Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une jeune entreprise française dit être bien avancée sur un prototype d'ordinateur portable GNU/Linux modulaire : le projet Open Computer
Veut faciliter la réparation et la mise à niveau des PC

Le , par Michael Guilloux

17PARTAGES

27  0 
Le projet avait déjà été présenté par l'un de ses auteurs sur ce site en mars 2018. Baptisé Open Computer, il est annoncé comme une solution au problème de plus en plus marquant de la réparabilité et la mise à niveau des ordinateurs portables. Il s'agit en effet d'un ordinateur portable modulaire constitué de blocs contenant des pièces standards du marché. Sans inventer de nouveaux composants, les initiateurs de ce projet veulent simplement réorganiser l’architecture matérielle des PC afin de permettre à n'importe quel utilisateur de changer soi‐même les pièces de son ordinateur en quelques secondes et sans risque de casse. Cela devrait également avoir un impact positif sur l'environnement, étant donné que l'utilisateur n'aura pas à jeter sa machine à la moindre panne où dès qu'il estime que les caractéristiques du PC sont obsolètes.

« Ce projet, appelé Open Computer, permettrait de changer les pièces internes de son ordinateur très facilement via un système de blocs (pas de vis, interchangeable d’une simple pression) », avait annoncé l'un des initiateurs d'Open Computer. Et d'ajouter que : « un algorithme sur notre site permettra également d’identifier les pièces défectueuses du PC pour savoir lesquelles remplacer. »


La modularité du PC reposerait sur 3 niveaux :

  • les blocs : les composants principaux de l’ordinateur (RAM, SSD, carte graphique, etc.) sont présents sous forme de blocs. Ils seront conçus pour être le plus accessibles possible, aucune vis ne sera utilisée, et ils seront interchangeables d’une simple pression ;
  • les mods : il s'agit des modules complémentaires s’appuyant sur les ports USB C, comme la webcam, le port DisplayPort. Ils seraient ainsi facilement remplaçables et ils seront open hardware ;
  • un écran détachable et une interface remplaçable (clavier, touchpad).

La vision de Cairn Devices, la jeune entreprise basée à Strasbourg, créée pour gérer ce projet, est de concevoir un ordinateur libre (système open source et matériels open hardware), même si cela ne sera pas le cas à 100 %. Pour commencer, des composants seront achetés chez des fournisseurs tiers, mais tout ce qui sera conçu par l'entreprise Cairn Devices elle-même sera open hardware. Elle promet également de faire tout son possible pour rendre le PC modulaire le plus libre possible. Ainsi, l'entreprise en grandissant aura la capacité à chaque nouvelle version de l’Open Computer de le rendre un peu plus libre, éventuellement en remplaçant des composants propriétaires par des composants open hardware.

Cairn Devices a été créée en septembre 2016, mais le temps de trouver les fonds nécessaires pour financer le projet, ce n'est qu'en janvier 2019 que l'équipe a repris activement le prototypage. Depuis lors, elle a connu des moments de galère :
  • une carte mère qui ne marche pas simplement parce que le fournisseur s’est trompé d’alimentation ;
  • ils reçoivent la bonne alimentation, mais sans le bouton d'allumage ;
  • le bouton (et la nappe pour le relier à la carte mère) leur est enfin livré, mais la carte mère ne s'allume toujours pas. La puce graphique intégrée n'est pas suffisante (choix du constructeur), elle a donc besoin d'une carte graphique ;
  • la carte graphique est livrée, l’écran apparaît enfin, le BIOS et GNU/Linux se lancent, les ventilateurs tournent bien à fond, mais la carte mère s’éteint toujours au bout de 30 secondes. Cause : le circuit présent sur la carte mère était pour un autre type de ventilateur (encore une erreur du fournisseur) ;
  • les bons ventilateurs arrivent enfin, mais c'est au tour de la nappe du bouton de prendre un coup. Précisons que deux mois plus tôt, elle était entrée en contact avec une partie conductrice sur la carte mère et un peu de fumée s'était échappé ;
  • etc.

Après être venue à bout de tous ces obstacles qui nécessitaient chaque fois d'attendre que les fournisseurs livrent de nouveaux composants, Cairn Devices se dit bien avancée sur son prototype ou preuve de concept de PC GNU/Linux modulaire. Pour le moment, l'objectif est de montrer uniquement que le fonctionnement des blocs est valide, tout en faisant en sorte qu'il soit le moins coûteux possible (utilisation de plastique, imprimante 3D, etc.). Les résultats dont donc bons puisque l’ensemble de l’électronique est fonctionnel. Le PC s’allume, et ils peuvent faire quelques actions sur GNU/Linux. Il ne manque plus que le châssis. Le clavier ne fait pas partie de la preuve de concept, mais ils y travaillent.


Dans le contexte écologique actuel et d'un point de vue du consommateur, tout projet de PC modulaire sera certainement bien accueilli. Rappelons en effet que l'électronique représente le flux de déchets qui croît le plus rapidement dans le monde, avec 50 millions de tonnes produites en 2018. C'est ce qu'a révélé un rapport datant de janvier 2019 de PACE (Platform for Accelerating the Circular Economy), une plateforme lancée par le Forum économique mondial. Ce genre de constat a fait naître des initiatives dans plusieurs pays pour lutter contre l'obsolescence programmée et augmenter la réparabilité des appareils électroniques.

En France par exemple, le gouvernement a abordé l'obligation de proposer des pièces d'occasion et l'indice de réparabilité dans son projet de loi « relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire ». Le gouvernement estime que seules 40 % des pannes des produits électriques et électroniques donnent lieu à une réparation et ambitionne de passer à 60 % d'ici cinq ans. Pour y arriver, il mise donc sur l'instauration d'un indice de réparabilité, qui permettra sans doute de lutter contre l'obsolescence programmée. En complément d'un indice de réparabilité pour les produits électroniques, les industriels se verront dans l'obligation de proposer des pièces de rechange d'occasion à la place des pièces neuves, comme c'est le cas pour les réparations automobiles. Cela veut dire que les produits concernés devraient plus ou moins être modulaires.

Le projet Open Computer vient donc au bon moment, mais qu'en est-il de sa viabilité ? Étant donné que les composants seront issus de fournisseurs tiers, même si le PC est modulaire, les utilisateurs pourront-ils facilement trouver les pièces de rechange qu'il faut pour leur machine ?

Sources : Cairn Devices (Twitter), Cairn Devices (Mastodon)


Que pensez-vous de ce projet ? Est-il viable ou pas ? Si oui, à quelles conditions ? Sinon, pourquoi ?
GNU/Linux est-il le meilleur choix d'OS pour un ordinateur portable modulaire sachant qu'il peine à convaincre les utilisateurs et même les entreprises ?
Si ce PC modulaire devenait une réalité, le choix de GNU/Linux comme OS ne va-t-il pas limiter son intérêt ? Ou va-t-il au contraire inciter les utilisateurs et entreprises à adopter Linux au détriment de Windows ou macOS ?
En parlant de PC modulaire, l'État ne devrait-il faire pression sur les constructeurs afin de s'y mettre pour avoir un impact positif plus significatif sur l'environnement ?

Voir aussi

L'UE adopte des lois qui obligent les fabricants à rendre certains appareils plus faciles à réparer et plus durables à partir de 2021
USA : 142 000 ordinateurs en moyenne sont jetés chaque jour, le photographe Benjamin Von Wong attire l'attention sur les déchets électroniques
Le gouvernement va lancer un indice de réparabilité des produits électroniques pour lutter contre l'obsolescence programmée
Un point sur l'écologie informatique, il faut désormais prendre de bonnes habitudes
Les produits Apple et Samsung sont parmi les moins réparables d'après une évaluation de Greenpeace sur les smartphones, tablettes et laptops

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 11:23
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
La masse des consommateurs n'a pas envie de bricoler son ordinateur.
Quand un PC commence à ralentir, ce n'est pas tout le monde qui va le dépoussiérer, le formater, ajouter de la ram, ou ce genre de chose. (en même temps c'est compliqué de démonter un PC portable pour le dépoussiérer)
Au bout d'un moment quand il est devenu trop lent les gens le changent.
Ce n'est pas du tout compliqué.

C'est plutôt que les gens n'ont pas envie d'apprendre.

Faut se poser la question : pourquoi tant de gens amènent leur voiture au garage pour des réparations basiques (vidange, changement de filtres etc.) que n'importe qui peut faire ? Pourquoi tant de gens achètent des produits transformés à Auchan ou Carrefour alors que cuisiner soit-même est simple et ne demande qu'un faible apprentissage ? Pourquoi tant de gens font appels à des professionnels pour des petits travaux domestiques sans grand savoir-faire ?

Il y a des choses compliquées qu'on peut laisser au professionnel, pour le reste, l'apprentissage du dépoussiérage/formatage/montage d'un ordinateur, pas besoin d'être un ingénieur. Juste d'y consacrer un peu de temps.

C'est dans l'ère du temps : on préfère tout changer quitte à y mettre le prix (même quand on est juste financièrement) plutôt que le faire soi-même. Les entreprises rentrent dans cette logique, il n'y a pas grand chose à redire...
8  0 
Avatar de onilink_
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 15:29
Citation Envoyé par vanquish Voir le message
Je pense que non. Là où on peut câbler en dur avec un bête fil de cuivre, il faut concevoir et souder des connecteur solides ; c'est forcement plus cher.

Ca plus, les heures de mains d’œuvre du réparateur, ça dépasse malheureusement le prix du neuf.
Si les choses sont ce qu'elles sont, c'est justement pour des problèmes de coût.
Quand un portable coutait 1 an de salaire d'un smicard, on le faisait réparer.
Mais réparer un truc à 500 € qui va t'en couter 300 ; avec le risque qu'il retombe en panne dans 2 mois ... personne ne le fait.

Je ne dis pas que c'est bien. Mais tout le monde fait pareil.
Si on avait fait les poches des jeunes manifestant pour la planète d'il y a quelques semaines, je ne suis pas certain qu'on aurait trouvé beaucoup de téléphones anciens ou reconditionnés.
Je pense que c'est un peu la racine du problème.
Une entreprise qui vend un produit technologique veut le beurre et l'argent du beurre.
Par exemple apple vendent un ordinateur mais ne veulent pas mettre à disposition les documents techniques pour que l'on puisse réparer ou faire réparer son produit efficacement... mais a côté de ça ils font tout pour te refaire payer ton produit (cf les vidéos de Louis Rossmann), pour un truc qui se corrige souvent littéralement en 10-15 minutes (et le produit coûte 2k$).

Y a un moment, faudrait que ces entreprises choisissent (enfin, surtout que les politiques les forcent à choisir):
- ou le produit leur "appartient" à cause des droits de propriété intellectuelle (malgrès ton achat, qu'on pourrait transformer en location), et ils doivent en prendre l'entière responsabilité sur toute la chaîne (dont une réparation avec des prix non excessifs, DONC qui les forces a concevoir un produit réparable efficacement au moins par leurs techniciens)
- ou le produit appartient totalement à l'acheteur et dans ce cas la il faut avoir les documents techniques, la possibilité d'avoir un contrôle total sur le hardware et le software, la possibilité de se fournir des pièces de rechange non agrées...

Bref, c'est plus un soucis politique qu'autre chose.
C'est comme le Right to Repair, gueuler en tant que citoyen c'est bien mais il faut ensuite que ça bouge au niveau politique, sinon rien n'évoluera jamais.

C'est sûrement utopique mais ça serait génial qu'un jour on ai un truc comme le nutriscore, mais pour la réparabilité du matos (un peu comme le score de réparabilité qu'ils donnent sur ifixit), et que cela soit a la fois public et affiché sur le produit, mais qu'aussi cela joue sur les taxes du produit ou un équivalent (faible réparabilité == plus de taxes).
7  0 
Avatar de yoyo3d
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 17:17
je ne vois pas comment quelqu'un aujourd'hui peu à la fois
- "dépoussiérer" son PC,
- changer la pompe de son lave vaisselle,
- changer un condensateur sur sa télé,
- reprogrammer le sélecteur de son lave linge
- faire un raccord de plomberie sur une douche qui fuit
- savoir lire une étiquette pour comprendre que ton steak à fait 1500km avant de venir en France mais qu'il est quand même estampillé "français" alors qu'il à bouffé du blé made in Amérique du sud/du nord tout en étant élevé en roumanie
- faire un diagnostique précis pour le toubib pour éviter qu'il te file simplement des dolipranes ou rater des symptômes qu'il ne voit pas (ou qu'il ne veut pas voir)
- connaitre les lois pour pas se faire enfumer par ton assureur ton banquier, ton patron
etc

moi je veux bien réparer ou faire réparer, faire gaffe à ne pas trop consommer et garder mon matos le plus longtemps possible, mais il faut arrêter un moment on ne peux plus suivre toutes ces informations contradictoires qui ont seul but... berner le consommateur surtout si la "panne" est programmée à l'avance... par le fabriquant.
7  0 
Avatar de fodger
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 10:13
Ca serait top, ça existait déjà il y'a quelques années.

On en revient toujours au même problème : le lobby industriel avec cette logique de merde absurde du toujours plus, produire plus qui finira par détruire l'humanité et la terre.
Il y'a ces gens là qui se contrefoutent de l'intérêt général, le respect des autres, la vie et ce qui empêchent ce genre d'initiative.
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 9:31
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Que pensez-vous de ce projet ? Est-il viable ou pas ? Si oui, à quelles conditions ? Sinon, pourquoi ?
Sur un PC portable normal, on ne peut pas changer beaucoup de composant, généralement on peut changer la RAM et le disque dur, mais ce n'est pas toujours évident.
Ça pourrait être intéressant de pouvoir simplement changer la carte mère ou la carte graphique.

Mais bon si vous voulez changer facilement de composant, montez vous un PC de bureau

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
GNU/Linux est-il le meilleur choix d'OS pour un ordinateur portable modulaire sachant qu'il peine à convaincre les utilisateurs et même les entreprises ?
Aujourd'hui la plupart des utilisateurs n'utilisent que leur navigateur, donc qu'ils soient sous Windows 10 ou Linux Mint ça ne change pas grand chose au final.
Il y a bien des gens qui utilisent des tablettes.

Bon après il y a des logiciels qui existent sous Windows et pas sous Linux...
Mais peut-être que les gens pourront acheter et installer Windows 10 et que ça fonctionnera correctement.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
En parlant de PC modulaire, l'État ne devrait-il faire pression sur les constructeurs afin de s'y mettre pour avoir un impact positif plus significatif sur l'environnement ?
Les constructeurs veulent proposer les pc portables les plus fins possible, donc c'est ultra galère pour changer un composant, pour rendre le truc plus simple il faudrait faire des pc portable plus épais et je ne pense pas que ça va arriver.
Pour certaines personnes les pc portables ça doit être comme des consommables, une fois qu'il y a trop de poussière à l'intérieur ils le changent
4  0 
Avatar de esperanto
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 11:06
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
La masse des consommateurs n'a pas envie de bricoler son ordinateur.
Non, mais logiquement ça devrait être moins cher (que d'en acheter un neuf) de s'adresser à un réparateur indépendant pour le faire. Surtout si le PC vient lui-même d'un assembleur. Or il n'en est rien, j'en ai fait l'amère expérience.
4  0 
Avatar de vanquish
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 11:23
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
Non, mais logiquement ça devrait être moins cher (que d'en acheter un neuf) de s'adresser à un réparateur indépendant pour le faire.
Je pense que non. Là où on peut câbler en dur avec un bête fil de cuivre, il faut concevoir et souder des connecteur solides ; c'est forcement plus cher.

Ca plus, les heures de mains d’œuvre du réparateur, ça dépasse malheureusement le prix du neuf.
Si les choses sont ce qu'elles sont, c'est justement pour des problèmes de coût.
Quand un portable coutait 1 an de salaire d'un smicard, on le faisait réparer.
Mais réparer un truc à 500 € qui va t'en couter 300 ; avec le risque qu'il retombe en panne dans 2 mois ... personne ne le fait.

Je ne dis pas que c'est bien. Mais tout le monde fait pareil.
Si on avait fait les poches des jeunes manifestant pour la planète d'il y a quelques semaines, je ne suis pas certain qu'on aurait trouvé beaucoup de téléphones anciens ou reconditionnés.
4  0 
Avatar de esperanto
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 13:37
Citation Envoyé par vanquish Voir le message
Je pense que non. Là où on peut câbler en dur avec un bête fil de cuivre, il faut concevoir et souder des connecteur solides ; c'est forcement plus cher.
Tu fixes la RAM et le disque dur du portable avec un fer à souder, toi? Allons bon...

Quand je disais que j'en ai fait l'amère expérience, ce n'est pas une blague. Un portable issu d'un assembleur est tombé en rade après 3 ans donc hors garantie. Bilan: carte mère HS. Pas envie d'en acheter un neuf, le constructeur refuse la prise en charge, mais je trouve un réparateur indépendant qui me dit "je connais bien le fabriquant du boîtier, je vais essayer de trouver la même carte mère", ce qui aurait permis de garder au moins le disque dûr, la RAM, et peut-être d'autres composants. Quelques semaines plus tard: le constructeur refuse de livrer la carte mère, le numéro de série indique que l'ordinateur ne vient pas du bon assembleur. Alors je tente d'assembler un nouveau portable, mais pas question de récupérer la RAM ni le disque dur, pourtant parfaitement fonctionnels: la connectique a changé...

Alors arrêtez de dire que les utilisateurs ne veulent pas réparer. Il y a bien un foutage de gueule des constructeurs.
4  0 
Avatar de esperanto
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/09/2019 à 9:53
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Oui mais c'est le même modèle de carte mère, donc ça ne change rien.
ça dépend. Si le but est de faire évoluer le PC vers du plus récent, soit. Mais moi tout ce que je voulais c'était remplacer la carte défectueuse, quitte à prendre la même (en plus ça ne m'obligeait pas à changer le processeur, sachant que les nouveaux étaient en plus délibérément incompatibles Windows 7)
Or il semble que même ça ce ne soit pas possible, le constructeur refusant de fournir la même carte ou une carte compatible.

Qu'il soit difficile de faire évoluer un portable, soit.
Mais de là à le rendre irréparable après trois ans, faut pas éxagérer.
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 19/09/2019 à 7:57
changer la carte mère --> c'est pourtant ce que font (rarement) certains dépanneur de haut vol, ou encore certaines entreprise de réparations de disques dur, qui change une carte contrôleur pour un autre modèle.
C''est surtout que c'est économiquement non viable, comme expliqué, entre la pièce et la main d’œuvre (justifiée pour le remplacement d'une CM sur un portable ou il faut tout dépioter), on se retrouve avec un cout quasi identique à un portable neuf d'entrée de gamme. Le client va donc rarement faire réparer. Et je ne parle même pas du temps passé à rechercher la pièce qui représente pour le dépanneur un temps non répercutable.

Pour la réparation d'un disque, c'est la balance entre le cout et la valeur que les gens donnent à leurs données qui va déclencher ou non la réparation. Seriez-vous prêt à payer 2000 à 5000 euros pour récupérer vos données ? certains le sont, mais pas mme michu qui va des fois trouver que 50 € c'est cher.
2  0