IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Intel a procédé aux rachats d'actions de 152 milliards de dollars, mais pourquoi a-t-elle besoin d'une subvention de 8 milliards de dollars ?
Les Leopold tente d'expliquer ce paradoxe

Le , par Stéphane le calme

18PARTAGES

4  0 
Intel, le plus grand fabricant de puces aux États-Unis, avec des revenus de 54 milliards de dollars en 2023, vient de recevoir une subvention de 8,5 milliards de dollars du CHIPS and Science Act du gouvernement fédéral, ainsi que 11 milliards de dollars de prêts favorables. Cependant, Intel a récemment annoncé avoir racheté des actions pour un montant total de 152,05 milliards de dollars depuis le début de son programme de rachat en 1990. Ce programme de rachat d’actions permet à Intel de racheter ses propres actions sur le marché ou via des transactions négociées. À la fin de 2023, Intel était autorisé à racheter jusqu’à 110 milliards de dollars supplémentaires, dont 7,24 milliards de dollars restent disponibles.

La question qui se pose est la suivante : pourquoi une entreprise aussi prospère que Intel a-t-elle besoin d’une subvention de 8 milliards de dollars ? Cette subvention soulève des interrogations sur la nécessité d’un soutien financier supplémentaire pour une entreprise qui a déjà réalisé d’importants rachats d’actions.


Le ministère américain du Commerce a annoncé le 20 mars l’attribution au champion américain des semi-conducteurs une subvention pouvant atteindre 8,5 milliards de dollars dans le cadre du plan «Chips and Science Act», plus connu sous le nom de «Chips for America».

Le financement annoncé par le ministère américain du commerce soutiendra les plans du fabricant de puces visant à investir plus de 100 milliards de dollars aux États-Unis au cours des cinq prochaines années. L'entreprise prévoit d'étendre sa présence dans l'industrie américaine des semi-conducteurs avec des sites de fabrication de puces en Arizona, au Nouveau-Mexique, dans l'Ohio et dans l'Oregon.

Aux 8,5 milliards de dollars de subvention s’ajoutent une aide de 50 millions de dollars au développement des compétences dans l’entreprise, des prêts de 11 milliards de dollars du ministère américain du Trésor et des crédits d’impôts atteignant 25% sur plus de 100 milliards de dollars d'investissements qualifiés. Au total, le soutien fédéral à Intel dépasserait les 20 milliards de dollars.

« Aujourd'hui est un moment décisif pour les États-Unis et Intel alors que nous travaillons à alimenter le prochain grand chapitre de l'innovation américaine en matière de semi-conducteurs », a déclaré Pat Gelsinger, PDG d'Intel, dans un communiqué. « L'IA stimule la révolution numérique et tout ce qui est numérique a besoin de semi-conducteurs. Le soutien du CHIPS Act permettra à Intel et aux États-Unis de rester à l'avant-garde de l'ère de l'IA tout en construisant une chaîne d'approvisionnement en semi-conducteurs résiliente et durable pour alimenter l'avenir de notre pays ».


Mais Intel a-t-il réellement besoin de ces 8 milliards de dollars de financement ?

Intel a prélevé 152 milliards de dollars sur ses revenus, dont une partie aurait pu être utilisée pour la recherche et le développement, la construction de nouvelles installations de fabrication de puces électroniques aux États-Unis et l'augmentation des salaires, pour les transférer à ses plus gros actionnaires de Wall Street et aux dirigeants de l'entreprise, enrichissant ainsi la fraction la plus élevée du 1% le plus élevé.

Une entreprise qui rachète ses propres actions voit son bénéfice par action augmenter parce qu'il y a moins d'actions en circulation. Le prix des actions augmente, bien que rien de nouveau ne soit créé, et les plus gros actionnaires, y compris les dirigeants d'Intel, encaissent des bénéfices faramineux. Le PDG d'Intel, Pat Gelsinger, a empoché 179 millions de dollars en 2021, dont la majeure partie provient de la rémunération liée aux actions.

Les rachats d'actions sont une forme de manipulation des actions, c'est pourquoi ils ont été interdits par la Securities and Exchange Commission après la Grande Dépression, jusqu'à la déréglementation de 1982, qui limitait les rachats à 2 % des bénéfices. Aujourd'hui, c'est à volonté que les sociétés rachètent leurs actions, près de 70 % de leurs bénéfices étant consacrés à cette forme de manipulation des actions.

Il est important de noter que les rachats d’actions peuvent être perçus de différentes manières. D’un côté, ils peuvent être considérés comme un moyen pour l’entreprise de récompenser ses actionnaires et d’augmenter la valeur de leurs actions. D’un autre côté, certains critiques estiment que ces rachats peuvent réduire les investissements dans la recherche et le développement, ainsi que dans d’autres domaines essentiels à la croissance à long terme de l’entreprise.

Aussi, la question qui se pose est la suivante : pourquoi une entreprise aussi prospère que Intel a-t-elle besoin d’une subvention de 8 milliards de dollars ?


L'analyse de Les Leopold sur cette subvention

Les Leopold est le directeur exécutif du Labor Institute et l'auteur du nouveau livre Wall Street's War on Workers : Comment les licenciements massifs et la cupidité détruisent la classe ouvrière et ce qu'il faut faire pour y remédier (2024). Ci-dessous, il nous livre son analyse :

La sécurité nationale est en danger, nous dit-on. Les semi-conducteurs sont bien trop importants pour notre défense et notre économie pour être produits à l'étranger, en particulier en Chine ou à proximité, notre ennemi communiste de jure. Si nous ne soudoyons pas Intel pour qu'elle construise ici, dit-on, elle risque d'aller ailleurs. Ils sont là pour faire des profits (et des rachats d'actions), pas pour assurer la sécurité nationale.

Le principal argument de vente, comme toujours, de la part des politiciens des deux partis, c'est l'emploi. La Maison Blanche estime qu'Intel créera 20 000 emplois temporaires dans le secteur de la construction et 10 000 emplois permanents dans le secteur manufacturier grâce à cette subvention.

Mais qu'est-ce qui empêche Intel de consacrer les subventions des contribuables à de nouveaux rachats d'actions ?

Pas grand-chose. D'ailleurs, le sénateur Chris Van Hollen (D-Md.) écrit :

Bien que la législation interdise spécifiquement l'utilisation des fonds CHIPS pour les rachats d'actions et les paiements de dividendes, ces restrictions n'interdisent pas explicitement aux bénéficiaires d'utiliser les fonds CHIPS pour libérer leurs propres fonds, qu'ils peuvent ensuite utiliser à ces fins.
La sénatrice Elizabeth Warren (D-Mass.) s'inquiète déjà du fait que BAE Systems, un bénéficiaire beaucoup plus modeste du CHIPS, mais aussi un récidiviste du rachat d'actions, n'a pas déclaré qu'il s'abstiendrait de procéder à des rachats d'actions pendant toute la durée de son financement par le CHIPS. Intel n'a pas non plus pris cet engagement. En fait, le site web d'Intel indique que l'entreprise est toujours autorisée à procéder à des rachats d'actions pour un montant supplémentaire de 7,24 milliards de dollars.


Comment savoir si une grande entreprise utilise l'argent du CHIPS ou d'autres fonds pour effectuer ses rachats ? C'est impossible.

La loi CHIPS n'interdit-elle pas à Intel de procéder à des licenciements massifs ?

Il n'en est rien.

Intel pourrait très bien augmenter le nombre d'emplois dans certains sites tout en supprimant des emplois dans d'autres. Et il est prouvé que c'est ce qu'elle fait en ce moment même.

Alors que la loi CHIPS était en cours d'examen par le Congrès en 2022 et qu'elle était fortement défendue par le PDG Gelsinger, Intel a licencié environ 2 000 employés en Californie. Aujourd'hui, l'entreprise déclare qu'elle « s'efforce d'accélérer sa stratégie tout en réduisant les coûts par le biais de multiples initiatives, y compris certaines réductions d'effectifs spécifiques à des activités et à des fonctions dans l'ensemble de l'entreprise ».

Cette salade de mots signifie qu'au moment où Intel créera 10 000 nouveaux emplois dans l'industrie manufacturière, elle aura licencié plus de travailleurs que cela. Et ils savent que le gouvernement ne pourra rien y faire.

Conclusion

La subvention de 8 milliards de dollars pourrait être destinée à des projets spécifiques, tels que le développement de nouvelles technologies, la recherche sur les semi-conducteurs ou la construction d’infrastructures. Cependant, sans plus de détails, il est difficile de savoir exactement pourquoi Intel a besoin de cette subvention.

En fin de compte, il est essentiel que les entreprises comme Intel soient transparentes quant à l’utilisation de leurs fonds, en particulier lorsqu’il s’agit de rachats d’actions et de subventions gouvernementales. Les investisseurs et le public ont le droit de comprendre comment ces décisions financières affectent l’entreprise et l’économie dans son ensemble.

Sources : Intel, analyse de Les Leopold

Et vous ?

Pourquoi pensez-vous qu’Intel a besoin d’une subvention de 8 milliards de dollars malgré ses rachats d’actions massifs ?
Quels avantages ou inconvénients voyez-vous dans les rachats d’actions par les grandes entreprises ?
Pensez-vous que les subventions gouvernementales devraient être conditionnées à des investissements spécifiques, tels que la recherche et le développement ou la création d’emplois locaux ?
Quelle est votre opinion sur l’utilisation des fonds publics pour les rachats d’actions ? Est-ce une pratique justifiable ou devrions-nous exiger plus de transparence et de responsabilité ?
Comment pouvons-nous garantir que les entreprises bénéficient réellement à la société dans son ensemble plutôt qu’à une poignée de grands actionnaires ?
Existe-t-il des alternatives aux rachats d’actions pour les entreprises qui souhaitent augmenter la valeur de leurs actions ?
Quel rôle devrait jouer le gouvernement dans la régulation des pratiques financières des grandes entreprises ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de kmedghaith
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 9:38
La Chine rattrape son retard technologique à grands pas et ceci en partie à causes des sanctions US et EU.
Vu la taille de l'appareil industriel et sa croissance, les "experts" économiques estiment ... qu'on est foutus.
6  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 11:31
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est clair que les nations européennes sont foutues.... Maintenant elles n'achètent plus d'énergie Russe.
Cette affirmation est fausse!

1. Les pays européens dont la France achètent toujours de l'uranium à la Russie pour leur centrales nucléaires. En 2022, la France a acheté à la Russie 312 tonnes d'uranium enrichi, pour un montant de 358 millions d'euros!!!

2. Les pays européens achètent toujours de gaz à la Russie soit directement, soit via des pays intermédiaires. Auditionné par le sénat français ce lundi 29 avril 2024, le PDG de TotalEnergie Patrick Pouyanné a avoué « Si l’on bannit le GNL russe, les prix du gaz en Europe vont repartir à la hausse ». « Il y a une importation de GNL russe en Europe : 14 millions de tonnes en 2022 et en 2023. On importe actuellement en Europe entre 105 et 110 millions de tonnes, c’est donc 12 à 13 % des importations »

https://www.publicsenat.fr/actualite...-totalenergies

3. Les pays européens achètent toujours du pétrole à la Russie en passant par des intermédiaires comme l'Inde ou comme certaines anciennes républiques de l'URSS dont le nom se termine en "...stan" qui bien que n'ayant pas la moindre goutte de pétrole sur leur sol sont devenus depuis le début de la guerre en Ukraine des exportateurs de pétrole pour les européens... D'après vous, ils l'obtiennent où le pétrole qu'ils nous vendent?????

En conclusion, quand on affirme des choses, il ne faut pas se limiter aux discours officiels des politiques, ni de certaines chaînes d'info qui font plus dans la propagandes que dans l'information...
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 11:48
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Cette affirmation est fausse!
Bon écoutez, on va dire que c'était une figure de style. (peut-être une hyperbole ou un truc comme ça)

- On n'importe moins d'énergie Russe
- Si elle passe pas des intermédiaires, elle coute plus cher
- L'industrie allemande prend très cher, donc il y a forcément quelque chose qui a changé quelque part (même en France le prix de l'électricité a bondit)
- Un des "tuyaux" de Nord Stream 2 est toujours fonctionnel, la Russie est prête à envoyer du gaz, pourtant on ne l'utilise pas

Il n'y avait pas de besoin de saboter les Nord Stream, puisque la décision "nous arrêtons d'utiliser Nord Stream" a été prise.
Ça profite aux USA puisqu'on va augmenter nos importations d'énergie US et diminuer nos importations d'énergie Russe.



Pétrole, gaz : en 2022, les Etats-Unis sont devenus les premiers fournisseurs de la France
Les Etats-Unis devancent désormais la Norvège et la Russie, qui fournit encore l'Hexagone en gaz à hauteur de 15%, d'après le « Chiffres clés de l'énergie 2023 » publié jeudi. Une conséquence directe du déclenchement de la guerre en Ukraine par la Russie et des embargos énergétiques décidés par les Occidentaux.
Les USA ne vont pas laisser les nations de l'UE se remettre pote avec la Russie quand la guerre sera terminée.
Alors qu'il est dans l'intérêt des nations européennes de commercer avec la Russie.
C'est dommage de perde un partenaire comme ça.
4  1 
Avatar de smobydick
Membre averti https://www.developpez.com
Le 16/04/2024 à 15:10
Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
les usa ne font que financer encore une entreprise externe.

et au final que tsmc, samsung et intel dépendant de machine externe qui utilise certain brevet américain
Si on pouvait au moins être dans une situation similaire où le top 3 des usines de semi-conducteurs seraient implantés chez nous, ce serait déjà très bien. Le but des usa c'est bien évidemment de ne pas mettre tout ses œufs dans le même panier jusqu'à ce que Intel permet de se passer des acteurs étrangers.
2  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/06/2024 à 23:08
Les États-Unis pourraient produire 28 % des puces de moins de 10 nm d'ici à 2032 contre 2 % pour la Chine
1.
Et l'Europe? 0%!!!

Les européens se sont vantés de développer sur le continent une usine de fabrication de puces électroniques... Ils ont juste oublié de préciser un petit point de détail... Ce ne sera pas une usine européenne mais simplement une usine délocalisée en Europe par les... taïwanais.

2. Petite question de Bac pour les nuls... Les chinois à 2% passeront à quel pourcentage quand ils auront fait main basse sur le producteur de 90% des puces au niveau mondial... Taiwan?
2  0 
Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 16/04/2024 à 14:30
les usa ne font que financer encore une entreprise externe.

et au final que tsmc, samsung et intel dépendant de machine externe qui utilise certain brevet américain
1  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 20:37
a prendre avec des pincettes comme tout ce que dit la chine sur elle meme
1  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 20:59
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Cette affirmation est fausse!
Hey j'ai relu mon message, il y avait 3 arguments, 2 d'entre eux étaient 100% vrai et le dernier au moins 50% vrai.
Donc j'avais raison dans les 83%. (bon après vous avez la logique des professeurs, ils disaient "donner les réponses les plus concises possible, ça diminuera la probabilité de dire une connerie", dans les DS il faut toujours en dire le moins possible, en en disant plus on risque de faire baisser sa note)

C'est un peu mal honnête de chercher le détail pas parfait dans une liste.
C'est un peu du pilpoul.

Ce n'est pas faux de dire que les nations européennes importent moins d'énergie Russe.
Vu que les Nord Stream ont été saboté.

Voilà ce que dit l'UE :
L’Europe peut-elle se passer du gaz russe ?
"Nous devons assurer notre indépendance vis-à-vis du pétrole, du charbon et du gaz russes. Nous devons agir maintenant pour atténuer les effets de la hausse des prix de l'énergie, diversifier notre approvisionnement en gaz pour l'hiver prochain et accélérer la transition vers une énergie propre" - Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne (8 mars 2022)
Il y a un projet pour 2027.

Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
a prendre
Il y a bien des gens qui vont acheter une carte mère, un processeur et qui vont faire des tests.
Il ne faut pas sous estimer les entreprises chinoises, il y en a des très fortes.

Par exemple que la Chine est forte en véhicule électrique.
Il y a une industrie en Chine.
1  1 
Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 09/06/2024 à 13:17
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
1.
Et l'Europe? 0%!!!

Les européens se sont vantés de développer sur le continent une usine de fabrication de puces électroniques... Ils ont juste oublié de préciser un petit point de détail... Ce ne sera pas une usine européenne mais simplement une usine délocalisée en Europe par les... taïwanais.
au usa il y a intel, mais sinon c'est pareil, usine coréenne et taiwandaise délocalisé au usa

même taiwan a mensionné que leur techno leur plus avancé ne seront pas au usa
0  0 
Avatar de mith06
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 9:45
Pour garder notre avance, on va avoir besoin de plus de réglementation et plus de taxes.
0  1