes” (CUDA, dans la terminologie adoptée par NVIDIA) et entre trois cent quatre-vingt-quatre et cinq cent septante-six cœurs tensoriels (les mêmes qui permettent aux GPU Volta de briller dans l’apprentissage profond, par exemple). Au niveau de la performance en lancer de rayon, NVIDIA annonce entre six et dix milliards d’opérations par seconde. La communication entre plusieurs telles cartes au sein d’une même machine se fera forcément par NVLink.


Ces cartes exploitent des processeurs graphiques de génération Turing, une modification de Volta qui en reprend les cœurs tensoriels et y ajoute des cœurs RT (ray tracing). Ces derniers sont exclusivement dévolus au lancer de rayon, mais ces opérations peuvent également exploiter les cœurs tensoriels (notamment pour les opérations de post-traitement, comme le débruitage). Pour exploiter au mieux ce matériel, NVIDIA propose un kit de développement, NGX, qui intègre le lancer de rayon avec l’apprentissage profond, mais a aussi travaillé avec l’industrie pour l’intégrer directement dans des logiciels courants (Adobe Dimension CC, Allegorithmic, Blender Cycles, Dassault SOLIDWORKS, EA SEED, Unreal Engine, Pixar Renderman, etc.).


Cette combinaison permet d’accélérer d’un facteur vingt-cinq les calculs sur lancer de rayon par rapport à la génération précédente, Pascal : par rapport à des CPU, NVIDIA annonce un facteur trente. Par exemple, la démo qui suit fonctionnait à la GDC sur une machine de calcul à septante mille dollars, équipée notamment de quatre cartes Volta, mais fonctionne de manière aussi fluide sur une seule carte Turing (Quadro RTX 8000).


Outre le lancer de rayon, ces cartes devraient être six fois plus rapides pour le rendu par matricialisation, le plus courant aujourd’hui (notamment dans les jeux vidéo), par rapport à la génération Pascal (pas de comparaison par rapport à Volta, qui n’a presque jamais été disponible pour le jeu vidéo, à l’exception de l’extrêmement chère TITAN V). Niveau prix, on parle de deux mille trois cents dollars pour le modèle “de base” (Quadro RTX 5000) à dix mille pour le plus évolué (Quadro RTX 8000). À titre de comparaison, les Quadro actuelles dans le haut de gamme se vendent aux alentours de quatre mille deux cents dollars (P6000), six mille six cents (GP100)… voire onze mille dollars (GV100).

Quant aux GeForce de génération Turing, on ne sait trop si l’on doit les attendre rapidement (certains promettent une annonce lundi prochain, à la conférence Gamescom, à Cologne) ou pas. En tout cas, elles devraient être dénommés RTX 20xx pour le haut de gamme (celles qui ont assez de puissance pour lancer des jeux avec du lancer de rayon) et GTX 20xx pour les autres.

Sources et images : NVIDIA CEO Jensen Huang Unveils Turing, Reinventing Computer Graphics, Nvidia Turing architecture arrives in high-end Quadro RTX GPUs.

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

NVIDIA lance un système sur puce boosté à l'intelligence artificielle et un kit de développement pour les robots autonomes

Les GeForce Volta de NVIDIA pourraient supporter la technologie RTX, la norme HDMI 2.1, la VRAM GDDR6 et un nouvel algorithme de Boost

Le moteur physique unifié NVIDIA FleX est disponible pour Unity en version bêta, et la performance est déjà présente


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Responsable bénévole de la rubrique Hardware : chrtophe -