IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpinQ présente ce qu'elle appelle, « les premiers ordinateurs quantiques portables au monde »,
Dans un contexte ou des gens dénoncent une publicité mensongère autour de la technologie

Le , par Bruno

17PARTAGES

13  0 
Malgré de multiple controverses autours d’elles, l'IA et l'informatique quantique sont censées être les deux principales technologies qui influenceront le plus notre évolution dans les années à venir. Alors que l'IA semble connaître un développement beaucoup plus accéléré grâce à toutes sortes de projets open source, l'expérimentation de l'informatique quantique nécessite un matériel lourd et d'un coût exorbitant. SpinQ, une société chinoise d'informatique quantique basée à Shenzen, a présenté ce qu’elle appelle, « les premiers ordinateurs quantiques portables au monde ».

Les modèles d'ordinateurs quantiques portables Gemini Mini, Gemini et Triangulum de SpinQ / Switch-Science sont bien plus petits que les ordinateurs quantiques les plus rapides actuels et, de ce fait, leur puissance de calcul est proportionnellement réduite. Par rapport au QPU Osprey d'IBM qui intègre 433 qubits, les processeurs portables de SpinQ n'offrent qu'un maximum de 3 qubits. Bien entendu, en raison de la taille réduite, la technologie des qubits est également plus rudimentaire. Au lieu de qubits supraconducteurs qui nécessitent des températures très basses, le processeur quantique portable est équipé de qubits qui fonctionnent sur la base de la résonance magnétique nucléaire. Ce type de technologie ne permet malheureusement pas d'exploiter les propriétés d'intrication quantique qui rendent les QPU potentiellement plus rapides que les processeurs à transistors.


Même si les modèles SpinQ sont considérés comme portables, ne vous attendez pas à les transporter comme un ordinateur portable, car la version la plus compacte pèse 14 kg. En outre, ces modèles n'offrent pas une puissance de traitement suffisante pour exécuter des scénarios complexes de résolution de problèmes. Ils sont conçus comme des appareils éducatifs destinés à initier les utilisateurs à la programmation de circuits quantiques. Le prix n'est pas non plus ce que l'on pourrait qualifier de grand public.

L'ordinateur quantique le plus abordable de SpinQ est représenté par le modèle Gemini Mini. Il mesure 200 x 350 x 260 mm, pèse 14 kg et est doté d'un processeur à double qubit qui offre plus de 20 ms de temps de cohérence avec plus de 10 opérations de porte par circuit à double qubit ou plus de 30 opérations par qubit simple. Il s'agit du seul modèle doté d'un écran intégré qui permet aux utilisateurs d'accéder plus facilement à 18 algorithmes de démonstration accompagnés de documentation et de matériel de formation. L'ensemble du dispositif nécessite une puissance de 60 W et son prix en yens japonais équivaut à 8 100 dollars américains.

Avec le modèle Gemini de milieu de gamme, on peut déjà oublier la portabilité, puisque l'appareil ressemble à un boîtier de tour de PC arrondi qui mesure 600 x 280 x 530 mm et pèse 44 kg. La puissance requise est portée à 100 W, mais le processeur ne comporte toujours que 2 qubits avec la même cohérence de plus de 20 ms. Cependant, un qubit est capable de traiter 200 opérations de porte, tandis que le circuit à deux qubits est capable de 20 opérations de porte. Tout cela pour seulement 41 500 dollars américains.

Le modèle phare Triangulum n'est pas beaucoup plus cher que le modèle Gemini, à 57 400 dollars. Malgré son boîtier plus grand qui mesure 610 x 330 x 560 mm, ce modèle pèse 40 kg. Il offre un processeur à 3 qubits plus avancé avec des temps de cohérence de 40+ ms pour des temps de travail prolongés, mais la puissance de traitement est réduite à 40 opérations de porte par qubit simple, ou 8 opérations de porte par circuits à deux ou trois qubits. Pour les temps de cohérence accrus, ce modèle nécessite 330 W d'énergie.

Au vu du prix de ces modèles, l'informatique quantique pour les masses semble encore loin. La puissance de traitement est également beaucoup trop limitée pour l'instant, mais au moins des efforts de miniaturisation et de production de masse sont faits.

De plus en plus de personnes dénoncent une publicité mensongère autour de l'informatique quantique

La taille du marché de l'informatique quantique était de 392,5 millions USD en 2020. Le marché devrait passer de 486,1 millions d'USD en 2021 à 3 180,9 millions d'USD en 2028, avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 30,8 % au cours de la période 2021-2028. Dans une de ses récentes sorties, le Dr Nikita Gourianov, physicien chercheur à l'Université d'Oxford, s’en est pris à l'industrie de l'informatique quantique, estimant qu'il s'agit d'une escroquerie. Selon Gourianov, malgré les milliards de dollars investis dans l'informatique quantique, l'industrie n'a pas encore développé un seul produit capable de résoudre des problèmes pratiques.

Le Dr Nikita Gourianov a récemment terminé son doctorat en physique atomique et laser au Keble College de l'Université d'Oxford avec une thèse sur l'utilité des méthodes de réseaux tensoriels pour les simulations de turbulence. Grâce à cette expérience, il a acquis dit-il, une expertise dans les réseaux tensoriels, l'optimisation en haute dimension, les algorithmes de compression de données, l'algèbre linéaire de bas niveau, les équations aux dérivées partielles et l'informatique quantique. Aujourd’hui Gourianov s’intéresse principalement à la science informatique, à la finance et à la commercialisation des technologies.

« Le peu de revenus qu'elles génèrent provient essentiellement de missions de conseil visant à enseigner à d'autres entreprises « comment les ordinateurs quantiques aideront leur activité », écrit Gourianov, plutôt que d'exploiter véritablement les avantages des ordinateurs quantiques par rapport aux ordinateurs classiques. »

L'informatique quantique souffre d'un problème de battage médiatique

« L'informatique quantique changera la vie telle que nous la connaissons », « L'informatique quantique résoudra le réchauffement climatique », « L'informatique quantique révolutionnera la science et l'industrie », etc. Au milieu de tout ce battage médiatique, Victor Galitski craint que les investisseurs soient victimes d'un système de Ponzi intellectuel, que l'informatique quantique soit une bulle, qui peut tôt ou tard s'effondrer et ruiner les efforts légitimes de recherche et d'innovation. Une situation qui pourra en plus endommager irrémédiablement la réputation de la science et des scientifiques à tous les niveaux. « Le battage médiatique autour de l'informatique quantique est mauvais pour la science », met-il en garde.

Victor Galitski est un physicien russo-américain, un théoricien dans les domaines de la physique de la matière condensée et de la physique quantique. Professeur à l'Université du Maryland, il est chercheur au Joint Quantum Institute (JQI), un organisme de recherche à financement public dédié à la recherche fondamentale et appliquée en physique quantique, avec un accent particulier sur la science de l'information quantique. Pour Victor Galitski, les promesses de l'informatique quantique telles qu'annoncées par les médias et l'industrie sont hyperexagérées. Il estime aussi que les entreprises naissantes dans le domaine, loin d'être expérimentées, essaieraient juste de profiter de la manne quantique pendant qu'elle dure.

« À moins que vous n'ayez vécu sous un rocher, vous avez probablement remarqué la prolifération récente de gros titres sur les développements révolutionnaires de la science et de la technologie quantiques, les incroyables succès récents de startups quantiques qui changent le monde et les énormes investissements gouvernementaux et privés dans l'informatique quantique pour capitaliser sur la deuxième révolution quantique imminente. Étant un peu familier avec la physique quantique et ayant récemment passé du temps à essayer de comprendre comment fonctionne la nouvelle industrie quantique, je suis de plus en plus préoccupé par le fait que cette récente agitation autour de l'informatique quantique soit un système de Ponzi intellectuel autoentretenu, une bulle, qui peut tôt ou tard s'effondrer et emporter avec elle les efforts légitimes de recherche et d'innovation. Certes, il y a des joyaux dans cet "espace technologique quantique", mais ils sont très rares. La plupart des entreprises de l'informatique quantique sont au mieux douteuses et sont entretenues par un afflux énorme et croissant de financement, qui n'est basé sur aucune pensée rationnelle ou attente raisonnable. »

La décohérence des systèmes quantiques continue d'être un handicap majeur

De plus en plus de personnes dénoncent une publicité mensongère autour de la technologie. Dans une tribune publiée dans le MIT Technology Review, Sankar Das Sarma, expert réputé dans le domaine de l'informatique quantique, a déclaré : « à ce jour, l'informatique quantique est un tigre de papier, et personne ne sait quand (si jamais) elle deviendra commercialement pratique. En attendant, le battage médiatique continue ».

Les ordinateurs quantiques devraient théoriquement permettre de résoudre des problèmes mathématiques extrêmement complexes auxquels les ordinateurs classiques ne seraient jamais en mesure de répondre (ou qu'il faudrait des années pour essayer). Les ordinateurs quantiques fonctionnent sur des bits quantiques ou qubits que l'on considère comme l’unité d’information quantique, ce qu’est le bit pour l’ordinateur classique.

L’état quantique des qubits peut avoir plusieurs valeurs. Contrairement aux bits binaires des ordinateurs traditionnels, qui prennent la valeur 0 ou 1, les qubits occupent ce que l'on appelle la superposition quantique - un état non défini et non mesuré qui peut effectivement représenter à la fois 0 et 1 dans le contexte d'une opération mathématique plus large. En théorie, les performances de calcul d’un ordinateur quantique croient de façon exponentielle à mesure que le nombre de qubits pouvant être manipulés croît. Dans cet ordre d'idée, l'on estime que les ordinateurs quantiques pourraient à l'avenir être capables de craquer l'algorithme de chiffrement RSA.

Source : SpinQ

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

SpinQ présente les premiers ordinateurs quantiques portables au monde, pensez-vous que l'entreprise chinoise serait dans un mensonge médiatique ?

Voir aussi :

L'informatique quantique souffre d'un problème de battage médiatique, selon Sankar Das Sarma, un physicien

Le battage médiatique autour de l'informatique quantique, un schéma de Ponzi intellectuel ? Un professeur de physique quantique craint que cela ternisse l'image de la science

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bundy*Al
Membre actif https://www.developpez.com
Le 21/12/2022 à 12:28
Ça permet de faire quoi leur ordi portable quantique ? De résoudre des problèmes concrets ? Ça a des applications commerciales ?
3  0 
Avatar de voxben
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 23/12/2022 à 11:09
Concretement, le bidule trouve combien de decimale au nombre PI en une heure de calcul ?
3  0 
Avatar de stigma
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/12/2022 à 8:58
ça me fait penser à l'Altair 8800 du Homebrew Club. Tout le monde rêvait d'en avoir un mais il n'avait aucune utilité pratique.
Tiens, ça me donne envie de rerererevoir le film qui retrace les débuts de la micro. "Les pirates de la silicon Walley"
2  0 
Avatar de melka one
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 17:47
belle performance même si ce n'ai pas le top c'est le seul dans sa catégorie représentant les premice des ordi quantique il faut bien un début et ils l'on fait.
1  0 
Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/12/2022 à 22:22
Un ZX81 a bien plus d'intérêt que ces machines dont personne ne sait quoi en tirer, pas même leurs concepteurs
1  0 
Avatar de exe2bin
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/12/2022 à 11:02
Bonjour à tous; petite question subsidiaire d’un néophyte: ça sert à quoi de ne pas savoir si un bit vaut 1 ou 0 ?
0  0 
Avatar de thanjuzo
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/12/2022 à 16:11
S'il n'a que 3 qubits alors on peut aussi bien le simuler logiciellement sur un pécé classique (au sens de non quantique)
0  0