Des scientifiques ont mis au point des disques en verre capables de stocker 360 To de données
Et les conserver pendant des milliards d'années

Le , par Bill Fassinou

150PARTAGES

24  0 
Notre crainte de ne pas pouvoir conserver toutes les données liées à notre histoire pourrait bientôt être effacée grâce à un tout nouveau type de support de stockage que les chercheurs ont mis au point. Les scientifiques de l’université de Southampton en Angleterre ont mis au point de disques de stockage en verre capables de stocker des données d’une taille de 360 téraoctets, mais là n’est pas la particularité de ces disques. Ces derniers sont en effet conçus pour conserver les données sur plusieurs milliards d’années.

Le volume des données générées par les hommes a fait un grand boom pendant ces deux dernières décennies. Même si jusqu’à présent l’on parvient à stocker et à conserver ces données, les supports de stockage actuels sont-ils capables de maintenir ces données en vie pendant des millions d’années ? Cette inquiétude va peut-être disparaître avec les travaux des chercheurs de l’université de Southampton. Ces derniers ont révélé au grand jour une option de stockage quasi éternel qui pourrait permettre de conserver toutes les données de l’humanité sur des milliards d’années.


Avec la technologie dénommée Eternal 5D, les scientifiques ont sûrement fait un grand pas en avant dans le développement d'un stockage de données numériques capable de survivre pendant des milliards d'années. Ces disques reposent sur une architecture de verre nanostructuré. Ils permettent ainsi un processus d’enregistrement et de récupération de données numériques à cinq dimensions (5D) par écriture laser femtoseconde. Autrement dit, les chercheurs ont mis au point un disque dur capable de stocker d'énormes quantités de données sur de petits disques en verre en utilisant l'écriture laser.

Les nanostructures auto-assemblées modifient le trajet de la lumière à travers le verre, modifiant ainsi la polarisation de la lumière, qui peut ensuite être lue par une combinaison de microscope optique et d'un polariseur, similaire à celle des lunettes de soleil Polaroid. Considéré comme le « cristal de mémoire Superman », la mémoire en verre ayant été comparée aux « cristaux de mémoire » utilisés dans les films Superman, les données sont enregistrées via des nanostructures auto-assemblées créées dans du quartz fondu. Le codage de l'information est réalisé en cinq dimensions : la taille et l'orientation en plus de la position en trois dimensions de ces nanostructures.


Le stockage offrirait des propriétés sans précédent, notamment une capacité de données de 360 ​​To/disque, une stabilité thermique jusqu’à 1 000 °C et une durée de vie pratiquement illimitée à une certaine température (13,8 milliards d’années à 190 °C), ouvrant ainsi une nouvelle ère d’archivage de données. En tant que forme de mémoire portable très stable et sûre, la technologie pourrait être très utile aux organisations possédant de grandes archives, telles que les archives nationales, les musées et les bibliothèques, pour conserver leurs informations et leurs archives. La technologie a été démontrée expérimentalement pour la première fois en 2013 lorsqu'une copie numérique d'un fichier texte de 300 kb avait été enregistrée avec succès en 5D.

À en croire les propos des universitaires, la technologie aurait déjà servi à stocker des données sensibles de certaines organisations comme l’UNESCO et Opticks de Newton. Aujourd'hui, expliquent-ils, des documents majeurs de l'histoire humaine, tels que la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH), Opticks de Newton, Magna Carta et Kings James Bible, ont été sauvegardés en tant que copies numériques pouvant survivre à la race humaine. Une copie de la DUDH encodée dans le stockage de données 5D a récemment été présentée à l'UNESCO par la CCO lors de la cérémonie de clôture de l'Année internationale de la lumière (AIL) à Mexico.

« Nous sommes ravis de penser que nous avons créé la technologie permettant de conserver les documents et les informations et de la stocker dans l'espace pour les générations futures. Cette technologie peut sécuriser les dernières preuves de notre civilisation, tout ce que nous avons appris ne sera pas oublié, a déclaré dans l’annonce le professeur Peter Kazansky du centre de recherche en optoélectronique (Optoelectronics Research Centre).

Source : Université de Southampton

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Cette technologie révolutionnera-t-elle la manière de stocker les données selon vous ? Pourquoi ?
Pourra-t-elle être utilisée à grande échelle ?

Voir aussi

Une nouvelle technique permet d'avoir des capacités de stockage exceptionnelles qui seraient 1000 fois supérieures à celles des disques durs actuels

Stockage : bientôt des disques durs de 40 To minimum grâce à des avancées avec la technologie MAMR

Samsung dévoile son support de stockage SSD de 30TB tenant sur 2,5 pouces, il serait le plus grand du format à ce jour dans le monde

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de lsbkf
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 4:02
Mais ça sert à quoi si le procédé de lecture est perdu/inconnu ? On parle du support de stockage en partant du principe qu'il y aura quelqu'un pour le lire dans quelques milliards d'années, mais où est la durée de vie du lecteur ? Comment des générations futures ou une autre forme de vie peut-elle ramasser un bout de verre et se dire "ah mais oui c'est bien sûr évidemment il y a de l'information dedans" ?
7  0 
Avatar de esperanto
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 7:47
Excellentes remarques des deux intervenants précédents.

Plus près de nous, il faut savoir que certaines archives du projet Apollo sont désormais illisibles même si les supports ne sont pas trop abimés, juste parce que la NASA n'a pas conservé les lecteurs...

Par contre quand je vois que dans les vidéos leur première préoccupation est de sauvegarder la Bible (et en plus, pour rebondir sur les message précédents: la bible en anglais bien sûr, car c'est cette langue que parleront tous les hommes dans dix mille ans!!!), je me dis que même dans des milliers d'années y'a des choses qui ne changeront jamais chez les ricains...
6  0 
Avatar de vanquish
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 13:42
Je vous trouve très critique.
Personnellement, je trouve le projet très intéressant.

Première critique : qui pourra lire les données dans 100.000 ?

Que ces chiffres soient hors d'atteinte est plutôt une bonne chose.
C'est un peu comme le passage des adresses IPv4 à IPv6, les chiffres sont tellement vertigineux que l'on peut à bon droit penser que l'on a réglé le problème une fois pour toute (même si on n'est jamais certain de rien).

Certes, les chercheurs font bien référence "aux générations futures", mais de façon plus pragmatique et immédiate, le soucis de la pérennité des données dans le temps est un problème récurent depuis le tout début de l'informatique et crucial dans tout un tas de domaines. Dans ce contexte, comme l'indique un autre post, les supports actuels qu'ils soient magnétiques ou optiques ont une durée de vie fiable à 100% très courte (au bout de 1 à 2 ans, on n'est plus certain de rien).

Avoir trouvé un système fiable sur plusieurs millénaires, ce n'est pas forcement pour lire les données dans 100.000 ans.
Savoir que le support est fiable à 100.000 ans, me garantie que je pourrait le lire dans 15 ans.

Aujourd'hui on en est très très loin, et on en est réduit à copier de support en support, de serveur en serveur, encore et encore.

Dans ce cadre, le problème de lecteur évoqués par ailleurs n'en est pas un.
A 15 ou 20 ans, on a toujours les lecteurs : on sait toujours lire des 78 tours et on peut toujours acheter un lecteur de disquette pour 15 euros.
Les supports qui bien plus de mal à suivre que les lecteurs.

Entre nous, ceux qui ont perdu des données à cause d'un problème de lecteur sont des incompétents.
Quand tu vois tomber en panne ton avant-dernier lecteur de bandes magnétique ou de cartes perforées, tu ne te demandes pas s'il ne serait pas temps de transférer tes données sur un autre support ?

Au tout début de ma carrière, j'ai connu une société qui avait des salariés dont l'unique boulot était de copier leurs milliers de disquettes pour en avoir toujours une copie de lisible - tant en terme de support, que de lecteur, passant du 5'1/4 à 3'1/2, de la simple à la double densité etc..

Pour ce qui est de la fragilité du support, où a-t-on vu qu'on avait seule copie de ses archives stockée en un unique endroit ?
Vol, malveillance, et catastrophe reste toujours possible.

Pour moi la vrai question concerne la possibilité d'industrialiser le concept.
Entre un projet universitaire est une solution industriellement exploitable, il y a souvent un fossé.
Un post évoquait la vitesse d'écriture, par exemple - si elle n'est pas en adéquation avec le reste, alors c'est effectivement mort.

Dans le cas contraire, il y aura tout un tas d'applications pratiques relativement immédiate, sans forcement vouloir passer notre histoire à des générations futures.
6  0 
Avatar de viper1094
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 5:25
Comprend bien qu'on à exactement la même problématique avec les langues. Autre forme de vie= probabilité de capacité de compréhension de l'autre quasi nulle.
Quant à la prospérité du support de lecture, j'ai une question. Combien de temps as t'il fallu pr traduire les hiéroglyphes ? Voilà. Il y aura tjrs des problèmes de 'compatibilité', mais on fait de notre mieux. Si l'info est là c'est déjà pas mal non ?
5  0 
Avatar de Doksuri
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 11:58
avec l'extinctions des especes animales et tout... une des idees pour ce support serait de cataloguer un maximum d'infos sur la vie en 2020 pour les generations futures.
un genre de snapshot pour une annee X
4  0 
Avatar de Steinvikel
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 12:49
Citation Envoyé par viper1094 Voir le message
100h ?? On compte de la même manière là ?
Du verre effectivement c'est fragile. Mais un disque dur, il tombe il casse aussi dans 80% des cas.
Réécriture ? Ca j'en sais rien par contre.
Maintenant je me demande bien quel est la vitesse de gravure c'est vrai
le "verre" est une catégorie de materiaux, ça ne disigne pas uniquement les vitres et les verres de cantine... les pierres les plus dures sont à base de forte concentration de quartz et mika si je me rappel bien : le granite, le grès...

ici, par verre, ils précisent désigner du quartz : "les données sont enregistrées via des nanostructures auto-assemblées créées dans du quartz fondu."
ce support résiste donc à n'importe quel incendie, et hypotétiquement à une coulée de lave. Il resiste également aux acides à très forte concentration (et aux bases également). Il est insensible aux UV, visible, et infrarouge ...naturels (sans focalisation)... c'est l'un des matériaux les plus stables qui soit.
Si lensemble du disque est sous forme de cristaux, il sera peut-être plus robuste que du verre pare-balle.

La vitesse d'écriture importe peu tant que c'est pas 1ko/s, car c'est pas voué à devenir de la mémoire système, mais à de l'archivage, la vitesse de lecture est bien plus importante.

Les oeuvres culturelles, créative, brevets, fait historiques, relevés scientifiques, etc. ne sont que très TRÈS rarement modifiés, on écrit les données une fois pour toute.
Je pense que ce support est réinscriptible à l'infini, car il fait fondre le quartz pour lui imprimer l'alignement de sa forme cristaline lorsqu'il se refroidi.

Ma grande curiosité concerne la consomation électrique de l'écriture... qui fait fondre du quartz à1000°C ^^' sur une petite surface, mais je sais pas s'il conduit bien la chaleur sous sa forme cristaline.
4  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 14:54
Citation Envoyé par vanquish Voir le message
Je vous trouve très critique.
Personnellement, je trouve le projet très inintéressant.
Au contraire le projet est très intéressant, vu que les données sur CD ou HD ne peuvent êtres stoquées que quelques années.
A partir du moment ou c'est plus de 20 ans c'est déjà largement mieux que ce qu'on a.
4  0 
Avatar de viper1094
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 8:09
Pas faux mais bon. Disons que la Bible c'est qque chose d'important dans l'histoire ? Enfin je crois. Par contre pr le projet Apollo sérieusement ? Genre la NASA a vraiment fait une telle connerie ? Waah xD
3  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 8:15
durée moyenne des différents supports :
inscription sur la pierre : 10000 ans
sur un parchemin : 1000 ans
sur 1 pellicule : 100 ans
sur 1 vinyle : 50 ans
durée moyenne cd/dvd 15 % 1 à 5 ans 85 % plus de 20 ans
disques durs : pas de garantie par les constructeurs au delà de 5 ans
mémoires flash clés usb jusqu'à 100000 écritures, juste en lecture : 10 ans en archivage

Je pense que gravé dans du quartz en profondeur, on pourrait monter à 100000 ans. Et à l'échelle géologique, il peut s'en passer des choses en 100000 ans.

La remarque sur les langues est intéressante. La solution est de donner un mode d'emploi, compréhensible sans usage de la langue. Exemple de la plaque de pionneer, qui a 47 ans.

Sans tricher qui est capable de donner la signification de la seconde image ?
2  0 
Avatar de squizer
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/06/2019 à 8:59
L'article ne porte pas tant sur la durée de vie sur stockage mais surtout sur sa capacité.
360To quoi, dans un petit (?) disque. Ca vous épate pas ?
Ce genre de stockage n'est pas voué à survivre à notre civilisation, mais à pouvoir conserver, pour nous, efficacement notre histoire. On peut se poser quelques bonnes questions:

  1. Vitesse de gravure du support ? Parce 360To à déjà 1Go/seconde ça va être long (100h)
  2. Résistance au choc ? Du verre, ça tombe, ça casse !
  3. Réécriture ? En cas d'erreur de gravure, on peut recommencer ? Il y a une forme d'ECC ?
2  0 
Responsable bénévole de la rubrique Hardware : chrtophe -

Partenaire : Hébergement Web