IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La moitié des puces fabriquées en Russie sont défectueuses : Baikal Electronics cherche des solutions locales,
Après les départs d'entreprises technologiques et le blocage de services populaires

Le , par Bruno

30PARTAGES

19  0 
La Russie rencontre des difficultés avec la moitié de ses processeurs, qui se révèlent défectueux lors de l'emballage. Baikal Electronics, une entreprise russe de développement de processeurs, élargit ses partenariats avec des entreprises d'emballage locales pour répondre à la demande intérieure. Suite aux restrictions après l'invasion de l'Ukraine, Baikal a dû trouver de nouveaux partenaires pour la fabrication, l'emballage et les tests des puces, mais les défauts persistent, principalement en raison du manque d'expertise et de l'équipement inadéquat des entreprises d'emballage russes. La situation met en évidence le besoin critique pour l'industrie microélectronique russe d'améliorer ses compétences en emballage et de réduire les défauts, bien que le défi fondamental demeure le manque de capacités de fabrication avancées en silicium dans le pays.

Environ la moitié des processeurs emballés en Russie sont défectueux. Cette situation a incité Baikal Electronics, un développeur de processeurs russe, à augmenter le nombre de ses partenaires d'emballage dans le pays, selon un rapport de Vedomosti, un quotidien économique de langue russe publié à Moscou (hat tip to Cnews). Outre GS Group, basé à Kaliningrad, l'entreprise fera désormais appel à Milandr et Mikron, basés à Zelenograd, une ville proche de Moscou. Ce qui n'est pas encore clair, c'est la fonderie qui produit initialement les puces pour Baikal.


« Plus de la moitié des lots de puces s'avèrent défectueux », a déclaré à Vedomosti une source au fait du dossier. « Les raisons résident à la fois dans l'équipement des entreprises, qui doit être correctement configuré, et dans les compétences insuffisantes des personnes impliquées dans l'emballage des puces. Après l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février 2022, la société taïwanaise TSMC et d'autres sociétés de puces ont cessé de travailler avec des entreprises russes, dont Baikal. Ces entreprises ont même refusé d'expédier quelque 300 000 processeurs déjà fabriqués et emballés à l'entreprise qui sert le gouvernement russe, y compris la police et les services secrets. Baikal Electronics a donc dû trouver de nouveaux partenaires de fabrication, y compris ceux qui produiraient le silicium, emballeraient et testeraient les puces finales.

En mars 2022, la Russie a fait part d'une crise majeure dans le domaine du stockage informatique, conséquence du retrait des fournisseurs occidentaux de services cloud. Face à cette situation, les autorités russes ont envisagé de racheter la capacité des centres de données commerciaux et de récupérer les ressources informatiques des entreprises ayant quitté le pays. Le ministère du numérique a affirmé qu'il évaluait la situation. Cependant, les exploitants de centres de données ont également exprimé leur besoin d'aide, notant une forte hausse des prix des systèmes de stockage et des serveurs, ainsi que des difficultés d'accès aux prêts et des perturbations dans la chaîne logistique.

La Russie a été confrontée à une série de départs d'entreprises technologiques, ce qui pourrait avoir un impact disproportionné sur la population, en particulier avec le blocage de services populaires comme YouTube. Des géants de l'industrie comme Red Hat, Oracle et SAP ont suspendu leurs opérations en Russie, en réponse aux événements en Ukraine. Selon les observations de Gerald Benischke, expert en ingénierie logicielle, l'open source et le cloud font partie des nombreuses victimes des récents événements.

Dans un article intitulé "Sur la Weaponisation de l'Open Source", Benischke analyse les répercussions de l'invasion de l'Ukraine par la Russie sur le domaine du développement logiciel, mettant en lumière des conséquences imprévues. Il souligne notamment la décision de MongoDB de cesser ses services en Russie, les changements destructeurs dans une bibliothèque de nœuds ayant entraîné la suppression de fichiers sur des adresses IP russes, ainsi qu'une modification de code/licence dans un module terraform communautaire affirmant que Poutine est une « tête de nœud ».

Plusieurs grandes entreprises, telles qu'Apple, Nike et Dell Technologies, ont rompu leurs liens avec la Russie. IBM a également suspendu ses expéditions vers la Russie et la Biélorussie peu après l'invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, une décision ultérieurement confirmée par le PDG de l'entreprise, Arvind Krishna, qui a annoncé une cessation définitive des activités d'IBM en Russie en raison des conséquences et de l'incertitude entourant la guerre.

Le président-directeur général de HP, Enrique Lores, a également annoncé la suspension des expéditions vers la Russie et la Biélorussie, citant l'environnement du COVID et les perspectives à long terme pour la Russie. Adobe prévoit une perte de 75 millions de dollars cette année, tandis que le fournisseur de RPA UiPath estime une perte de 15 millions de dollars. Enfin, Dell et Lenovo ont réduit ou interrompu leurs expéditions vers la Russie début mars.

Les enjeux de l'industrie microelectronique en Russie : analyse des facteurs limitatifs

Il n'existe pas en Russie de fabricants de puces sous contrat capables de traiter des plaquettes avec des technologies de fabrication de classe 28 nm, de sorte que Baikal utilise probablement une fonderie chinoise pour fabriquer ses processeurs. Depuis 2021, l'entreprise expérimente la localisation de l'emballage des puces chez GS Group à Kaliningrad. Mais la transition vers l'emballage local ne s'est pas faite sans heurts.

Le processus est complexe et coûteux, ce qui entraîne un taux élevé de défauts. Selon les initiés de l'industrie, plus de la moitié des lots de puces finissent par être défectueux en raison de problèmes d'étalonnage de l'équipement et du manque de personnel qualifié. Il s'avère que GS Group ne peut pas répondre aux exigences de Baikal, qui a fait appel à Milandr et Mikron pour l'aider à emballer les puces. Apparemment, cela n'a pas beaucoup aidé.

« La Russie peut emballer un petit nombre de processeurs, mais lorsqu'il s'agit d'une série, de nombreux défauts apparaissent », explique l'une des sources du journal. Les fabricants ne peuvent pas maintenir un niveau élevé constant pour tous les produits.

Le taux élevé de défauts n'est pas l'apanage des entreprises d'emballage russes, bien entendu. Les entreprises taïwanaises produisent des volumes beaucoup plus importants et ont mis en place des processus de tri, ce qui atténue considérablement l'impact des défauts, tant en ce qui concerne le silicium que l'emballage. En théorie, en se concentrant sur l'amélioration des processus de tri et du contrôle de la qualité, les entreprises russes seront en mesure de réduire progressivement le taux de défauts et d'évoluer vers l'autonomie en matière de production de puces, une étape cruciale pour l'industrie microélectronique russe.

Fondamentalement, cependant, les fabricants russes ne peuvent pas produire de puces sur des nœuds avancés. L'amélioration des compétences en matière d'emballage ne résoudra pas le principal problème de l'industrie microélectronique locale : le manque de silicium sophistiqué fabriqué dans le pays.

Cette situation met en lumière plusieurs défis auxquels est confrontée l'industrie microélectronique russe. Tout d'abord, le problème des défauts dans les processeurs est préoccupant, car il compromet la qualité et la fiabilité des produits finaux, ce qui peut avoir des conséquences négatives sur les utilisateurs et les applications pour lesquelles ces puces sont destinées. De plus, la dépendance de la Russie à l'égard des partenaires étrangers pour la fabrication et l'emballage des puces expose l'économie russe à des risques géopolitiques et commerciaux, comme cela a été mis en évidence par les restrictions imposées après l'invasion de l'Ukraine.

La décision de Baikal Electronics d'élargir ses partenariats avec des entreprises d'emballage locales est compréhensible, mais elle met également en évidence les lacunes dans l'infrastructure et les compétences disponibles sur le marché russe. Le fait que les défauts persistent malgré ces partenariats suggère que le problème est profondément enraciné et nécessite des efforts soutenus pour être résolu.


En outre, le manque de capacités de fabrication avancées en silicium en Russie représente un obstacle majeur à long terme pour l'industrie microélectronique du pays. Sans une capacité nationale de production de puces de haute qualité, la Russie risque de rester dépendante des fournisseurs étrangers, ce qui compromet son autonomie technologique et sa compétitivité sur le marché mondial.

Bien que l'expansion des partenariats avec des entreprises d'emballage locales soit un pas dans la bonne direction, la Russie doit s'attaquer de manière plus approfondie aux problèmes sous-jacents, tels que le renforcement des compétences et de l'expertise locales, ainsi que le développement de capacités de fabrication avancées en silicium, pour garantir une industrie microélectronique nationale robuste et durable.

Source : Vedomosti

Et vous ?

Quel est votre avis sujet ?

Quel est l'impact de la dépendance de la Russie à l'égard des partenaires étrangers pour la fabrication et l'emballage des puces, en particulier à la lumière des récentes restrictions après l'invasion de l'Ukraine ?

Quelles sont les implications à long terme du manque de capacités de fabrication avancées en silicium en Russie sur son industrie microélectronique et sa compétitivité mondiale ?

Voir aussi :

Microsoft réduit ses activités en Russie après que la guerre ait assombri les perspectives, plus de quatre cents employés seraient touchés

IBM met fin à ses activités en Russie et licencie du personnel, la décision d'IBM a entraîné une perte de 300 millions de dollars de revenus au premier trimestre 2022

Les victimes technologiques de la guerre de la Russie en Ukraine : l'open source et le cloud, la licence Open Source est assez claire : pas de discrimination contre des personnes ou des groupes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/03/2024 à 21:46
la majeur partie de la planète n'est pas libre technologiquement et dépent de d'autre

la russie pourra surement à terme acheter des machines à huawei pour graver les cpu ou faire fabriquer leur cpu en chine via smic

It was a big deal at the time. But last week, the Financial Times reported that SMIC is setting up new production lines to make 5 nanometer chips for Huawei. That would signal even further advancement for China's biggest chipmaker.
3  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/03/2024 à 11:19
Quand on a droit à ce genre d'information, il y a toujours lieu de se demander qui est la source de l'information et quelles peuvent être ses motivations... Cela d'autant plus quand on parle d'un élément clé dans la cadre d'une guerre...

Avec les puces électroniques et les russes, on a déjà eu droit au "les russes achètent en masse des frigidaires pour obtenir des puces pour leur missiles" et quand des experts ont analysé les restes de missiles russes envoyés sur l'Ukraine, ils ont constaté que leur puces n'avaient rien d'une origine "frigorifique" mais étaient bien des puces de niveau militaire livrées par... des entreprises occidentales!!!

Qui nous donne donc cette information "les russes sont nuls, 50% de leur puces sont défectueuses"? Vedomosti, un journal économique fondé par...les journaux américains Financial Times et Wall Street Journal...

Laissons la chaine d'information LCI et ses pseudo-experts commenter cette information réjouissante pour les ukrainiens... A moins que...
5  2 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 07/04/2024 à 11:27
au contraire cette news est pro russe, car ca veut dire que eux au moins sont capable de fabriquer eux même leurs propre puces.

l'ukraine et l'union européenne en est bien incapable. ST Micro est tous juste capable technologiquement de faire des puces de lave linge. La russie a des architecture et des fonderies capable de faire de vrai ordinateurs qui ont "a peine" 15ans de retard par rapport à intel. largement suffisant pour des missiles ou des tanks ou des ordinateurs de l’administration.

le dernier ordinateur produit en france ce doit être le minitel donc bon pas de quoi être fier sur les plateaux de LCI...
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 07/04/2024 à 16:29
50% d’échec, j’appelle pas ça être capable, ce n'est pas suffisant pour produire de façon autonome je pense. Mais rien ne dit qu'ils ne pourront pas s’améliorer (je ne suis pas pro-russe, c'est logique de ne pas avoir un résultat optimal quand on débute quelque chose).

Tout pays qui sous-traite dans un pays étranger perd son autonomie sur la production et la disponibilité de ce qui est sous-traité.
1  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/04/2024 à 8:37
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
50% d’échec, j’appelle pas ça être capable, ce n'est pas suffisant pour produire de façon autonome je pense. Mais rien ne dit qu'ils ne pourront pas s’améliorer (je ne suis pas pro-russe, c'est logique de ne pas avoir un résultat optimal quand on débute quelque chose).

Tout pays qui sous-traite dans un pays étranger perd son autonomie sur la production et la disponibilité de ce qui est sous-traité.
ils vont fatalement s'améliorer et rattraper leurs retard, tout comme la chine qui devient désormais le leader dans tous les domaines. Sur les capteurs photos par exemple avant il n'y avait que Sony et Samsung, désormais Omminivision fournie des capteurs aussi bon et même meilleurs....
Coté gpu la chine avec ces MTT S80 par exemple n'a plus que 5ans de retard.

Je trouve juste ironique que certains ce moque des russes alors que aucun pays européen ne conçoit et fabrique des cpu..., pas d'équivalent aux Elbrus par exemple.
Même remarque avec le programme spatial russe, le programme Ariane et l'ESA m'a pas l'air d'être en meilleur forme que chez les russes...

edit: pour ceux qui ce moque de l'armée russe ou les va en guerre, j'éviterais perso de la ramener la aussi, la puissance militaire française est en dessous du... pakistan

la france n'est plus la france des années 30 ou 80 "maitre du monde", l'europe n'est plus l'europe des années 2000, il y'a eux en 25ans un très très gros déclassement.

pour les nostalgiques, ces cpu avec une gravure de pointes et des appareils fabriqué en france:
1  0 
Avatar de PomFritz
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 06/04/2024 à 5:57
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Laissons la chaine d'information LCI et ses pseudo-experts commenter cette information réjouissante pour les ukrainiens... A moins que...
Heureusement que certains commentaires sur developpez sont là pour nous remettre dans le droit chemin, nous, simples croyants, ignorants...
0  0