IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

ASML et TSMC seraient en mesure de désactiver à distance les machines à fabriquer des puces les plus sophistiquées au monde en cas d'invasion de Taiwan par la Chine

Le , par Stéphane le calme

34PARTAGES

6  0 
Selon des sources bien informées, ASML Holding et Taiwan Semiconductor Manufacturing Co. (TSMC) disposent de moyens pour désactiver à distance les machines de fabrication de puces les plus sophistiquées au monde en cas d’invasion de Taiwan par la Chine. Cette situation préoccupe les responsables gouvernementaux américains, qui ont exprimé leurs inquiétudes à leurs homologues néerlandais et taïwanais. En effet, Taiwan est responsable de la production de la grande majorité des semi-conducteurs avancés dans le monde.

Les points clés de cette affaire

ASML et les machines EUV

ASML est le seul fabricant mondial de machines de lithographie extrême ultraviolette (EUV), également connues sous le nom de machines EUV. Ces machines utilisent des ondes lumineuses haute fréquence pour imprimer les plus petites transistors de microprocesseurs existants, créant ainsi des puces utilisées dans l’intelligence artificielle (IA) et d’autres applications sensibles, y compris militaires. Les machines EUV d’ASML sont vendues à plus de 200 millions d’euros chacune. Leur technologie est soumise à des interventions gouvernementales visant à empêcher qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains. Par exemple, les Pays-Bas interdisent à ASML de vendre des machines EUV à la Chine en raison des craintes américaines que cela puisse donner un avantage à son rival dans la guerre mondiale des puces.

Désactivation à distance

Ces machines EUV nécessitent un entretien régulier et des mises à jour. Dans ce cadre, ASML peut forcer à distance leur arrêt, agissant ainsi comme un interrupteur d’arrêt d’urgence. Cette capacité de désactivation à distance s’applique aux machines EUV d’ASML, dont TSMC est le plus grand client. En cas d’invasion de Taiwan par la Chine, ASML pourrait donc désactiver ces machines pour éviter qu’elles ne tombent entre de mauvaises mains.

Citant des sources anonymes au fait du dossier, Bloomberg rapporte que des représentants du gouvernement américain se sont inquiétés des conséquences que pourraient avoir les machines de pointe de TSMC (équipées de la technologie EUV d'ASML) si elles tombaient entre les mains de la Chine en cas d'attaque contre Taïwan. Selon ses sources, ASML a rencontré le gouvernement néerlandais et a assuré les fonctionnaires qu'elle pouvait désactiver les machines à distance. L'entreprise pourrait permettre un arrêt par le biais des mises à jour logicielles nécessaires pendant la maintenance pour maintenir les machines en état de marche.

Enjeux mondiaux

Environ 90 % des puces les plus avancées au monde sont fabriquées à Taiwan. L’importance des machines EUV d’ASML a contribué à faire de l’entreprise la plus grande capitalisation boursière technologique en Europe, dépassant même celle de son client Intel.

Réassurance et simulations

Lorsque le gouvernement néerlandais a rencontré ASML pour discuter de cette menace, l’entreprise a rassuré les responsables sur sa capacité à désactiver à distance les machines. Les Pays-Bas ont également mené des simulations sur une éventuelle invasion pour mieux évaluer les risques.


La guerre des puces au cœur des tensions géopolitiques

Les puces sont devenues la marchandise la plus recherchée, à la base de toutes les technologies qui permettent à nos économies et à notre monde de fonctionner. À ce titre, elles sont au cœur de l'échiquier géopolitique.

Alors que les gouvernements du monde entier s'efforcent de sécuriser la production et l'approvisionnement en puces, les tensions sont particulièrement vives entre les États-Unis et la Chine. Les États-Unis n'ont pas seulement investi pour stimuler leur production nationale de puces, ils ont également empêché la Chine d'obtenir des puces haut de gamme ou des équipements de fabrication de puces. L'une des machines DUV (deep ultraviolet) d'ASML, utilisée pour les puces moins avancées, en fait partie.

Depuis 2019, ASML n'a plus le droit de vendre ses équipements les plus avancés à la Chine. Toutefois, une invasion potentielle de Taïwan signifierait que la Chine aurait accès à toutes les pièces d'équipement que les États-Unis et les Pays-Bas ont cherché à garder hors de portée de Pékin. Elle pourrait également entraver l'accès des Européens et des Américains aux chaînes d'approvisionnement essentielles. Par l'intermédiaire de TSMC, Taïwan fabrique environ 90 % des puces les plus perfectionnées au monde.

La Chine revendique depuis longtemps Taïwan comme son propre territoire et milite pour une unification pacifique, bien qu'elle n'ait jamais exclu le recours à la force. Le président chinois Xi a également réfuté les prédictions américaines d'une unification imminente d'ici 2027. Cependant, les tensions s'accroissent à mesure que le nouveau président élu de Taïwan, Lai Ching-te, demande à la Chine de mettre fin aux menaces de guerre et à l'intimidation.

La secrétaire américaine au commerce, Ray Gaimondo, a récemment déclaré qu'une prise de contrôle de TSMC par la Chine serait « absolument dévastatrice » pour l'approvisionnement du pays en semi-conducteurs, rappelant « qu'actuellement, les États-Unis achètent 92 % de leurs puces de pointe à TSMC, à Taiwan ». Bien qu'il ne soit pas certain qu'ASML ait réellement le pouvoir de débrancher ses machines en cas d'invasion, il est clair que l'accès à ses équipements déplacerait encore davantage les pièces du puzzle.


En avril, Raimondo a annoncé que le ministère du commerce accorderait à l'unité américaine de TSMC une subvention de 6,6 milliards de dollars pour sa production de semi-conducteurs la plus avancée à Phoenix, en Arizona, et jusqu'à 5 milliards de dollars de prêts publics à faible taux d'intérêt. TSMC a accepté d'augmenter son investissement prévu de 25 milliards de dollars pour le porter à 65 milliards de dollars et d'ajouter une troisième usine en Arizona d'ici à 2030, a déclaré le ministère du commerce en annonçant l'attribution préliminaire de la subvention.

L'entreprise taïwanaise produira la technologie de 2 nanomètres la plus avancée au monde dans sa deuxième usine d'Arizona, dont la production devrait commencer en 2028, a précisé le ministère. TSMC, le plus grand fabricant de puces sous contrat au monde et l'un des principaux fournisseurs d'Apple et de Nvidia, avait déjà annoncé son intention d'investir 40 milliards de dollars en Arizona. TSMC prévoit de commencer la production à haut volume dans sa première usine américaine d'ici le premier semestre 2025, a indiqué le ministère du commerce.

En 2022, le Congrès a approuvé la loi sur les puces et la science (Chips and Science Act), qui vise à stimuler la production nationale de semi-conducteurs grâce à 52,7 milliards de dollars de subventions à la recherche et à la fabrication, afin d'affranchir les États-Unis de leur dépendance vis-à-vis de l'Asie en ce qui concerne les puces. Les législateurs ont également approuvé une autorisation de prêt de 75 milliards de dollars. Selon un document du gouvernement américain datant de 2023, une perturbation majeure de la production à Taïwan pourrait entraîner une augmentation de 59 % du prix des puces logiques aux États-Unis, que les producteurs nationaux en aval devraient payer.

Conclusion

En résumé, la capacité d’ASML et de TSMC à désactiver à distance les machines à puces en cas d’invasion de Taiwan par la Chine soulève des questions cruciales sur la sécurité des technologies de pointe et leur impact potentiel sur la géopolitique mondiale. Il est essentiel de trouver un équilibre entre l’innovation technologique et la sécurité nationale dans un contexte où les semi-conducteurs jouent un rôle central dans notre société moderne.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Quel impact la désactivation à distance des machines EUV pourrait-elle avoir sur l’économie mondiale et la chaîne d’approvisionnement en semi-conducteurs ?
La capacité de désactivation à distance des machines à puces est-elle une mesure de sécurité suffisante pour contrer les menaces géopolitiques ?
Comment les entreprises technologiques devraient-elles équilibrer les intérêts commerciaux avec les impératifs de sécurité nationale ?
Quelles seraient les conséquences pour les industries dépendantes des semi-conducteurs si Taiwan était envahi et que les machines étaient désactivées ?
La dépendance mondiale envers un petit nombre de fabricants de puces est-elle un risque acceptable pour notre sécurité technologique ?
Quelles mesures préventives supplémentaires les gouvernements et les entreprises devraient-ils envisager pour protéger l’intégrité de la production de semi-conducteurs ?
En cas de conflit, quelles pourraient être les répercussions sur les relations internationales et la diplomatie entre les pays producteurs et consommateurs de technologies ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/05/2024 à 9:32
je doute que la chine envahisse Taïwan pour juste récupérer des graveurs...
C'est un détail de l'histoire ca, Taiwan et historiquement un territoire de la chine (voir la guerre civile entre Mao et Tchang Kaï-chek), tous comme la Mandchourie, le Xinjiang (très belle région pour les vacances j'y suis déjà allé) et le Tibet.
Maintenant es ce que la chine c'est la Chine de Mao ou la chine de Tchang Kaï-chek, ça c'est une bonne question....

Dans tous les cas je pense que c'est de la psychose cette histoire, jamais la chine de Mao ne retentera une invasion de Taiwan (déja tenté en 1954), elle n'en a pas la force.
Cette invasion qu'elle soit un succes ou pire un echec ca va couter des milliers de morts et des milliards de $ de dépenses, ca va plonger le pays dans une crise économique et très certainement une guerre civile/révolte de la population.
La chine connait actuellement de grave crise économique en interne (crise immobilière notamment) et du chômage record, c'est pas le bon moment pour lancer une opération très risqué.

L'invasion de l’Ukraine était bien plus facile militairement que l'invasion de Taiwan et pourtant les russes patauges, Xi Jinping est bien plus malin et tente plutôt d'autres technique, en finançant des partis politique pro chine a Taïwan par exemple pour favoriser un rapprochement/fusion pacique sur le long terme.
C'est la la grande force des partis politique unique, ils font de la politique de long terme (vatican, singapour, chine...), contrairement à des pays comme la france ou ca change de cap tous les 5ans. Ils peuvent bien attendre 50ans ou 100ans encore le PCC est très patient.

Pour les semi conducteur, la chine se passe des technos Otan et rattrape son retard a grande vitesse, Smic grave déja en 7-5nm et fabrique des soc 5G ARM pour Huawei. TSMC on est que au 3nm pour rappelle, pas beaucoup d'avance donc (10ans grand max).
Ils ont encore besoin de ASML mais plus pour tres longtemps, Naura Technology et Advanced Micro-Fabrication Equipment conçoive des alternatives 100% chinoise et ca va arriver dans moins de 10ans.

Autre secteur stratégique: la chine est désormais le leader des voitures électrique avec BYD et en 2023 la Chine à fait décoller le C919, son premier avion de ligne concurrençant Airbus et Boeing.
Coté GPU aussi ca avance aussi tres bien avec Moore Threads, ils font des gpu équivalent a des RX 6400, ce qui est plutôt pas mal, ca montre un retard de 5ans face a AMD/Nvidia qui sera la aussi surrement assez vite rattrapé.

Et enfin coté spatial ils sont en train de lancer une station spatial, ambitionne d'aller sur la lune et c'est aussi le 2ieme pays en terme de lancement de fusée en 2023 (63) contre 108 pour les USA.
3  2 
Avatar de RenarddeFeu
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/07/2024 à 13:53
À la place de TSMC, je mettrais mes usines en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Peu de risques géopolitiques, pas de politiques prédatrices vis-à-vis de l'industrie des semi-conducteurs, une bonne sécurité financière, etc ...
0  0