Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Arm présente Neoverse N2 et V1, ses architectures dédiées aux serveurs qui pourraient égaler en performance
Les meilleures puces desktop hautes performances actuelles d'AMD et d'Intel

Le , par Stéphane le calme

247PARTAGES

14  0 
Arm continue de progresser dans la conception des puces pour serveur. Dédié aux serveurs cloud, le processeur ARM Graviton2 développé par Amazon vise non pas à être le plus puissant du monde, mais le plus rentable à l’usage grâce à son équilibre entre performances et consommation énergétique. Les 64 cœurs ARM N1 (dérivé du Cortex A76) de la puce offriraient ainsi d’excellentes performances. Graviton2 est la première de ce qui devrait devenir une gamme plus large de conceptions qui feront progresser l'écosystème de serveurs Arm et attaqueront activement la part de marché des processeurs d'infrastructure actuellement dominée par les acteurs x86 tels qu'Intel et AMD.

L'intérêt pour ce type de cœur ARM étant grandissant et s'étendant à de nouveaux domaines, ARM propose logiquement une nouvelle génération avec les plateformes ARM Neoverse N2 et ARM Neoverse V1. Notons que l'architecture ARM Neoverse V1 porte le nom de code Zeus et que c'est elle qui sera utilisée pour les premiers processeurs exascale européens Rhea de SiPearl. L'architecture Neoverse N2 quant à elle porte le nom de code Perseus et Arm annonce des gains de performances allant jusqu'à 40 % par rapport à son prédécesseur Neoverse N1 avec une maîtrise de la consommation d'énergie renforcée.

La microarchitecture Zeus sous la forme de Neoverse V1 est essentiellement la contrepartie de l'infrastructure de ce qu'Arm a réalisé dans l'offre IP mobile avec le processeur Hera Cortex-X1 IP: une concentration sur des performances maximales, avec une moindre considération pour la puissance et la surface. Cela signifie que le V1 a des caches et des structures de cœurs beaucoup plus grands, utilisant plus de surface et de puissance pour atteindre des niveaux de performances sans précédent.


Si nous prenons le Graviton2 à cadence conservatrice avec ses cœurs N1 à 2,5 GHz comme base de référence, une puce V1 à 3 GHz théorique représenterait une augmentation de 80 % des performances à un seul thread par cœur. Non seulement une telle augmentation des performances dépasserait largement toute concurrence x86 actuelle dans l'espace serveur en termes de performances par cœur, mais elle suffirait à égaler les meilleures puces desktop hautes performances actuelles d'AMD et d'Intel aujourd'hui.

Parallèlement à la plateforme Neoverse V1, Arm a modifier sa feuille de route pour y ajouter un élément : l'architecture Perseus deviendra le Neoverse N2 et sera le successeur efficace du Neoverse N1. Ce nouveau processeur IP représente une augmentation de 40 % de la communication inter-processus (inter-process communication, IPC, en anglais) par rapport au N1, tout en conservant la même philosophie de conception de maximiser les performances avec la plus faible puissance et la plus petite zone.

Bien qu'il ne s'agisse que d'un aperçu général des produits Arm, il est important de noter qu'il existe des similitudes entre les générations de produits Cortex et Neoverse, car ils ont été développés en tandem à des moments similaires au cours de leur conception. Le Neoverse N1 a été développé en conjonction avec le Cortex-A76, et donc les deux microarchitectures peuvent être considérées comme des conceptions sœurs, car elles partagent de nombreuses similitudes. ARM crée ainsi une sorte de tandem couvrant à la fois les besoins mobiles / embarqués et ceux des serveurs / infrastructures dans les lesquels la firme s'engage désormais plus franchement, en n'hésitant plus à essayer de bousculer l'architecture x86 concurrente.

Le Neoverse V1 peut être considéré comme un frère du Cortex-X1, partageant probablement une grande partie des structures de base qui avaient été développées pour ces deux processeurs phares.

Le Neoverse N2 est un peu plus spécial, car il représente le design frère d'un noyau Cortex-A de nouvelle génération qui fait suite à l'A78. Arm indique qu'ils octroieront une licence pour ce design « Perseus » d'ici la fin de l'année et que les clients s'engagent déjà sur la version bêta RTL.

Une caractéristique très notable des Neoverse V1 et N2 est le fait qu'ils prennent désormais en charge SVE (Scalable Vector Extensions), le V1 ayant deux pipelines natifs de 256 bits et le N2 étant une conception 2x128 bits. L'avantage de SVE par rapport aux autres ISA SIMD réside dans le fait que le code qui y est écrit peut évoluer avec la largeur d'exécution variable d'une microarchitecture, ce qui n'est tout simplement pas possible avec les instructions Neon ou AVX SIMD d'aujourd'hui.

La puce A64FX de Fujitsu et la microarchitecture de cœur personnalisée étaient à ce jour les seuls processeurs annoncés et disponibles avec SVE, ce qui signifie que les V1 et N2 seront les premières conceptions d'Arm implémentant réellement SVE.

Source : Arm

Voir aussi :

« Il faut sauver ARM » : le cofondateur de l'entreprise refuse le rachat par NVIDIA, ce serait un "désastre" pour l'industrie
NVIDIA amorce le rachat d'Arm Holdings auprès de Softbank pour 40 milliards de dollars. L'opération devrait s'achever d'ici mars 2022, sous réserve de l'approbation des autorités réglementaires
Huawei prévoit de lancer son système d'exploitation HarmonyOS comme substitut d'Android sur ses smartphones en 2021 afin de surmonter les obstacles posés par les États-Unis

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de calvaire
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/09/2020 à 15:03
a trop augmenter les pipelines, les jeux d’instructions et la fréquence je veux bien que cela égale le x86 niveau perf mais quid de la consommation du coup ?
si c'est équivalent quel est l’intérêt si x86 est moins cher ?
1  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/09/2020 à 20:03
@calvaire, +1.

Sans compter que comparer l'architecture x86_64 largement standardisé (même si les standard sont implémenter au petit bonheurs la chance par les fabricants), reste largement plus évident que d’essayer de cibler les architectures ARM dont chaque implémentation est un cas particulier.
Pour rappel, ARM vend de l'IP est ne fabrique rien, donc libre à ses clients d'en faire ce qu'ils veulent.
Je veut bien qu'ils y voient leur intérêt, par contre les utilisateurs finaux vont ce retrouvés avec les systèmes que leurs fournisseurs voudront bien leur livré / maintenir (obsolescence programmé en vue).
Ce retrouver avec le même problème que les smartphone sous Android, sur des serveur à plusieurs milliers d'euro et en entreprise qui plus est, c'est .
Tant qu'ARM ce contentera de livré une IP ne concernant que le processeur et non une plateforme complète standardisé, on ne pourra pas faire de parallèle avec l'architecture x86 qui a elle était standardisé par IBM pour les besoins du PC.
1  0 
Avatar de floyer
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 07/10/2020 à 21:03
Citation Envoyé par defZero Voir le message
Tant qu'ARM ce contentera de livré une IP ne concernant que le processeur et non une plateforme complète standardisé, on ne pourra pas faire de parallèle avec l'architecture x86 qui a elle était standardisé par IBM pour les besoins du PC.
Il est évident que le CPU ne définit pas une plateforme entière.

C’est le rôle de SBSA (Server Base System Architecture) pour les serveurs. On ne peut nier son existence.

Ainsi, il faut comparer ce qui est comparable, et l’homologue de l’architecture PC est une l’architecture SBSA, pas « tout ce qui tourne sur ARM ». On pourrait ajouter l’architecture Rasberry, c’en est une autre qui semble aussi avoir du soutien.

Selon https://www.mininodes.com/how-to-ins...an-arm-server/ la plateforme SBSA est supportée par Debian Aarch64, Fedora Arm, CentOS Aarch64, and Ubuntu Arm Server (mais on peut ajouter RedHat, NetBSD).
1  0