Les GAFA ne se lancent pas dans les énergies renouvelables par philanthropie
Ils veulent devenir des acteurs forts des microréseaux électriques

Le , par dourouc05

35PARTAGES

12  0 
L'empreinte carbone des entreprises du numérique est loin d'être négligeable : les centres informatiques américains requièrent, à eux seuls, une petite vingtaine de réacteurs nucléaires (à raison d'un gigawatt par réacteur). Greenpeace lançait déjà un avertissement en 2010 : la consommation électrique est trop importante. En 2017, l'ONG a émis un rapport mis à jour sur les services les plus écologiques : Facebook, Google et Apple faisaient partie des meilleurs élèves, contrairement à Amazon.

Comment en sont-ils arrivés là ? En 2011, Facebook a ouvert son premier centre informatique en Europe, mais pas n'importe où : en Suède, ce qui lui permet d'avoir accès à de l'hydroélectricité (pas forcément aussi écologique qu'on pourrait le croire, pourtant…). Google investit dans l'éolien, Microsoft dans le solaire. Apple promet, dès 2012, de ne plus dépendre que de sources d'énergies renouvelables, jusque dans ses boutiques.

Il paraît normal de se demander s'il s'agit d'un effet Greenpeace ou d'une potentielle nouvelle source de revenus… En effet, les énergies renouvelables fonctionnent très différemment des autres centrales électriques : on peut prédire la production d'électricité, mais on ne peut pas la moduler en temps réel selon les besoins (comme on peut le faire avec une centrale au gaz ou au charbon — le nucléaire étant une exception, vu qu'il fonctionne presque toujours à plein régime). Pour pallier ces inconvénients, bon nombre de technologies ont été développées, comme des batteries pour le stockage d'électricité (stocker quand on produit trop, utiliser les réserves quand on ne produit pas assez), la maîtrise de la demande en électricité (le réseau demande aux usines de consommer plus ou moins en fonction de la production — demand-side management), mais aussi les microréseaux.

La plupart des réseaux électriques actuels sont de très grande taille, fortement interconnectés entre pays : c'est une infrastructure très lourde et très chère à maintenir. Créer un tel réseau de zéro est parfois hors de prix, notamment en Afrique subsaharienne : certaines régions sont passées au concept de microréseau, avec une infrastructure très limitée en surface. On peut donc avoir un microréseau à l'échelle d'un parc d'activités (quelques entreprises), d'un quartier, ce qui limite les besoins en matériel. Selon les cas, ce microréseau peut être connecté au réseau global (la production locale servant à absorber les pics de production, qui nécessitent de surdimensionner les compteurs électriques, notamment), mais ce n'est pas nécessaire.

En résumé, un microréseau est constitué d'une capacité de production d'électricité (hydroélectricité, panneaux solaires, éoliennes, cogénération, batteries, etc.) ou d'autres énergies (chaleur extraite des ordinateurs, par exemple), de consommateurs (particuliers ou entreprises) et d'une infrastructure reliant le tout (câbles électriques, convertisseurs entre courant alternatif et continu, etc.). Ensuite, on peut ajouter, par exemple, un contrôleur intelligent (EMS) pour décider qui peut consommer l'énergie produite, en fonction des besoins de chacun.

Et les GAFA ? Ils doivent déjà construire un microréseau (par centre informatique), avec la production, la consommation et l'infrastructure. Ils pourraient donc, à moindres frais, étendre ces microréseaux à leurs voisins et leur vendre des services (électricité, chaleur). Pour preuve, Microsoft et Facebook se sont alliés pour la recherche dans les microréseaux : ils ont créé une structure qui doit réunir cinquante millions de dollars d'ici à 2020.

Source : Pourquoi les géants de l'Internet misent sur les énergies renouvelables.

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de psychadelic
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 21/07/2019 à 14:07
ce n'est pas de la philanthropie mais du pragmatisme.
les technologies de l’information consomment 10% de la production mondiale d’énergie, actuellement, et cela augmentera drastiquement avec l'internet des objets.

Que la planète soit de plus en plus polluée est le cadet de leur soucis, ce qui les préoccupent c'est de pouvoir continuer à vendre leurs "service",
La moindre panne de courant leur coûte un bras surtout si leur(s) concurrent(s) peuvent eux continuer à fournir leur service parce qu'il auront su être autonome sur ce problème.

Bien sur ils ont tout intérêt à communiquer sur leur soit-disant idéologie de "sauver la planète", mais c'est surtout parce que c'est "vendeur" d'un point de vue marketing.
Je veux bien leur accorder 5 minutes de conscience écologiste, ça doit être le temps de parole maxi sur ce sujet lors de la réunion annuelle des actionnaires.
5  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/08/2019 à 10:32
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Le nucléaire est la source d'énergie la plus propre et la plus rentable.
Ça dépend des critères.

On verra ce qu'en penseront les enfants de nos enfants, leur monde plein de déchets radio-actifs à gérer avec des coûts astronomiques.
5  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 21/07/2019 à 10:01
Et combien d'éoliennes faudra t'il pour remplacer 20 centrales nucléaires ? Le tout vert me parait difficile à atteindre. Par contre d'autres alternatives sont intéressantes, telles qu'utiliser la chaleur dégagée par le refroidissement des datacenters comme chauffage urbain (ce qui commence à se faire). Réduire la consommation énergétique est aussi une piste.
5  1 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 22/07/2019 à 12:41
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Et combien d'éoliennes faudra t'il pour remplacer 20 centrales nucléaires ?
Plusieurs dizaines de milliers. Une éolienne c'est quelques MW (3 ou 4) et une centrale nucléaire plusieurs milliers (ça dépend beaucoup du nombre de réacteurs).

La grosse différence c'est que pour une éolienne on parle de capacité de prod, il faut encore que le vent souffle en continu.

Quand tu fais le bilan de bout en bout l'éolien coute plusieurs dizaines de fois plus cher que le nucléaire pour rendre le même service. Mais tu risques de tuer seulement des oiseaux.

Ce qui est certain c'est qu'en France on remplacera pas le nucléaire existant avec de l'éolien, non seulement on en a pas les moyens, mais on a aucun endroit viable où les positionner.
4  0 
Avatar de spyserver
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/07/2019 à 10:33
Dans les ENR, les éoliennes et les panneaux solaires sont loins d'être encore au point (recyclage, durée de vie, matériaux usant de terres rares, continuité, etc ...) excepté l'hydraulique où le process est relativement mature, on pourra pas faire beaucoup mieux.
Le nucléaire reste au dessus mais les investissements doivent se poursuivre notamment avec les EPR mais aussi dans la recherche avec ITER, car soyons clair, ça reste le meilleur espoir face aux consommations à venir (sans parler des clims qui vont explosées ds des régions jusque la épargnées).
3  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 11/08/2019 à 10:50
Oui certes mais pour les énergies fossiles c'est beaucoup moins que ça
Oui, mais avec la fragmentation hydraulique, on peut estimer qu'il y aura des ressources exploitables qui ne le sont pas maintenant pour des raisons de couts, ainsi que des puits en profondeur sous la mer.

On peut pas tout arrêter en même temps, la priorité c'est de supprimer la dépendance aux énergies fossiles qui elles seront en tension très très forte à court terme.
Je pense qu'avec la consommation d'énergie allant en croissnat, il y aura les mêmes tensions au niveau des ressources pour le nucléaire. Surtout que beaucoup de gisements sont des dans zones pas très stables géopolitiquement parlant.

72% de l’électricité en France est produite par le nucléaire, on est donc pas prêt d'en sortir. Mais 66% de la population habite à moins de 75km d'un réacteur nucléaire. Pour rappel, la zone d’exclusion de Tchernobyl est de 2600 km2 . La superficie de l'Alsace, région de la fameuse centrale controversée de Fessenheim est de 8200km2 .

Avoir trois enveloppes de bétons, devenant une masse fondue à 1300° quand le corium (magma de réacteur nucléaire fondu) a lui une température de 3000° ne me rassure pas entièrement. Le type de réacteur de Tchernobyl type RBMK n'est plus utilisé mais il en reste une dizaine en production, même si leur sécurité a été amélioré.

Statistiquement, le risque est faible, mais il augmente avec la multiplication des centrales. C'est un peu comme prendre un avion, le risque est statistiquement très faible et plus faible qu'avoir un accident de voiture, mais les chances de survie dans un crash d'avion sont bien plus faibles qu'en voiture.

Je pense que le nucléaire est quand même l'avenir, avec de nouveaux types de centrales avec des déchets de fission beaucoup moins polluants, d'ici 20 à 50 ans et enfin la fusion nucléaire d'ici peut-être 100 ans.

En attendant, les pistes possibles sont d'augmenter la production d'énergie propre avec les éoliennes, l'énergie marémotrice, la géothermie, le photovoltaïque. Si chaque particulier produisait une partie de ce qu'il consomme, ce serait pas mal, et ça c'est possible au moins en partie avec le photovoltaïque venant complémenter le réseau de distribution L'augmentation des habitats passifs est une solution, mais pas à court terme.
3  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 12/08/2019 à 18:38
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Oui, mais avec la fragmentation hydraulique, on peut estimer qu'il y aura des ressources exploitables qui ne le sont pas maintenant pour des raisons de couts, ainsi que des puits en profondeur sous la mer.
Oui mais ce qui a fait les 30 glorieuses c'est le pétrole de 1 à 10$ par baril de coût d'exploitation. Là tu es entrain de parler d'un pétrole (si on peut encore parler de pétrole pour ce type d'huile) entre 50 et 100$ par baril de coût d'exploitation c'est plus du tout la même tisane.

Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
En attendant, les pistes possibles sont d'augmenter la production d'énergie propre avec les éoliennes, l'énergie marémotrice, la géothermie, le photovoltaïque. Si chaque particulier produisait une partie de ce qu'il consomme, ce serait pas mal, et ça c'est possible au moins en partie avec le photovoltaïque venant complémenter le réseau de distribution L'augmentation des habitats passifs est une solution, mais pas à court terme.
Il n'y a pas d'énergie propre. Les pistes que tu décris n'ont vraiment rien de propre. Elles n'émettent rien en exploitation mais pour les fabriquer, les mettre en œuvre et les exploiter elles consomment indirectement énormément de ressources fossiles et de métaux en tout genre.

Une éolienne fabriquée en Chine et installée puis exploitée en France a un bilan carbone neutre au cours de sa courte vie (30 ans). Ça veut dire que le gain pour le système terre est de ZERO.

De plus l'éolien et le solaire sont intermittentes, entre la capacité installée et la production réelle il y a un gouffre. Donc tu as besoin d'avoir une énergie pilotable de même capacité et là il n'y a pas 36 solutions : C'est charbon, gaz, ou nucléaire. C'est pour cette raison que les allemands n'ont jamais autant utilisé de charbon, parce qu'ils sont sortis du nucléaire par idéologie plutôt que sur la base d'arguments rationnels. Ah ça ils en ont planté des éoliennes et des panneaux solaires, ils ont investis des centaines de milliards d'euros là dedans, entre 700 et 800 milliards je crois, c'est la pire gabegie de l'histoire et on va le payer très très cher dans un futur proche.

L'éolien et le solaire c'est très bien dans les régions qui ont le climat qui va bien, donc c'est local et spécifique, ça n'est absolument pas une solution d'ensemble pour remplacer du fossile ou le nucléaire, et notre drame c'est justement qu'il n'y a rien d'autre que des économies drastiques pour faire face à ce problème.
3  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 12/08/2019 à 21:44
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
En 2018, l'Allemagne a utilisé plus de sources renouvelables que de charbon. L’écart reste faible 40% pour le renouvelable, 38 pour le charbon, mais c'est encourageant.
Ce que je veux dire c'est que parce que l'Allemagne a décidé d'investir massivement dans le renouvelable tout en sortant du nucléaire elle a été contrainte d'augmenter avec sa consommation de charbon.

Remplacer du nucléaire par du "renouvelable" c'est en fait augmenter du même montant soit le gaz soit le charbon parce que pour être certain de produire l'électricité dont tu as besoin tu dois avoir une production pilotable ce que les renouvelables ne sont pas.

Donc quand ça vente que le soleil est là ils baissent la production des centrales à charbon et que ça vente pas et que ya pas de soleil ils augmentent la production des centrales à charbon.

Résultat là où avant tu produisais 1000 avec ton nucléaire tu dois installer de quoi capter 1000 en renouvelable et en parallèle tu dois maintenir 1000 en charbon / gaz.

Si tu prends les chiffres disponibles tu peux comparer la France et l'Allemagne c'est juste hallucinant.

Ils ont des capacités de production renouvelable gigantesques qui ne produisent au final presque rien et ils font presque 20 fois plus d'émissions carbonées que nous.

Je veux bien qu'on m'explique en quoi le développement du renouvelable en Allemagne est une bonne nouvelle !

Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Mais de toute façon, nous consommons beaucoup trop d'énergie pour pouvoir changer les choses de façon significative à brève échéance.
Le problème c'est que baisser la consommation d'énergie c'est très récessif.
3  0 
Avatar de dourouc05
Responsable Qt & Livres https://www.developpez.com
Le 13/08/2019 à 2:35
Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Et comment cette électricité va-t-elle se retrouver en Europe (ou ailleurs) ?
Bien joli de nous pondre des beaux discours, mais ils sont incomplets, alors sans intérêt.
Oh, ne t'inquiète pas, le transport arrive. J'ai pas mal entendu de liens HVDC pour transporter beaucoup de puissance sur une très longue distance. Par exemple, entre la Belgique et la Grande Bretagne, une interconnexion de 140 km et 1 GW (courant continu, 400 kV) : https://www.tdworld.com/intelligent-...gium-hvdc-link (ils réussissent à confondre mW et MW, mais bon…). Pour une analyse plus détaillée dans un cadre de réseau électrique global : https://medium.com/predict/future-of...c-9800a545cd18. Pour un coût assez raisonnable à l'échelle mondiale (une centaine de milliards de dollars) : https://newmobility.news/2018/08/17/...-damien-ernst/.
3  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/07/2019 à 4:44
On parle d'entreprises qui font tourner d'immenses parcs de serveurs. S'ils peuvent trouver un moyen de faire baisser la facture d'électricité alors pourquoi pas. En plus cela leur donne une bonne image verte.
2  0 
Responsable bénévole de la rubrique Hardware : chrtophe -

Partenaire : Hébergement Web