IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Allemagne, la France et 11 autres pays de l'Union Européenne se mobilisent pour la promotion des semi-conducteurs fabriqués en Europe
Afin de concurrencer les géants américains et asiatiques

Le , par Sandra Coret

139PARTAGES

14  0 
L'Allemagne, la France, l'Espagne et dix autres pays de l'Union européenne ont uni leurs forces pour investir dans les processeurs et les technologies des semi-conducteurs, essentiels aux dispositifs connectés à Internet et au traitement des données, dans le but de rattraper les États-Unis et l'Asie.

La part de l'Europe sur le marché mondial des semi-conducteurs, qui représente 440 milliards d'euros (533 milliards de dollars), est d'environ 10 %, l'UE s'appuyant actuellement sur des puces fabriquées à l'étranger.

Cette dépendance à l'égard des puces et autres produits étrangers a été mise en évidence durant la pandémie de COVID-19.

Les préoccupations de sécurité concernant certains gouvernements étrangers ont également ajouté aux inquiétudes concernant la dépendance aux puces étrangères utilisées dans les voitures, les équipements médicaux, les téléphones portables et les réseaux, ainsi que pour la supervision de l'environnement.

Au début de l'année, l'Union européenne a accepté d'allouer 145 milliards d'euros, soit un cinquième de son fonds de relance économique pour les virus, à des projets numériques.


Les 13 pays ont déclaré qu'ils allaient travailler ensemble pour consolider la chaîne de valeur de l'électronique et des systèmes embarqués en Europe.

"Cela nécessitera un effort collectif pour mettre en commun les investissements et coordonner les actions, à la fois des acteurs publics et privés", ont-ils fait savoir dans une déclaration commune.

Le groupe s'adressera aux entreprises afin de former des alliances industrielles pour la recherche et l'investissement dans la conception et la fabrication de processeurs et examinera le financement de ces projets.

Il proposera également un programme européen intitulé "Important Project of Common European Interest", qui permettra d'accorder des financements dans le cadre de règles communautaires plus souples en matière d'aides d'État. Le groupe s'efforcera de mettre en place des normes et une certification communes pour l'électronique.

Les autres pays signataires sont notamment la Belgique, la Croatie, l'Estonie, la Finlande, la Grèce, l'Italie, Malte, les Pays-Bas, le Portugal et la Slovénie.

"Une approche collective peut nous aider à tirer parti de nos atouts actuels et à saisir de nouvelles opportunités, car les puces à processeur avancé jouent un rôle de plus en plus important pour la stratégie industrielle et la souveraineté numérique de l'Europe", a déclaré Thierry Breton, le responsable européen du numérique.


Thierry Breton

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de l'association de ces 13 États européens ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 08/12/2020 à 20:19
Si l'Europe arrive à être autonome sur ce point, ça peut être que positif. On pourrait en être capable, on a des grands acteurs comme Thalès, Alcatel (enfin avant la fusion avec Lucent), Bull (enfin Atos maintenant). Sans parler des entreprises des autres pays européens.
4  0 
Avatar de Jiji66
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/12/2020 à 6:19
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Si l'Europe arrive à être autonome sur ce point, ça peut être que positif. On pourrait en être capable, on a des grands acteurs comme Thalès, Alcatel (enfin avant la fusion avec Lucent), Bull (enfin Atos maintenant). Sans parler des entreprises des autres pays européens.
Sauf que c'est Thierry Breton qui s'en occupe .... Et vu les ravages qu'il à fait chez Bull, Thompson, France Telecom et Atos; je n'ai aucun doutes sur le fait que cette soit disant initiative ne sera qu'un flop de plus
3  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 09/12/2020 à 7:44
@Jiji66, tu as entièrement raison mais France Telecom, c'était il y a longtemps, tout le monde a oublié... En plus, lui se la pète de façon intergalactique...
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 09/12/2020 à 9:09
C'est avant tout un choix politique. Soit on fait du protectionnisme en taxant fortement/interdisant les produits extérieurs au bénéfice des nôtres, soit on laisse le capitalisme diriger les choses et si c'est plus rentable d'importer des produits fabriqués par des ouvriers chinois payés 1$ de l'heure (en caricaturant), soit il faut trouver une autre voix.

La mondialisation a tellement imbriquée les choses que ça va être compliqué, regardez le cas de la pèche pour le brexit. En gros la France n'aura plus accès aux eaux anglaises beaucoup plus poissonneuses que les nôtres, alors que l’Angleterre exporte 70% de son poisson en Europe, et pour le moment, pas d’entente.
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 11/12/2020 à 17:20
Il y a donc 14 "traîtres" qui préfèrent être dépendant des USA et de la Chine???
Je présume qu'ils s'engagent pas par manque de moyen. Dans les 27, tous les pays d'Europe n'ont pas forcément le même niveau économique/technologique.
2  0 
Avatar de phil995511
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/12/2020 à 13:02
Plus que des paroles il faut des actes concrets, nous en reparlerons dans quelques années, mais j'ai peur que rien n'aie réellement bougé d'ici là.
1  0 
Avatar de shynx08
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 10/12/2020 à 12:30
Bonjour Chrtophe,

Depuis de nombreuses années la France fait l'inverse du protectionnisme, on taxe à outrance les industriels via l'impôt de production.
Rendre responsable la mondialisation, qui est un point qui a certes sa part de causalité dans la situation actuelle, ne doit pas nous faire oublier que nous devons structurellement revoir notre système de répartition des richesses, autrement dit les impôts.

Vous ne pourrez pas réindustrialiser le pays si le terrain d'accueil n'est pas favorable à la croissance et au développement. Les belles plantes ne poussent pas dans les terrains pollués.
Notre pouvoir d'achat aujourd'hui nous impose de ne pas surconsommer, peut-on se permettre de payer encore plus cher nos biens ? l'industrialisation est une activité polluante, qui lorsqu'elle est délocalisée, permet au gouvernement de se satisfaire de notre empreinte sur le climat, est-il possible de les verdir et à quel coût ?

Je pense que vous dites vrai, la désinstrualisation est un choix politique.

Le système capitalisme, privilégie certes les profits, mais a tout à gagner à investir dans des entreprises stables, durables et en croissance régulière.
Je ne suis pas sur que les arbitrages, qui correspondent à des visions court terme, se félicitent des plans sociaux, restructuration et délocalisation de l'investissement.

Et on voit bien que faire le chemin inverse est douloureux et compliqué. Le Brexit n'a (à l'heure actuel) pas été conclut, et ne le sera peut-être jamais.

L'Union Européenne est suffisamment importante pour que la promotion des semi-conducteurs ne soit pas en France mais nous avons un peu dérivé par rapport à l'actualité qui ne cible que les activités de puces électroniques.

Le fait que des fonds Européen soient utilisés dans l'objectif d'un virage numérique, n'est pas une mauvaise idée. Il est toujours préférable de prendre un virage stratégique que de maintenir sous perfusion des entreprises "fantômes". Mais le fait que seulement 13 pays des 27 ou 28 que constituent l'UE suivent cette initiative représente un effort collectif à demi teinte.

C'est une aparté mais je me réjouis de lire vos futurs commentaires car le sujet est intéressant, et cible à juste titre un retard Européen. Quand on voit que APPLE a sorti sa première puce (M1) pour MAC, que AMD développerait également sa propre puce, j'ai bien l'impression que l'externalisation de ces objets technologiques est impossible. L'internaliser aussi compte tenu du fait que nous ne produisons plus rien?

Je m'arrête ici.
0  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/12/2020 à 11:10
L'Allemagne, la France et 11 autres pays de l'UE se mobilisent pour la promotion des semi-conducteurs
Donc que 13 pays sur 27 membres de l'UE?

Il y a donc 14 "traîtres" qui préfèrent être dépendant des USA et de la Chine???

Cette UE n'a de cesse de prouver qu'il s'agit d'un bateau destiné à couler corps et bien!
0  0