IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

HP verse 1,3 million de $ pour régler un litige autour d'une mise à jour de firmware de certaines de ses imprimantes
Qui a empêché les utilisateurs de faire usage de cartouches d'encre tierces

Le , par Patrick Ruiz

5PARTAGES

9  0 
HP a procédé, à hauteur de 1,3 million de dollars, au règlement d’un litige engagé au nom de consommateurs européens. Les utilisateurs de certains de ses modèles d’imprimantes étaient mécontents qu'une mise à jour secrète du micrologiciel introduisant la fonction de sécurité dynamique les empêche d'utiliser des fournitures fabriquées par des tiers avec une gamme d'imprimantes HP. Ces cas d’enfermement des utilisateurs sont légion dans la filière. L'open hardware et l'open source sont-ils la voie de sortie des difficultés auxquelles les utilisateurs d'imprimantes font face ?

En 2016, HP a déployé une mise à jour liée à une puce de sécurité dans les appareils OfficeJet, OfficeJet Pro et OfficeJet Pro (voir listes) pour maintenir des communications sécurisées entre la cartouche et le matériel. Cela signifiait que les appareils ne fonctionneraient pas à moins que les fournitures aient une puce de sécurité HP originale.


Le mécanisme de type DRM faisait en sorte que le matériel d'impression renvoyait un message indiquant que le chariot était endommagé et qu'un toner de marque HP était nécessaire. Un vendeur d'encre néerlandais a repéré la manœuvre, affirmant que le rejet massif a en fait été mis en place en mars 2016 et que le logiciel a été activé en septembre de la même année.


L'Electronic Frontier Foundation s'est alors impliquée, demandant à HP de revenir sur sa politique, mais cela a été ignoré. Cependant, en Australie, en 2018, HP a offert une compensation pour ne pas avoir divulgué l'impact du logiciel aux clients qui ont acheté les appareils avec le FSN préinstallé ou à tous ceux qui l'ont reçu avec la mise à jour du micrologiciel. Un règlement de recours collectif a été conclu aux États-Unis en décembre dernier.


De l'autre côté, l'organisation de défense des droits des consommateurs Euroconsumers a confirmé que, depuis la semaine dernière, elle a également conclu un accord avec HP, après avoir allégué que les consommateurs n'étaient pas "correctement informés" des conséquences de Dynamic Security.

« Dans le cadre de l'accord conclu entre HP et Euroconsumers, HP a accepté de créer un fonds d'un montant maximal de 1 350 000 USD pour le paiement d'une compensation à certains propriétaires d'imprimantes HP pour les pertes prétendument subies du fait qu'ils ignoraient que leurs imprimantes étaient activées avec Dynamic Security, ce qui limiterait la fonctionnalité de leurs imprimantes lors de l'utilisation de cartouches tierces avec des puces ou des circuits non HP. L'accord ne peut être considéré comme une reconnaissance d'une quelconque faute ou d'un quelconque acte répréhensible de la part de HP, ni comme une reconnaissance par Euroconsumers du caractère infondé de ses demandes », lit-on.

Les consommateurs de Belgique, d'Italie, d'Espagne et du Portugal peuvent recevoir une indemnité de règlement de la part de HP Inc s'ils ont possédé l'un des modèles énumérés entre le 1er septembre 2016 et le 17 novembre 2020.

Une indemnité forfaitaire de règlement comprise entre 20 et 50 euros (20 à 40 dollars canadiens) sera versée, en fonction du modèle. Les consommateurs peuvent également recevoir un montant supplémentaire de 45 € (45,10 $) s'ils peuvent fournir des preuves de "pertes potentielles spécifiques" supplémentaires. Le paiement total par ménage est plafonné à 95 euros (95,20 dollars).

HP, qui a toujours affirmé qu'elle utilisait la fonctionnalité de sécurité dynamique pour protéger sa propriété intellectuelle et maintenir l'intégrité de ses imprimantes, indique : « HP est heureux d'avoir conclu un accord à l'amiable avec Euroconsumers. L'accord évite toute action en justice et reflète l'engagement des deux organisations à travailler dans l'intérêt des consommateurs. »

Cette situation illustre la façon dont les constructeurs d’imprimantes érodent les droits de propriété des utilisateurs au profit de leurs entreprises. Bon nombre de constructeurs d’imprimantes sont concernés par des pratiques de ce genre. La situation est désormais telle qu’elle pousse des tiers à penser à des solutions d’imprimantes à matériel et à logiciel ouverts pour tous.


Source : Euroconsumers

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Quelle est votre approche pour jouir de votre imprimante sans subir les brimades des constructeurs ?

L'open hardware et l'open source constituent-ils la voie de sortie de la galère des utilisateurs ?

Voir aussi :

La EFF demande à HP d'annuler la dernière mise à jour du firmware d'imprimantes empêchant les utilisateurs de recourir à des cartouches tierces

HP cède à la pression et annonce une mise à jour pour restaurer l'ancien système permettant le déblocage des cartouches d'imprimantes tierces

Des constructeurs d'imprimantes empêchent l'utilisation de cartouches d'encre tierces avec de fausses mises à jour de sécurité

Obsolescence programmée : une plainte déposée auprès du Procureur de la République par l'Association HOP

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !