IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

HP accusé de greenwashing avec ses imprimantes commercialisées sous le label EPEAT. Un groupe commercial demande sa révocation
Notamment pour avoir bloqué des cartouches de tiers

Le , par Stéphane le calme

7PARTAGES

15  0 
Les imprimantes HP sont au centre d’une controverse environnementale et éthique. HP commercialise des dizaines de ses imprimantes avec Dynamic Security et HP+ avec le label EPEAT (Electronic Product Environmental Assessment Tool), ce qui signifie que l'entreprise évoque son écoresponsabilité et assure qu'elle ne bloque pas des cartouches d'encre tierces sur ces produits.

Mais un groupe de commerce accuse HP de violer les critères EPEAT en faisant exactement ce que l'entreprise prétend ne pas faire. Le groupe affirme que ces pratiques trompent les consommateurs, nuisent aux remanufacturiers et augmentent le gaspillage et les émissions de carbone. Il demande au GEC, qui délivre le label EPEAT, de retirer les imprimantes HP du registre EPEAT et d’informer les acheteurs des faits.


Les imprimantes HP ont reçu beaucoup de critiques pour des mises à jour de firmware invasives qui empêchent les clients d’utiliser de l’encre avec leurs imprimantes. HP encourage également les clients des imprimantes à s’inscrire à HP+, un programme basé sur le cloud qui comprend un essai gratuit d’abonnement à Hp Instant Ink et un firmware irréversible qui permet à HP de bloquer l’encre quand il le juge bon.

HP+ est présentée comme étant une solution d'impression basée sur le cloud intégrée dans certaines imprimantes HP.


Electronic Product Environmental Assessment Tool (EPEAT), pour sa part, est un outil d’évaluation environnementale des produits électroniques. Il permet aux acheteurs (gouvernements, institutions, consommateurs, etc.) d’évaluer, de comparer et de sélectionner des produits électroniques en fonction de leurs caractéristiques environnementales. EPEAT a été créé et est géré par le Conseil mondial de l’électronique (GEC), un programme de la Fondation internationale pour le développement durable (ISDF), une organisation à but non lucratif qui « imagine un monde où le commerce, les communautés et la nature se développent en harmonie ».

EPEAT couvre actuellement les catégories de produits suivantes :
  • Ordinateurs et écrans
  • Équipements d’imagerie
  • Téléphones mobiles
  • Modules et onduleurs photovoltaïques (PVMI)
  • Télévisions
  • Serveurs

Pour qu’un produit figure dans le registre EPEAT, il doit respecter des critères de performance environnementale qui portent sur :
  • la sélection des matériaux
  • la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la chaîne d’approvisionnement
  • la conception pour la circularité et la longévité du produit
  • la conservation de l’énergie
  • la gestion en fin de vie
  • la performance de l’entreprise
  • Les produits sont ensuite classés par un label or, argent ou bronze selon le nombre de critères optionnels auxquels ils répondent

Mais International Imaging Technology Council (IITC) estime que HP s'en moque ouvertement.

Avant d'aborder la plainte de l'IITC envoyée le 22 mai à Katherine Larocque, directrice principale de GEC, notons les enjeux évidents de l'IITC dans cette affaire. L'association commerciale à but non lucratif a été fondée en 2000 et affirme qu'elle représente « les remanufactureurs de cartouches de toner et à jet d'encre, les fournisseurs de composants et les collecteurs de cartouches en Amérique du Nord ». Ainsi, ses membres risquent de perdre beaucoup d'argent à cause de tactiques telles que Dynamic Security ou HP+. L'IITC a déjà déposé une plainte auprès du GEC à propos de HP en 2019 pour un micrologiciel bloquant l'encre non HP, mais il ne semble pas y avoir de résultats notables.

Le groupe est biaisé sur ce sujet, mais sa plainte reflète encore de nombreux problèmes et préoccupations que les consommateurs et les recours collectifs ont détaillés concernant la position exclusive des imprimantes HP sur l'encre.

Plainte de l'IITC

HP Inc. (« HP ») s'est moqué du processus d'enregistrement EPEAT et fait du greenwashing pour ses produits en prétendant à tort la conformité à l'écolabel EPEAT. Le critère requis 4.9.2.1 de l'EPEAT exige « une documentation indiquant que le produit n'empêche pas l'utilisation de cartouches et de conteneurs non fabriqués par HP », cette affirmation est manifestement fausse. La vérité est révélée dans les commentaires négatifs des clients, la presse industrielle et les poursuites civiles décrivant tous comment HP bloque l'utilisation de cartouches non HP, mais aussi, et surtout, sur les sites Web et la documentation des produits de HP, où pas moins de 86 appareils enregistrés auprès de l'EPEAT sont actuellement proposés pour vente sont accompagnés de mentions telles que
  • « Fonctionne uniquement avec l'encre HP d'origine »
  • « Exige... l'utilisation exclusive de cartouches d'encre HP d'origine pendant toute la durée de vie de l'imprimante ».
  • « Les cartouches utilisant une puce non HP peuvent ne pas fonctionner ou cesser de fonctionner ».

Ces déclarations et d'autres similaires concernant les appareils HP qui incluent les fonctions « Dynamic Security » et/ou « HP+ » sont en conflit direct avec le critère EPEAT 4.9.2.1. En conséquence, l'International Imaging Technology Council ("Int'l ITC") demande respectueusement au Global Electronics Counsel ("GEC") de :
  1. révoquer les enregistrements EPEAT de tous les appareils HP qui incluent Dynamic Security ou HP+; et
  2. confirmer publiquement que tout appareil qui inclut Dynamic Security, HP+, ou toute fonctionnalité ou fonctionnalité similaire qui empêche l'utilisation de cartouches ou de conteneurs remanufacturés non fabriqués par le fabricant, n'est pas éligible à l'enregistrement EPEAT.

Les écolabels existent pour « aider les consommateurs et les acheteurs institutionnels à identifier rapidement et facilement les produits qui répondent à des critères de performance environnementale spécifiques et sont donc considérés comme "écologiquement préférables" ». Cet objectif n'est atteint que lorsque l'organisme de gestion assure le strict respect de ses exigences et tient responsable fabricants qui ne s'y conforment pas. Les actions de HP nécessitent une enquête et, dans la mesure où les violations sont confirmées, une réponse énergique et publique du GEC pour dissuader les comportements trompeurs similaires d'autres fabricants.

Les mises à jour du firmware qui bloquent les cartouches tierces

Pour qu'une imprimante fasse partie du registre EPEAT, elle est censée se conformer aux critères de catégorie d'équipement d'imagerie EPEAT, qui sont basés sur la norme IEEE 1680.2-2012 pour l'évaluation environnementale des équipements d'imagerie. L'IITC est suspendu à la section 4.9.2.1, qui exige que les produits enregistrés n'empêchent pas l'utilisation de cartouches et de contenants non fabriqués par des fabricants et que les fournisseurs fournissent une documentation montrant que l'appareil n'est pas « conçu pour empêcher l'utilisation d'une cartouche non fabriquée ou un contenant non fabriqué ».

Eh bien, comme l'IITC et les consommateurs qui se sont plaints ces dernières semaines vous le diront, cela ressemble énormément à ce que HP fait avec ses imprimantes Dynamic Security.

En approfondissant, la plainte de l'IITC affirme « qu'au cours des 8 dernières semaines seulement, HP a publié 4 mises à jour de micrologiciels qui tuent ciblant des dizaines d'imprimantes à jet d'encre enregistrées à l'EPEAT ». « Au moins une de ces mises à jour récentes ciblait spécifiquement un seul producteur de cartouches remanufacturées sans avoir d'impact sur les cartouches tierces non remanufacturées utilisant des puces non HP fonctionnellement identiques », indique la plainte.

Le groupe commercial a également affirmé qu'au moins 26 « mises à jour de micrologiciels tueuses » se sont produites sur des imprimantes laser HP enregistrées à l'EPEAT depuis octobre 2020.

La plainte fait valoir que le message d'erreur que les utilisateurs voient*: « Les cartouches indiquées ont été bloquées par le micrologiciel de l'imprimante, car elles contiennent des puces non HP. Cette imprimante est conçue pour fonctionner uniquement avec des cartouches neuves ou réutilisées dotées d'une puce HP neuve ou réutilisée. Remplacez les cartouches indiquées pour continuer l'impression ». Cela va à l'encontre des exigences EPEAT, pourtant HP commercialise des dizaines d'imprimantes Dynamic Security avec écolabels EPEAT.

Dynamic Security

La plainte de l'IITC met en évidence de nombreux endroits où HP revendique l'enregistrement EPEAT tout en contredisant apparemment les termes du registre.

Par exemple, l'IITC a partagé une documentation EPEAT indiquant que « les imprimantes HP ne sont pas conçues pour empêcher l'utilisation de cartouches et de conteneurs non fabriqués par HP ». Pendant ce temps, le site Web de HP sur la sécurité dynamique indique que « les imprimantes équipées de la sécurité dynamique sont destinées à fonctionner uniquement avec des cartouches dotées de puces ou de circuits électroniques HP neufs ou réutilisés. Les imprimantes utilisent les mesures de sécurité dynamiques pour bloquer les cartouches utilisant des puces non HP ou des circuits électroniques modifiés ou non HP ».


« Peut-être est-ce la position de HP qui estime que 4.9.2.1 lui permet de bloquer toute cartouche non-fabricant qui n'utilise pas de puce HP. Indépendamment du fait que HP invoque des "problèmes de sécurité" ou une autre excuse, 4.9.2.1 n'offre pas une telle marge de manœuvre; le libellé du 4.9.2.1 est sans équivoque et sans réserve », indique la plainte de l'IITC.

Les imprimantes Dynamic Security reçoivent des mises à jour périodiques du micrologiciel qui, selon HP, « peuvent améliorer, améliorer ou étendre les fonctionnalités et les fonctionnalités de l'imprimante, protéger contre les menaces de sécurité et servir à d'autres fins », mais également « bloquer les cartouches utilisant une puce non HP ou modifiée ou non- Les circuits HP fonctionnent dans l'imprimante, y compris les cartouches qui fonctionnent aujourd'hui ». Parfois, ces cartouches sont pleines à plus de 90 %, selon l'IITC, qui ne voit pas d'où vient la « sécurité » dans « Dynamic Security » :

« La vérité est que Dynamic Security n'a rien à voir avec la sécurité et tout à voir avec les consommateurs frustrants qui choisissent des cartouches non HP dans le but d'améliorer les ventes de cartouches HP authentiques ».

HP+

La plainte vise également le programme HP+, que HP décrit comme un « système HP intégré qui nécessite une connexion Internet et ne fonctionne qu'avec des cartouches d'encre ou de toner HP d'origine » et offre aux clients des avantages tels qu'un essai HP Instant Ink de six mois et un « cloud connecté qui détecte et corrige automatiquement les problèmes de connectivité ».

Mais c'est sur la partie « ne fonctionne qu'avec les cartouches d'encre ou de toner HP d'origine » que la plainte insiste.

« [HP+] enferme les consommateurs dans l'utilisation exclusive des cartouches HP pendant toute la durée de vie de l'imprimante, et empêche ainsi l'utilisation de cartouches non fabriquées », indique la plainte de l'IITC. La plainte prétend également avoir confirmé auprès du support technique HP que HP+ ne peut pas être désactivé. « La position de HP semble être que 4.9.2.1 inclut une faille qui permet à HP de bloquer à jamais toutes les cartouches non fabriquée par HP si un utilisateur final active HP+, mais 4.9.2.1 n'offre pas une telle marge de manœuvre », indique la plainte.

Ce que réclament les plaignants

L’IITC demande au GEC de prendre des mesures immédiates pour retirer les imprimantes HP concernées du registre EPEAT et pour informer les acheteurs potentiels des pratiques trompeuses d’HP.

« Nous demandons instamment au GEC d’agir rapidement pour protéger la crédibilité du registre EPEAT », écrit le groupe. « Nous demandons également au GEC d’informer tous les acheteurs publics et privés qui ont acheté ces produits sous le prétexte qu’ils étaient conformes aux critères EPEAT ».

Le groupe demande également au GEC de vérifier si d’autres fabricants utilisent des tactiques similaires pour bloquer les cartouches non fabriquées par le fabricant.

Sources : plainte, support HP (Dynamic Security)

Et vous ?

Que pensez-vous des pratiques d’HP concernant les cartouches d’encre?
Avez-vous déjà eu des problèmes avec les imprimantes HP à sécurité dynamique ou HP+?
Quels sont les critères que vous utilisez pour choisir une imprimante respectueuse de l’environnement?
Quelles sont vos sources d’information sur les questions environnementales liées aux produits électroniques?
Quelles actions prenez-vous pour réduire votre empreinte carbone liée à l’utilisation d’imprimantes?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 05/12/2023 à 15:37
Gentil rappel :



Il faut coffrer ces brigands.
12  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 06/12/2023 à 1:17
La sécurité dynamique constitue une fonctionnalité intégrée aux imprimantes HP, visant à authentifier les cartouches d'encre et à prévenir l'utilisation de cartouches non autorisées par HP. Instant Ink est un abonnement dans lequel les cartouches d'encre ou de toner sont expédiées en cas de besoin, les clients payant des forfaits allant de 0,99 dollar à 25,99 dollars par mois. En mai de l'année dernière, HP comptait plus de 11 millions d'abonnés à ce service. Depuis, elle a engrangé des pourcentages à deux chiffres sur le front des recettes.
11 millions de

10  0 
Avatar de der§en
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/02/2024 à 20:11
Grand bien leurs fait, en ce qui me concerne, HP est désormais dans ma liste des fabricants a fuir…
10  0 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 05/12/2023 à 20:38
J'ai banni HP des imprimantes que j'achète maintenant et même pour le reste j'évite.

A ce jour je n'ai pas trouvé de projet open source ou relativement ouvert assez avancé pour remplacer les imprimantes de grandes marques
9  0 
Avatar de Eric80
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/08/2023 à 9:36
les procès se suivent et se ressemblent: les constructeurs font arrangement financier avec les plaignants (des privés aux USA, une amende en UE), mais tjs sans changer le concept fautif.
Ici, il y a fort à parier que cela sera pareil. Et avec qques lignes de + dans le manuel d utilisation HP, disant qu il faut tjs de l encre.

Il serait bcp plus efficace de forcer HP et Canon à changer leur concept, par ex avec une interdiction à la vente!
Surtout qu ici et dans bien des cas, il "suffirait" probablement une MAJ du firmware / logiciel afin qu il ne bloque plus le fax et scanner qd il y a pas d'encre
7  0 
Avatar de AndMax
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/12/2023 à 10:54
"La gestion de la réputation joue également un rôle central dans la dynamique concurrentielle actuelle."

L'histoire du client HP qui n'a pas pu utiliser son scanner parce-que le niveau d'encre de son appareil est trop bas (un pilote qui se fout de la gueule de l'utilisateur), cela a déjà fait le tour du web. Je crois que même EPSON qui est à peu près à 0 dans mon estime, n'aurait pas osé programmer une chose aussi débile.

A partir du moment où un produit contient un DRM et que c'est le silence qui sert d'information au client, alors ce produit ou service ne respecte plus le Code de la Consommation en France, et en particulier l'article L111-1.

Ce qui est le plus consternant par contre, ce n'est pas ce que fait HP, mais ce que font les clients. Ils acceptent tout sans broncher ou changer de marque. Donc demain ce sera pire. Attendez-vous à une souscription payante pour la LED qui indique si l’imprimante est allumée ou éteinte.
6  0 
Avatar de Gluups2
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/01/2024 à 8:57
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Cependant, des critiques affirment que les imprimantes HP sont le problème et que l'équipementier a peut-être favorisé l'émergence des logiciels malveillants qui attaquent les cartouches. L'un d'entre eux affirme : « si cela est vrai, le PDG de HP vient d'admettre publiquement que ses imprimantes présentent de sérieux problèmes de sécurité. Il semble qu'ils n'avaient aucune raison d'empêcher les logiciels malveillants, car leur existence pouvait être utilisée pour inciter les consommateurs à acheter exclusivement les cartouches d'encre de HP. Je me demande s'ils ont corrigé ce bogue après la découverte de l'exploit ».
De même, sur un site web on peut saboter la base de données en ajoutant une autre requête à l'intérieur d'un champ.

Mais ça, ce n'est possible que si le programmeur constitue la requête SQL par concaténation, au lieu d'utiliser une requête paramétrée, qui n'acceptera pas un paramètre qui ne soit pas du bon type.

Si HP nous avoue avoir mis sur le marché des imprimantes capables de faire des bêtises à cause de ce que lui murmureraient les cartouches, c'est grave.

À la malhonnêteté, ils ajoutent l'incompétence revendiquée.
Au sujet de nos politiques depuis 40 ans nous avons un doute entre les deux, mais dans ce cas-ci il y a clairement les deux.

Un autre critique a ajouté : « comment convaincre le plus grand nombre qu'il s'agit en fait d'un reflet de l'incompétence flagrante de HP (et probablement intentionnelle), plutôt que de l'ordre naturel inévitable des choses comme les laquais de HP veulent l'insinuer ? ».
En effet, voilà qui irait dans le bon sens.
Hélas, nous avons des concitoyens à qui on a prouvé par A+B qu'on savait avant le scrutin qui serait le président (pour la peine que les bons candidats ont été éliminés par le premier ministre sans que personne ne bronche), et qui vont quand même aux urnes ; qui décident donc d'avoir un président dont ils disent pis que pendre (ça, de toute façon, c'est inévitable) représentant 70% de la population, plutôt que représentant 10% (ce qui, en revanche, est évitable : il faut rester chez soi le jour du scrutin ; ou venir, et se croiser les bras toute la journée).

Donc se détourner de HP se heurte à deux problèmes :
  • celui que je viens d'évoquer
  • et aussi la longévité que nous attendons des imprimantes, que nous avons achetées bien avant que les hostilités commencent


Et je dois dire que j'ai la double peine, puisque j'ai acheté HP chez CDiscount, avant de me rendre compte que CDiscount refuse de répondre aux questions quelles qu'elles soient (sauf quand on paie).
5  0 
Avatar de berceker united
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 10:23
Oui mais la crainte va être que si ça marche bien pour eux, cela puisse donner des idées aux concurrents.
Le système d'abonnement devient un poison aujourd'hui, ça touche les logiciels, les voitures avec BMW, les imprimantes, demain cela va être quoi ? Je ne sais plus dans quelle série Netflix ou les implants ou organe sont en abonnement.
A ce jeu là, on risque de donner trop de la légitimité aux "hackers" au yeux du public, avec la dérive sous-jacent.
5  0 
Avatar de Tintwo
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 14/08/2023 à 9:55
Ah ah ça ne m'étonne même plus... j'ai une EPSON qui me fait une bonne blague aussi, j'imprime en N&B et ça me 'débite" le niveau des cartouches couleurs et après je ne peux plus imprimer même en N&B parce qu'il manque du magenta alors que la cartouche noire est pleine. Et ça, c'est 1 parmi... trop. Foutage de gueule depuis des années sur le sujet des imprimantes.
4  0 
Avatar de Galet
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 22/01/2024 à 11:44
HP est une société commerciale à but lucratif, et son PDG a bien le droit d'orienter son approche du marché. S'il souhaite inciter ses clients à acheter ses produits, quoi d'anormal ?
La question est simplement de ne pas "piéger" ses clients en étant clair sur le lien plus ou moins obligatoire entre l'imprimante et ses consommables.
A chaque utilisateur de décider s'il accepte, dans son investissement, de payer plus cher ses consommables.

La notion de "propriété intellectuelle" sur les cartouches me semble toutefois assez difficile à admettre. Si les encres HP possèdent des propriétés ou composants spécifiques dont l'absence risque de réduire les capacité de l'imprimante, qu'il l'annonce clairement et l'utilisateur décidera...

Pour ma part, j'essaie de rayé de ma liste de fournisseurs les "bandits" potentiels, dont HP fait partie.

La seconde composante du sujet concerne la réparabilité du matériel. Sur ce point il existe des lois (les politiques ont fait une partie du travail). Si HP souhaite se priver du marché européen, libre à lui. Les produits non conformes aux normes ou obligations devraient simplement être interdit à la vente et retirées des rayons...
4  0