IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les États-Unis veulent entraver l'industrie chinoise des puces électroniques en adoptant de nouvelles règles d'exportation radicales,
Mais la Chine dénonce ces règles et exige qu'elles soient levées

Le , par Bill Fassinou

4PARTAGES

4  0 
Les États-Unis ont franchi vendredi un nouveau cap dans la guerre commerciale qui les oppose à la Chine. Le pays a publié un vaste ensemble de contrôle à l'exportation, y compris une mesure visant à interdire à la Chine l'accès à certains semiconducteurs fabriqués dans le monde entier avec du matériel américain. Ce nouvel ensemble de règles élargit considérablement la portée des efforts de Washington visant à ralentir les progrès technologiques et militaires de Pékin. Le ministère chinois du Commerce a dénoncé ces restrictions et a appelé les États-Unis à cesser de nuire au secteur des puces de la Chine.

Les États-Unis tentent de freiner l'avancée rapide de l'industrie chinoise des semiconducteurs

Alors que beaucoup pensaient que la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis prendrait fin avec l'arrivée au pouvoir de Joe Biden, sa politique vis-à-vis de l'Empire du Milieu semble être un prolongement de celle de son prédécesseur Donald Trump. Les restrictions sur les exportations vers la Chine annoncées vendredi par Washington s'appuient sur les restrictions envoyées cette année dans des lettres adressées aux principaux fabricants d'outils KLA Corp, Lam Research Corp et Applied Materials, leur demandant effectivement d'arrêter les livraisons d'équipements aux usines entièrement chinoises produisant des puces logiques avancées.

Les restrictions visent principalement les entreprises chinoises des secteurs des puces, de la biomédecine et de la chimie, ainsi que plusieurs universités nationales, dont l'Académie chinoise des sciences, l'Université de Shanghai pour la science et la technologie et l'Université technique de Shanghai. Selon le ministère américain du Commerce, la décision d'étendre les contrôles américains à l'exportation aux entreprises chinoises a été prise parce que ses régulateurs étatiques étaient incapables de déterminer comment les marchandises étaient utilisées une fois importées, en partie à cause de l'obstruction du gouvernement chinois.



Lors d'une réunion d'information avec les journalistes jeudi, pendant laquelle les règles ont été présentées en avant-première, de hauts responsables du gouvernement auraient déclaré que nombre de ces mesures visaient à empêcher les entreprises étrangères de vendre des puces avancées à la Chine ou de fournir aux entreprises chinoises des outils pour fabriquer leurs propres puces avancées. Cependant, les responsables américains auraient admis qu'ils n'avaient obtenu aucune promesse que les pays alliés mettraient également en œuvre des mesures coercitives similaires et que des discussions avec ces pays étaient toujours en cours.

« Nous reconnaissons que les contrôles unilatéraux que nous mettons en place perdront de leur efficacité avec le temps si d'autres pays ne se joignent pas à nous. Et nous risquons de nuire au leadership technologique des États-Unis si les concurrents étrangers ne sont pas soumis à des contrôles similaires », a noté un responsable. Vendredi, l'administration Biden a appliqué les restrictions élargies aux entreprises chinoises telles que IFLYTEK, Dahua Technology et Megvii Technology, des entreprises ajoutées à la liste des entités en 2019 en raison d'allégations selon lesquelles elles aidaient Pékin à réprimer sa minorité ouïghoure.

Yangtze Memory Technologies Company (YMTC), un important fabricant de mémoires DRAM et NAND pour le marché chinois, est l'une des d entreprises et institutions chinoises visées par la dernière série de restrictions à l'exportation de Washington. Selon des critiques, l'inclusion de cette société dans la liste n'est guère surprenante, compte tenu des réactions négatives dont Apple et YMTC ont fait l'objet après des informations selon lesquelles Apple pourrait s'approvisionner en puces auprès de YMTC. « Apple joue avec le feu », a déclaré le sénateur Marco Rubio (R-FL), vice-président de la commission du renseignement du Sénat.

« Il connaît les risques de sécurité posés par YMTC. S'il va de l'avant, il sera soumis à un examen minutieux comme il n'en a jamais vu de la part du gouvernement fédéral », a-t-il ajouté. Cette nouvelle marque le dernier coup dur porté à YMTC en moins d'une semaine. Mercredi, le dirigeant du plus grand fournisseur de mémoires de Chine a démissionné brusquement. Toutefois, contrairement à la controverse entourant le Big Fund chinois (également connu sous le nom de Fonds national chinois d'investissement dans l'industrie des circuits intégrés, soutenu par l'État), cette décision ne semble pas liée à des accusations de corruption.

En plus de YMTC, 30 autres entités chinoises ont été ajoutées à la liste des entreprises que les autorités américaines ne peuvent pas inspecter (ou liste non vérifiée). Il faut noter que les entreprises sont ajoutées à la liste non vérifiée lorsque les autorités américaines ne peuvent pas effectuer de visites sur place pour déterminer si l'on peut leur faire confiance pour recevoir des technologies américaines sensibles, ce qui oblige les fournisseurs américains à faire preuve d'une grande prudence lorsqu'ils leur livrent des produits. Selon les analystes, l'inscription d'YMTC sur cette liste pourrait aggraver les tensions déjà vives avec Pékin.

Cela obligerait les fournisseurs américains d'YMTC à demander des licences spéciales qui sont difficiles à obtenir auprès du gouvernement américain avant de lui livrer des articles, même de faible technicité. Les règles publiées vendredi bloquent également les expéditions d'un large éventail de puces destinées à être utilisées dans les systèmes de superordinateurs chinois. Elles définissent un superordinateur comme tout système doté d'une puissance de calcul de d plus de 100 pétaflops dans un espace d'environ 600 mètres carrés. Cette décision pourrait également toucher certains centres de données commerciaux des géants technologiques chinois.

Les nouvelles règles américaines entraînent des agitations sur le marché mondial des puces

Cette série de mesures pourrait constituer le plus grand changement de la politique américaine en matière de livraison de technologies à la Chine depuis les années 1990. Si elles sont efficaces, elles pourraient entraver l'industrie chinoise de la fabrication de puces en obligeant les entreprises américaines et étrangères qui utilisent la technologie américaine à cesser de soutenir certaines des principales usines et certains des principaux concepteurs de puce de la Chine. « Cela ramènera les Chinois des années en arrière », a déclaré Jim Lewis, expert en technologie et en cybersécurité au Center for Strategic and International Studies (CSIS).

Le CSIS est un groupe de réflexion basé à Washington, qui estime que ces politiques rappellent les réglementations strictes en vigueur au plus fort de la guerre froide. « La Chine ne va pas abandonner la fabrication de puces, mais cela va vraiment les ralentir », a ajouté Lewis. L'élargissement des pouvoirs des États-Unis en matière de contrôle des exportations vers la Chine de puces fabriquées avec des outils américains repose sur un élargissement de la règle dite du produit direct étranger. Cette règle avait déjà été élargie pour donner à Washington le pouvoir de contrôler les exportations de puces fabriquées à l'étranger Huawei.

Elle a également servi cette année pour arrêter le flux de semiconducteurs vers la Russie après son invasion de l'Ukraine. Eric Sayers, expert en politique de défense à l'American Enterprise Institute (AEI), a déclaré que cette décision reflète une nouvelle tentative de l'administration Biden de contenir les avancées de la Chine au lieu de chercher simplement à uniformiser les règles du jeu. « La portée de la règle et ses impacts potentiels sont assez stupéfiants, mais le diable sera bien sûr dans les détails de la mise en œuvre », a-t-il ajouté. Les entreprises du monde entier ont commencé à se débattre avec la dernière action des États-Unis.

En vertu de la nouvelle réglementation, les entreprises américaines doivent cesser de fournir aux fabricants de puces chinois des équipements capables de produire des puces relativement avancées - puces logiques de moins de 16 nanomètres (nm), puces DRAM de moins de 18 nm et puces NAND de 28 couches ou plus - à moins d'obtenir une licence spéciale. Cette mesure devrait affecter les principaux fabricants de puces sous contrat en Chine - Hua Hong Semiconductor et Semiconductor Manufacturing International Corp (SMIC) - ainsi que les principaux fabricants de puces mémoires soutenus par l'État, et Changxin Memory Technologies (CXMT).

Les actions des géants technologiques chinois Alibaba Group et Tencent ainsi que celles des fabricants de puces ont chuté lundi, les investisseurs étant effrayés par les nouvelles mesures américaines de contrôle des exportations visant à ralentir les avancées technologiques et militaires de Pékin. Les actions d'Alibaba et de Tencent, qui dépendent toutes deux largement des centres de données, ont chuté respectivement de 3,3 % et de 2,5 %. Parmi les fournisseurs américains qui sont désormais tenus de cesser leurs livraisons aux usines chinoises produisant des puces logiques avancées figurent KLA, Lam Research et Applied Materials.

Cela a fait chuter leurs actions d'environ 4 % et 8 %. L'indice des semiconducteurs de Philadelphie a chuté de 3,4 %. L’action SMIC a chuté de 4 %, le fabricant d'équipements pour puces NAURA Technology Group a perdu 10 % avant la limite quotidienne et Hua Hong Semiconductor a plongé de 9,5 %. Les actions de la société de recherche en IA SenseTime et du fabricant d'équipements de surveillance Dahua Technology, qui seront privés des puces fabriquées à partir de technologies américaines, ont chuté de 5,7 % et de 10 %, respectivement. Dans le domaine des puces d'IA avancées, Nvidia et Advanced Micro Devices ont reculé d'environ 3 % chacun.

L'impact sur les actions technologiques en dehors de la Chine a été limité lundi, car les marchés financiers de la Corée du Sud, du Japon et de Taïwan étaient fermés pour des jours fériés distincts. L'indice technologique européen (.SX8P) a glissé de 0,8 %, tandis que les actions cotées à New York des entreprises chinoises Alibaba, JD.com et Pinduoduo (PDD.O) ont chuté de 3 à 7 %. Les analystes s'attendent à ce que l'impact sur TSMC, qui est le premier fabricant mondial de puces, soit limité, car la plupart de ses commandes de puces électroniques de pointe proviennent de clients basés aux États-Unis, tels qu'Apple et Qualcomm (QCOM.O).

Toutefois, TSMC génère environ 10 à 12 % de ses revenus en Chine. L'Association de l'industrie des semiconducteurs, qui représente les fabricants de puces, a déclaré qu'elle étudiait la réglementation et a exhorté les États-Unis à "mettre en œuvre les règles de manière ciblée - et en collaboration avec les partenaires internationaux - pour aider à uniformiser les règles du jeu". Le ministère sud-coréen de l'Industrie a déclaré samedi qu'il ne s'attendait pas à une perturbation significative de l'approvisionnement en équipements pour la production de puces existante de Samsung et SK Hynix en Chine.

Le ministère chinois du Commerce a déclaré lundi dans un communiqué qu'il s'opposait fermement à la décision des États-Unis, car elle nuit au commerce normal et aux échanges économiques entre les entreprises des deux pays et menace la stabilité des chaînes d'approvisionnement mondiales. La Chine a déclaré que la décision des États-Unis nuit non seulement aux entreprises chinoises, mais aussi aux intérêts commerciaux des exportateurs américains.

Source : Le ministère américain du Commerce (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des restrictions américaines sur les exportations vers la Chine ?
Quels pourraient être les impacts de ces restrictions sur l'industrie chinoise des puces ?
Ces restrictions pourraient-elles avoir un quelconque impact sur l'industrie mondiale des puces ?
Pensez-vous que ces règles permettront aux États-Unis de freiner l'évolution de l'industrie chinoise des puces ?

Voir aussi

Les États-Unis interdisent aux entreprises de « technologie de pointe » subventionnées de construire des installations en Chine pendant une décennie, pour ne pas compromettre la sécurité nationale

Les États-Unis craignent de perdre leur avance scientifique au profit de la Chine, mais une nouvelle étude indique que c'est déjà le cas, malgré les efforts du gouvernement américain

L'avance des États-Unis en matière d'IA s'efface rapidement au profit de la Chine, selon un groupe présidé par l'ancien PDG de Google Éric Schmidt

Les États-Unis enquêtent sur la société chinoise Huawei au sujet d'équipements situés près de silos à missiles, et la saisie potentielle d'informations militaires américaines

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/10/2022 à 21:39
Après le déclenchement de la guerre militaire totale contre la Russie par Ukraine interposée (et Zelensky est de plus en plus en roue libre ces derniers jours), la guerre contre la Chine économique entre dans une nouvelle phase avant l'annexion de de Taiwan.
6  3 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/10/2022 à 21:45
Les chinois vont rattraper leurs éventuels retards, et les USA se feront rudement concurrencer. Rien de mieux qu'une bonne motivation pour progresser.
Et APPLE, ça ne les dérange pas de continuer à travailler avec la Chine ?
Et votez "bien" aux prochaines élections, sinon les mises à jour de Windows pourraient être bloquées en France.
5  2 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/10/2022 à 22:28
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Après le déclenchement de la guerre militaire totale contre la Russie par Ukraine interposée (et Zelensky est de plus en plus en roue libre ces derniers jours), la guerre contre la Chine économique entre dans une nouvelle phase avant l'annexion de de Taiwan.
Vivement le grand reset !
2  0