Le fabricant de cartes mères Super Micro délocalise sa production hors de Chine
Pour s'affranchir des suspicions d'espionnage de ses clients US

Le , par Patrick Ruiz

47PARTAGES

4  0 
Super Micro, le fabricant américain de cartes mères, a demandé à ses fournisseurs de délocaliser leur production hors de Chine d’après un récente publication de la revue Asian Nikkei. La manœuvre fait suite à la formulation d’inquiétudes de ses clients américains à propos de l’espionnage chinois. En effet, en décembre de l’année dernière, Bloomberg a rapporté que les puces Super Micro étaient livrées avec des portes dérobées chinoises et que c'était la raison pour laquelle Apple avait mis fin à son contrat avec Super Micro.


Avec 60 % de ses revenus issus des États-Unis, Super Micro est le troisième plus gros fabricant de serveurs derrière HP et DELL. Cependant, après des allégations selon lesquelles les cartes-mères de ses serveurs étaient expédiées avec des portes dérobées chinoises, les ventes de l'entreprise ont chuté de manière significative. Super Micro risque maintenant de perdre sa troisième place sur le marché au profit d'Amazon, d'après une analyse que Betty Shyu, analyste serveur chez Digitimes, a partagée avec Nikeei Asian Review.

Parmi les fournisseurs de cartes-mères de Super Micro, on compte Wistron de Taiwan (un assembleur d'iPhone), Pegatron, Universal Scientific Industrial, Orient Semiconductor Electronics de Taiwan, ainsi que sa propre filiale taiwanaise Compuware Technology.

Super Micro avait déjà commencé à transférer sa production de cartes mères de la Chine vers Orient Semiconductor Electronics basé à Taïwan lorsque le différend commercial entre les États-Unis et la Chine s'est aggravé au quatrième trimestre 2018, selon les sources que la revue Asian Nikkei cite. Les allégations de porte dérobée n'ont fait qu'accélérer le mouvement.

Super Micro n’est pas la seule entreprise à délocaliser hors de Chine

D’après des statistiques de Digitimes Research rapportées par la revue Asian Nikkei, plus de 90 % des cartes-mères étaient fabriquées en Chine en 2017. Depuis lors, de nombreux fabricants ont commencé à délocaliser leur production hors de Chine, et en 2018, moins de 50 % des cartes mères y ont été produites. Super Micro s'est aligné à cette tendance et l'entreprise fabriquerait désormais moins de 50 % de ses serveurs en Chine. Elle prévoit également d'augmenter à l'avenir la production en interne de serveurs afin d'éliminer tout risque perçu. À l'heure actuelle, les activités en interne tournent autour de l'assemblage, les pièces elles-mêmes étant sous-traitées à d'autres fournisseurs qui les ont généralement fabriquées en Chine.

Retour sur "The Big Hack"

C’est ainsi que Bloomberg avait appelé ce qui pourrait être l’un des plus grands programmes d’espionnage commercial d’un État-nation. D’après cette publication montée sur la base de documents fournis par ses informateurs et de « preuves additionnelles », des hackers chinois ont infiltré les cartes-mères de Super Micro via des portes dérobées physiques. D’après Bloomberg, le présumé piratage chinois touchait plus de 30 entreprises américaines (clients de Super Micro) dont Apple et Amazon.

Apple et Amazon ont tous deux nié les allégations selon lesquelles leurs serveurs Super Micro auraient été piratés peu après la publication de Bloomberg.

Toutefois, en 2017, l’éditeur The Information a signalé qu'en 2016, les serveurs Super Micro d'Apple ont été mis à jour avec des microprogrammes malveillants provenant directement du site de support de Super Micro. Le logiciel malveillant aurait infecté l'environnement serveur de l'App Store d'Apple ainsi que le laboratoire de conception de l'entreprise. Apple a, là également, nié les retours selon lesquels l’entreprise aurait mis fin à son contrat avec Super Micro pour cet incident et renvoyé tous les serveurs Super Micro qu'elle avait achetés avant ce dernier.

Dans la même publication, Bloomberg a également fait état de ce qu'Amazon a découvert une puce minuscule dans les serveurs Super Micro utilisés par Elemental – une société dont Amazon a fait l'acquisition en 2015. Bloomberg a indiqué qu'Amazon avait signalé la puce potentiellement malveillante aux enquêteurs américains. Ces derniers auraient amené au grand jour le fait que la puce avait été mise au point par des agents de l'Armée chinoise. Seulement, les autorités américaines ont nié l'existence de cette enquête.

Que les portes dérobées matérielles soient une réalité ou non, il semble clair que la publication de Bloomberg a affecté négativement la confiance des clients dans Super Micro ainsi que ses ventes. L'entreprise tenterait d'y remédier en déplaçant sa production à l'extérieur de la Chine, mais la manœuvre suffira-t-elle a provoquer un regain de confiance ?

Source : Asian Nikkei

Et vous ?

La délocalisation hors de Chine constitue-t-elle la solution ultime aux problèmes d’espionnage ? Si non, par quel bout les différents acteurs de la chaîne doivent-ils se saisir de cette préoccupation ?

En admettant que ce soit la Chine qui est le problème, quelles alternatives viables ?

Voir aussi :

Le FBI a résolu un mystère vieux de 15 ans entourant le malware Fruitfly Mac qui était utilisé pour espionner les victimes via leur webcam ou micro
Les caméras de reconnaissance faciale : outils de sécurité ou d'espionnage de masse ? La Chine et d'autres pays adoptent de plus en plus ces outils
Vault 7 : un ancien agent de la CIA a été accusé d'avoir divulgué des informations sur les outils d'espionnage de la CIA à WikiLeaks
Kaspersky Lab expose une opération de cyberespionnage pouvant être liée à la Russie, alors que l'entreprise est accusée d'aider les espions russes
« Espionnage Élysée » : les États-Unis sont derrière l'espionnage de la France, a confirmé l'ancien directeur technique de la DGSE

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Refuznik
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 13:01
La délocalisation hors de Chine constitue-t-elle la solution ultime aux problèmes d’espionnage ? Si non, par quel bout les différents acteurs de la chaîne doivent-ils se saisir de cette préoccupation ?
Bonjour la question orienté !

Déja Blooberg raconte des mensonges depuis le début. Et ce malgré les appels d'Apple, ST Micro et tous les autres car Bloomberg non seulement n'a fournie aucune preuve (d'ailleurs tous les spécialistes s'accordent pour dire que ce big hack est impossible sans que cela se voit) mais aussi n'est pas revenu sur ces allégations et continu allégrement ses fake news et son bashing anti-chinois.

Pour la chine plusieurs entreprises de composants délocalisent dont des chinoises (Birmanie, Cambodge, Vietnam, Taiwan) car les couts de main d'oeuvres ont augmentés (voir explosé pour certains secteurs). Bref rien à voir avec de l'espionnage ou une volonté politique de la part des entreprises.
Avatar de NBoulfroy
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/05/2019 à 12:33
On est plus à un mensonge près avec les USA : entre Trump qui s'acharne sur Huawei (ils ont un accès privilégié au réseau via des zones d'ombre, c'est indéniable mais plutôt que discréditer l'entreprise en l'accusant de choses fausses (pas de preuve), il faudra que les USA admettent que ce qui les gêne, c'est de ne pas avoir le dit accès car l'entreprise en question refuse de les donner pour que la NSA et la CIA puissent s'amuser en toute impunité) et ça, c'est quoi la suite ?
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/05/2019 à 15:08
Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
On est plus à un mensonge près avec les USA : entre Trump qui s'acharne sur Huawei (ils ont un accès privilégié au réseau via des zones d'ombre, c'est indéniable mais plutôt que discréditer l'entreprise en l'accusant de choses fausses (pas de preuve), il faudra que les USA admettent que ce qui les gêne, c'est de ne pas avoir le dit accès car l'entreprise en question refuse de les donner pour que la NSA et la CIA puissent s'amuser en toute impunité) et ça, c'est quoi la suite ?
C'est la guerre économique. Où est le souci tant que Super Micro ne produit plus en France Chine mais .. en Europe par exemple.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/05/2019 à 15:44
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Super Micro avait déjà commencé à transférer sa production de cartes mères de la Chine vers Orient Semiconductor Electronics basé à Taïwan lorsque le différend commercial entre les États-Unis et la Chine s'est aggravé au quatrième trimestre 2018, selon les sources que la revue Asian Nikkei cite. Les allégations de porte dérobée n'ont fait qu'accélérer le mouvement.
Pour Trump passer de la Chine à Taïwan ça ne change rien, ce qu'il faut c'est que les usines reviennent aux USA.
Il faut relancer l'industrie en Amérique du Nord et en Europe de l'Ouest.
C'est bien sympa de donner du boulot aux taïwanais, mais il y a des étasuniens qui recherchent du travail également.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
La délocalisation hors de Chine constitue-t-elle la solution ultime aux problèmes d’espionnage ?
Le soupçon d'espionnage n'est qu'un prétexte parce que les entreprises chinoises dépassent les entreprises US.
Huawei devient numéro 1 et Apple perd des places. (et les gens achètent moins de smartphone)
Les USA ont envie de continuer de faire croire qu'ils sont la première puissance économique.
Si les chinois commencent à maîtriser toute la chaîne depuis la conception, ça craint pour les USA. (au bout d'un temps les chinois ont compris qu'eux aussi pouvaient être ingénieur et créer leurs produits)

Quand on gère un pays c'est fantastique d'avoir un ennemi, ça ressemble le peuple.
À une époque il y a eu la guerre froide contre la grande méchante URSS (bouhou des communistes ça fait peur), aujourd'hui c'est une nouvelle guerre froide contre la grande méchante Chine.

===
Le top pour les entreprises US ce serait de produire aux USA, comme ça les usines seraient sous contrôle.
Avatar de NBoulfroy
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/05/2019 à 15:56
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
C'est la guerre économique. Où est le souci tant que Super Micro ne produit plus en France mais .. en Europe par exemple.
On dépasse largement la "guerre économique" pour le coup. Je ne suis pas sûr que les USA soient content si Micro fini en Europe.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Pour Trump passer de la Chine à Taïwan ça ne change rien, ce qu'il faut c'est que les usines reviennent aux USA.
Il faut relancer l'industrie en Amérique du Nord et en Europe de l'Ouest.
C'est bien sympa de donner du boulot aux taïwanais, mais il y a des étasuniens qui recherchent du travail également.

Le soupçon d'espionnage n'est qu'un prétexte parce que les entreprises chinoises dépassent les entreprises US.
Huawei devient numéro 1 et Apple perd des places. (et les gens achètent moins de smartphone)
Les USA ont envie de continuer de faire croire qu'ils sont la première puissance économique.
Si les chinois commencent à maîtriser toute la chaîne depuis la conception, ça craint pour les USA. (au bout d'un temps les chinois ont compris qu'eux aussi pouvaient être ingénieur et créer leurs produits)

Quand on gère un pays c'est fantastique d'avoir un ennemi, ça ressemble le peuple.
À une époque il y a eu la guerre froide contre la grande méchante URSS (bouhou des communistes ça fait peur), aujourd'hui c'est une nouvelle guerre froide contre la grande méchante Chine.

===
Le top pour les entreprises US ce serait de produire aux USA, comme ça les usines seraient sous contrôle.
Ironiquement, Trump est entrain d'engoufrer son pays dans un conflit inutile car la Chine est ami à la Russie et ces deux nations ont une capacité économique, militaire et politique sans pareille (Chine = usine du monde, Russie = une des réserves en ressources du monde).

Bien évidemment qu'avoir un ennemi rassemble la populace mais je pense que tous les acteurs aux USA ne sont pas non plus dupe. Bien que la Chine soit un "ennemi" en terme de manœuvre politique et de construction d'influence, il vaudrai mieux devenir ami avec (même si moralement, c'est pas top) pour obtenir des avantages non négligeable tout en continuant à serrer la main du Japon qui a des technologies de pointe, notamment militaire, qu'il vaut mieux avoir accès. C'est la même chose avec Poutine, il vaut qu'il soit un bon ami qu'un ennemi.

Pour la question du recul d'Apple, c'est tout le secteur du mobile qui s'en prend un coup : le marché est saturé et aucun constructeur arrive à avoir un produit qui relance le secteur.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/05/2019 à 16:22
Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
Bien que la Chine soit un "ennemi" en terme de manœuvre politique et de construction d'influence, il vaudrai mieux devenir ami avec (même si moralement, c'est pas top)
Les USA et la Chine sont super amis depuis des décennies, les entreprises US font produire en Chine. (les USA ont besoin de la Chine, la Chine a besoin des USA)

Le truc nouveau c'est que Trump n'est pas dans le trip mondialiste / libre échangiste.
Lui il veut que les étasuniens aient du boulot.

Aux Etats-Unis, le bas taux de chômage des Noirs cache de fortes disparités
Le taux de sans-emplois parmi les Afro-Américains est descendu à 6,6%, un plancher jamais vu depuis 1972, qui marque le début de cette statistique. Il reste néanmoins près du double de celui des Blancs (3,6%).
Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
pour obtenir des avantages non négligeable tout en continuant à serrer la main du Japon qui a des technologies de pointe, notamment militaire, qu'il vaut mieux avoir accès.
Le Japon représente que dalle aujourd'hui.
Économiquement c'est une catastrophe, l'état doit être endetté à 300%, les japonais n'ont plus d'épargne, la population vieillit, le taux de natalité est hyper faible.

Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
C'est la même chose avec Poutine, il vaut qu'il soit un bon ami qu'un ennemi.
On est pas dans le monde des bisounours.
Tous les pays ne vont pas être heureux en se tenant la main.

Là ce qui ce passe c'est que selon comment on compte la Chine est la première puissante économique mondiale et les USA n'ont pas envie de perdre leur place.
La Chine et la Russie se rapprochent pour se défendre face aux USA.

En en ce moment les USA essaient de renverser le Venezuela en aidant Juan Guaido (il y a des ressources à s’accaparer).
Avatar de NBoulfroy
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/05/2019 à 17:39
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les USA et la Chine sont super amis depuis des décennies, les entreprises US font produire en Chine. (les USA ont besoin de la Chine, la Chine a besoin des USA)

Le truc nouveau c'est que Trump n'est pas dans le trip mondialiste / libre échangiste.
Lui il veut que les étasuniens aient du boulot.

Aux Etats-Unis, le bas taux de chômage des Noirs cache de fortes disparités

Le Japon représente que dalle aujourd'hui.
Économiquement c'est une catastrophe, l'état doit être endetté à 300%, les japonais n'ont plus d'épargne, la population vieillit, le taux de natalité est hyper faible.

On est pas dans le monde des bisounours.
Tous les pays ne vont pas être heureux en se tenant la main.

Là ce qui ce passe c'est que selon comment on compte la Chine est la première puissante économique mondiale et les USA n'ont pas envie de perdre leur place.
La Chine et la Russie se rapprochent pour se défendre face aux USA.

En en ce moment les USA essaient de renverser le Venezuela en aidant Juan Guaido (il y a des ressources à s’accaparer).
Bien que la santé financière du Japon soit bancale, il reste un acteur majeur de l'économie mondiale et dans le secteur des technologies.

L'épargne japonaise est dispatché en grande partie dans des pays étrangers comme les USA (merci les bons au trésor américain) donc tkt, ils ont encore du cash. Le problème étant qu'il sont une inflation de malade ce qui fait que la consommation s'effondre.

Le Japon reste leader dans certaines technologies de pointe dont celle visant à dégommer des sous-marins.

Oui, la Chine et la Russie font copain copain, je n'ai pas dit l'inverse.

Pour le Vénézuéla, je ne peux pas trop dire car je ne regarde pas trop ce qui s'y passe : je sais uniquement qu'il y a une guerre civile (ou proche) entre l'opposition et le président qui tente de s’accrocher au pouvoir.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/05/2019 à 8:43
Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
L'épargne japonaise est dispatché en grande partie dans des pays étrangers comme les USA (merci les bons au trésor américain) donc tkt, ils ont encore du cash. Le problème étant qu'il sont une inflation de malade ce qui fait que la consommation s'effondre.
Ouais le Japon créer sa monnaie à l'infini et achète des bons du trésors avec, au bout d'un moment on devrait refuser le yen.
Faire tourner la planche à billet créer de l'inflation et des taux négatif.

C'est un peu expliqué là :


La Banque du Japon continue de faire marcher la planche à billets
La Banque du Japon a maintenu en l'état sa politique d'assouplissement monétaire à l'issue d'une réunion de son organe directeur, confiante dans la vigueur de la reprise nippone qui montre pourtant des signes de faiblesse.

L'institut d'émission va entre autres continuer d'augmenter de 50.000 milliards de yens par an (350 milliards d'euros) son stock d'obligations d'Etat, qu'il rachète sur le marché secondaire.

Le statu quo a été décidé mardi 11 mars à l'unanimité des neuf membres du comité de politique monétaire, sous la direction de Haruhiko Kuroda qui avait impulsé cette politique d'assouplissement juste après son arrivée à la tête de l'institution en mars 2013.
Au Japon, les ménages sont les victimes des taux négatifs
Interrogé la semaine dernière à Tokyo par des investisseurs sur les opportunités dans le secteur bancaire japonais, Brian Waterhouse, un analyste de CLSA, s’amusait à conseiller plutôt les placements dans les entreprises fabricant des coffres-forts au Japon. « ;Depuis l’introduction de son taux d’intérêt négatif sur une partie des réserves bancaires excédentaires, certains modèles sont en rupture de stock ;», rappelait l’économiste. Depuis l’annonce de la Banque du Japon (BoJ), de nombreuses familles semblent en effet préférer stocker du liquide chez elles. « ;Cette initiative de la banque centrale a été très mal comprise et a des conséquences financières lourdes que l’institution n’avait, elle-même, pas anticipées ;», explique l’analyste.
Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
Oui, la Chine et la Russie font copain copain
Ils sont bien obligé pour se défendre face aux USA.

Comme avait dit François Mitterand :
« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »
La Chine et la Russie n'ont pas très envie que les USA aient un pouvoir sans partage sur le monde.

Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
le président qui tente de s’accrocher au pouvoir.
C'est le président légitime, il ne s'accroche pas au pouvoir c'est juste sa place, le problème c'est que les occidentaux soutiennent un gars qui veut faire un coup d'état, ce qui est illégal. (dans le protocole international on a pas le droit de faire ça)
Juan Gaido n'a pas de légitimé alors que Nicolás Maduro si !
Avatar de NBoulfroy
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/05/2019 à 10:01
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ouais le Japon créer sa monnaie à l'infini et achète des bons du trésors avec, au bout d'un moment on devrait refuser le yen.
Faire tourner la planche à billet créer de l'inflation et des taux négatif.

C'est un peu expliqué là :


La Banque du Japon continue de faire marcher la planche à billets

Au Japon, les ménages sont les victimes des taux négatifs

Ils sont bien obligé pour se défendre face aux USA.

Comme avait dit François Mitterand : "La Chine et la Russie n'ont pas très envie que les USA aient un pouvoir sans partage sur le monde."

C'est le président légitime, il ne s'accroche pas au pouvoir c'est juste sa place, le problème c'est que les occidentaux soutiennent un gars qui veut faire un coup d'état, ce qui est illégal (dans le protocole international on a pas le droit de faire ça).
Juan Gaido n'a pas de légitimé alors que Nicolás Maduro si !
L'acquisition des bons au trésor américain par les japonais a eu lieu essentiellement dans les années 1980, c'était bien avant la crise monétaire qui touche le pays depuis les années 2000 (et au passage, les années 1980 = l'âge d'or du Pays du Soleil Levant après la IIe guerre mondiale).

Le taux négatif a été mis en place par la banque nationale japonaise pour palier au problème de consommation et relancer celle-ci dans le pays (j'avoue que je trouve ça étrange de mettre un taux négatif). Je n'ai pas assez de connaissances en économie pour dire si c'est une bonne ou mauvaise chose pour les japonais.

Depuis toujours et même après la chute de l'URSS, la Russie a faire sa vie sans l'aval des USA (bien qu'on notera le carnage économique avant l'ère introduit par Poutine). La Chine ... C'est particulier. Déjà, il est interdit que leur monnaie sorte du pays (c'est un délit, de mémoire) donc ça limite le problème des échanges monétaires. En revanche, il est intéressant de noter que l'Empire du Milieu a compris son rôle dans le jeu politique mondial, même si actuellement, leur dirigeant est une sorte de dictateur qui est entrain de mettre en place un rouage idéologique assez problématique et dont l'Europe a compris à peu près le petit jeu (la route de la soie, c'est pas que pour l'argent) sans compter les stratagèmes en Afrique pour obtenir des secteurs et espaces stratégiques de certains pays comme les ports via un système d'emprunt où le débiteur est forcément perdant à cause de taux aberrant (étonnant que personne à l'ONU n'a encore parlé de ça).

Pour la question de l'intervention dans les affaires d'un pays, on sait tous que personne ne respecte pas les règles en vigueur et cela ne gêne pas plus de monde que ça (Libye, Syrie, Irak, Iran, etc. ...) donc bon, on est pas trop bon pour faire la morale en France à ce propos (Libye et Iran bonjour).
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/05/2019 à 10:16
Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
On dépasse largement la "guerre économique" pour le coup. Je ne suis pas sûr que les USA soient content si Micro fini en Europe.
Et ?

Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
Ironiquement, Trump est entrain d'engoufrer son pays dans un conflit inutile car la Chine est ami à la Russie et ces deux nations ont une capacité économique, militaire et politique sans pareille (Chine = usine du monde, Russie = une des réserves en ressources du monde).
Militaire et industrielle certainement, mais économiquement c'est à voir. Le but de Trump est un rapatriement de l'activité industrielle aux USA, et ce n'est certainement pas inutile, de son point de vue. Sauf à vouloir pour des consortium chinois dans 20 ans, 10h par jour, 6 jours sur 7 ... en souriant parce que tu es filmé et que 10 millions d'autres types veulent ta place.
Mais c'est surtout une guerre monétaire.

Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
Bien évidemment qu'avoir un ennemi rassemble la populace mais je pense que tous les acteurs aux USA ne sont pas non plus dupe. Bien que la Chine soit un "ennemi" en terme de manœuvre politique et de construction d'influence, il vaudrai mieux devenir ami avec (même si moralement, c'est pas top) pour obtenir des avantages non négligeable tout en continuant à serrer la main du Japon qui a des technologies de pointe, notamment militaire, qu'il vaut mieux avoir accès. C'est la même chose avec Poutine, il vaut qu'il soit un bon ami qu'un ennemi.
Aucun intérêt à être ami ou ennemi avec la Chine, ou même certains de nos voisins proches, qui nous font une concurrence déloyale. Pour la Russie qui nous fournit en gaz et dispose d'un potentiel militaire (et nucléaire) conséquent, mieux vaut être ami qu'ennemi d'autant que les sanctions économiques actuelles nous ont coûté 400 milliards d'euros.

Au fait les USA ont viré les chinois de Long Beach, qui est de nouveau un port américain.
Responsable bénévole de la rubrique Hardware : chrtophe -

Partenaire : Hébergement Web