Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Avec son Programme de Réparations Indépendantes, Apple se réserve le droit de faire un audit des ateliers de réparation
Et demander le nom et l'adresse des clients

Le , par Stéphane le calme

7PARTAGES

14  0 
Apple, comme plusieurs fabricants majeurs, ne fournit pas de pièces d'origine ou de manuels de réparation à des tiers qu’il n’a pas agréés. Pour justifier cet arrangement, l'entreprise assure qu’il s’agit là de la seule façon de garantir un travail de réparation de haute qualité et de garder les hackers loin du logiciel exclusif qui fait marcher ses produits.

Toutefois, pour les défenseurs des consommateurs, l'objectif est d'éliminer la concurrence dans les réparations : les techniciens indépendants facturent souvent moins cher. C'est dans ce contexte que le mouvement Right To Repair (« droit à réparer ») a été lancé dans douze États américains : ce dernier vise à ouvrir les réseaux de réparations étroitement contrôlés d'Apple et d'autres fabricants de haute technologie. En 2017, sous la pression de ce mouvement, Apple a indiqué qu'il allait mettre son « Horizon Machine » à la disposition de 400 membres de son programme de fournisseur de services agréés. Cette machine permet de recalibrer le bouton d'accueil des écrans de remplacement sur les périphériques cassés, ce qui facilite la réparation des écrans iPhone fissurés. La machine est également la seule façon de remplacer les boutons Home sans détruire Touch ID.

« Ce geste est encore un écran de fumée », a estimé Gay Gordon-Byrne, directeur exécutif de Repair.org, qui travaille à l’adoption du projet Right To Repair. « Ils vont simplement conserver le contrôle total du monopole de la réparation dans plus d'endroits ».

Le mouvement demandait à Apple d'aller plus loin et de vendre des pièces de rechange et des outils, y compris Horizon Machine, à des ateliers de réparation indépendants et au grand public. Les lobbyistes de l'industrie électronique ont déclaré aux législateurs que les réparations autorisées offrent suffisamment d'options pour le grand public, et ceux qui préconisent le droit de réparer voient cela comme une tentative d'Apple pour étouffer le mouvement.

En août dernier, dans ce qui a été largement salué comme une victoire pour le mouvement Right to Repair, Apple a annoncé qu'il commencerait à vendre des pièces, des outils et des services de diagnostic à des ateliers de réparation indépendants en plus de ses partenaires de réparation « agréés ». Le nouveau programme de réparation permet aux grandes et petites entreprises de réparation de s’inscrire et d’avoir accès aux pièces nécessaires aux réparations hors garantie courantes, ce qui était jusque-là réservé au réseau de fournisseurs de services autorisés d’Apple. Le programme est lancé aux États-Unis avec des projets d'expansion dans d'autres pays.

« Pour mieux répondre aux besoins de nos clients, nous aidons les fournisseurs indépendants des États-Unis à exploiter plus facilement les mêmes ressources que notre réseau de fournisseurs de services agréés Apple », a déclaré Jeff Williams, directeur de l'exploitation chez Apple. « Lorsqu'une réparation est nécessaire, le client doit avoir confiance que la réparation est effectuée correctement. Nous pensons que la réparation la plus sûre et la plus fiable est celle qui est effectuée par un technicien qualifié et qui utilise des pièces d'origine correctement conçues et rigoureusement testées ».


Un programme de réparation indépendante qui a ses limites

Dans un billet de blog, l'éditeur avait donné plus d'information sur ce programme :

« Le nouveau programme de réparation indépendant vient compléter l’investissement continu d’Apple dans son réseau mondial croissant de plus de 5000 AASP (Apple Authorized Service Providers), qui est le leader du secteur en matière de satisfaction de la clientèle et aide des millions de personnes avec un service de garantie et hors garantie pour tous les produits Apple.

« La participation au programme de réparation indépendant d’Apple est gratuite. Pour pouvoir bénéficier du nouveau programme, les entreprises doivent avoir un technicien certifié Apple capable d'effectuer les réparations. Le processus de certification est simple et gratuit. Les entreprises de réparation éligibles recevront des pièces, outils, formations, manuels de réparation et diagnostics authentiques Apple au même coût que les AASP.

« Au cours de la dernière année, Apple a lancé un projet pilote réussi avec 20 entreprises de réparation indépendantes situées en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, qui proposent actuellement des pièces d'origine à réparer. L’annonce d’aujourd’hui fait suite à la récente expansion majeure de son réseau de services agréés par Apple dans tous les magasins Best Buy des États-Unis, qui ont triplé le nombre de points de vente AASP aux États-Unis par rapport à il y a trois ans ».

Mais une copie du contrat que les entreprises doivent signer avant d'être admises au programme PRI d'Apple a fuité sur internet, apportant plus de lumière à un programme qu'Apple a d'abord présenté comme une augmentation de l'accès aux réparations. Il contient des termes que les avocats et les défenseurs du droit à la réparation estiment « onéreux » et « fous »; termes qui pourraient donner à Apple un contrôle significatif sur les entreprises qui choisissent de participer. De plus, le contrat est également envahissant du point de vue de la vie privée des consommateurs.


Ce qu'il faut faire pour pouvoir participer au programme

Pour adhérer au programme, le contrat stipule que les ateliers de réparation indépendants doivent accepter des audits et inspections inopinés par Apple, qui visent, au moins en partie, à rechercher et à identifier l'utilisation de pièces de rechange « interdites », et Apple se réserve le droit d'imposer des amendes au cas où il en découvrirait. Si les ateliers quittent le programme, Apple se réserve le droit de continuer à inspecter les ateliers de réparation sur une période de cinq ans. Apple exige également que les ateliers de réparation du programme partagent des informations sur leurs clients à sa demande, notamment les noms, numéros de téléphone et adresses personnelles.

Selon plusieurs personnes connaissant le programme, les entreprises reçoivent ce contrat après avoir signé un accord de confidentialité avec Apple.

Le contrat indique clairement qu'Apple ne veut pas que les ateliers de réparation indépendants soient confondus avec les fournisseurs de services agréés Apple, les entreprises qui ont reçu la certification d'Apple et sont autorisées à effectuer un nombre limité de réparations avec accès aux pièces et outils de diagnostic Apple. Bien que les entreprises qui souhaitent rejoindre le programme PRI doivent également être « certifiées Apple », elles sont tenues d'afficher un « avis écrit bien visible », à la fois sur leur vitrine et sur leur site Web, informant les clients qu'elles ne sont pas « certifiées Apple ». En outre, les ateliers participants au PRI doivent obtenir une « reconnaissance écrite expresse » des clients montrant qu'ils comprennent qu'ils ne reçoivent pas de réparations d'un fournisseur de services agréé. Ce qui, comme le souligne Nathan Proctor, un défenseur du droit à la réparation auprès du US Public Research Interest Group, « revient à aller à un atelier de réparation normal, sauf que celui-ci fait de la publicité contre [lui-même] à chaque instant possible ».

Le contrat stipule également que les entreprises de réparation doivent obtenir le consentement écrit de leurs clients reconnaissant qu’Apple ne garantira pas la réparation. Dans une autre section, Apple désavoue également les garanties « sauf indication contraire dans le manuel du réparateur indépendant », un document séparé présentant plus en détail les écrous et boulons du programme. Dans une copie de ce manuel, Apple indique qu'il autorisera les entreprises à retourner des pièces dans les 90 jours si ces pièces sont défectueuses lors de la « première utilisation ».

La réaction des défenseurs des droits

Kit Walsh, un membre de l'Electronic Frontier Foundation qui a examiné le contrat, a déclaré que ces conditions lui semblaient « très lourdes ».

« Elles accordent à Apple une énorme marge de manœuvre, imposent des coûts et des pénalités potentiellement destructeurs pour l'atelier de réparation et exigent qu'ils accordent l'accès à Apple sans préavis », s'est alarmé Walsh, rappelant qu'il est « notoire» qu'Apple interprète ses droits de propriété intellectuelle de manière très large, citant l'exemple la poursuite en justice intentée par Apple à l'endroit de Samsung pour les coins arrondis qui se sont retrouvés sur plusieurs modèles de téléphones.

« Si vous signez cet accord », a poursuivi Walsh, « alors vous allez réparer les appareils non Apple à vos risques et périls ».

« Si j'étais un candidat potentiel [au PRI] - je me serais déjà pris un procès pour avoir violé la clause initiale de non-divulgation », a déclaré Gay Gordon-Byrne, directeur exécutif de The Repair Association. « Rien de tout cela n'a de sens en tant qu'entreprise ».

Et Proctor de renchérir : « Je ne peux pas croire que quelqu'un signe cela. C'est fou ».

Pedro Ferrer, propriétaire de CPR Phone Repair à North Macon, en Géorgie, a déclaré que les autres propriétaires de magasins avec lesquels il avait parlé avaient décidé de ne pas rejoindre le programme en raison de l'insistance d'Apple à collecter des données: « J'ai entendu que beaucoup se sont retirés parce pour toutes les informations sur les clients, contactez Apple, qu'ils aient ou non obtenu une réparation OEM ».


Alors que plusieurs ateliers de réparation ont parlé de leur intention de ne jamais rejoindre le programme en raison de ses conditions onéreuses, d'autres ont déclaré qu'ils appréciaient simplement l'opportunité d'obtenir des pièces directement auprès du fabricant. Bien que les prix de ces pièces soient probablement plus élevés que les pièces remises à neuf ou de rechange que ces magasins peuvent acheter auprès de tiers, Apple offre au moins aux entreprises de réparation indépendantes les mêmes prix sur les pièces et les outils qu'elle propose à ses prestataires de services agréés.

Justin Carroll, propriétaire de FruitFixed, une série d'ateliers de réparation indépendants en Virginie, a déclaré qu'il voyait le programme PRI comme une « branche d'olivier » tendue par Apple.

« Des gens comme nous sont particulièrement qualifiés pour gérer des choses qui ne font pas d'argent à Apple. Nous pouvons empêcher les réparations de batteries dans les magasins Apple et, espérons-le, gagner un peu d'argent aussi », a-t-il déclaré, ajoutant qu'il autoriserait Apple à auditer son magasin : "Je ne pense pas que ce soit aussi mauvais ou complètement négatif. C'est quelque qui ne me dérange pas dans la mesure où je sais que tout ce que nous vendons dans notre maison est de bonne qualité et n'est pas une contrefaçon ».

En août, nous avions rapporté que le verrouillage logiciel désactive l'accès aux données d'état de la batterie, sauf si l’utilisateur a recours à Apple ou un fournisseur de services autorisé pour le remplacement de la batterie.

Selon iFixit, il semble que la nouvelle caractéristique a été introduite intentionnellement par le fabricant de smartphones. Apple a fait en sorte que les batteries de remplacement qui manquent d'un microcontrôleur Texas Instruments avec une clé d'authentification Apple unique soient verrouillées pour ne pas fournir certaines données de santé de batterie aux utilisateurs. Cela inclut le nombre de cycles, qui indique à quel point une batterie peut s'être dégradée, ainsi que la capacité maximale et la capacité de performance de pointe.

Au lieu d’avoir ces informations, les utilisateurs, qui remplacent eux-mêmes leur batterie ou qui le font par un tiers, sont accueillis par un message « Service » d’Apple qui leur indique qu'ils doivent apporter leur téléphone à un Genius Bar (ou une station de support technique située dans les magasins Apple), ou à un service de réparation Apple agréé. Même l'utilisation d'une autre batterie Apple d’origine ne fonctionne pas, selon le rapport, car une batterie de remplacement ne peut apparemment être authentifiée qu'avec les outils internes de l'entreprise.

Source : contrat IRP, programme IRP

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Si vous aviez un atelier de réparation, seriez-vous disposé à laisser Apple vous faire un audit à sa convenance ?
Que pensez-vous de la clause qui lui donne l'autorisation de faire un audit sur une période de cinq ans après que l'atelier a quitté le programme ?
Que pensez-vous de la clause qui lui permet d'obtenir le nom et l'adresse des consommateurs ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/02/2020 à 12:45
merci de me fournir des raisons de ne pas acheter apple
7  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/02/2020 à 16:07
Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
Bref, les coûts sont abusés mais on ne peut pas dire qu'on ne savait pas.
C'est pas ça le problème, là l'histoire c'est qu'il est difficile de se procurer les pièces de rechange pour réparer des iPhones il faut faire partie du programme de réparation indépendant d’Apple :
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Mais une copie du contrat que les entreprises doivent signer avant d'être admises au programme PRI d'Apple a fuité sur internet, apportant plus de lumière à un programme qu'Apple a d'abord présenté comme une augmentation de l'accès aux réparations. Il contient des termes que les avocats et les défenseurs du droit à la la réparation estiment « onéreux » et « fous »; termes qui pourraient donner à Apple un contrôle significatif sur les entreprises qui choisissent de participer. De plus, le contrat est également envahissant du point de vue de la vie privée des consommateurs.
Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
ils continuent de mettre à jour leur téléphone (pas comme sur Android où c'est limité à 2 ans).
Ouais mais c'est facile la marque ne sort qu'un modèle par an, qui en plus est ultra proche du modèle précédent.
Les bricoleurs peuvent parfois se débrouiller pour mettre à jour Android, même si le constructeur ne le propose pas. (CyanogenMod ou des trucs comme ça)
2  0 
Avatar de eldran64
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/02/2020 à 15:44
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
merci de me fournir des raisons de ne pas acheter apple
Je vais faire ma mauvaise langue (j'ai horreur d'Apple de base), mais pour le coup, les frais de maintenance des téléphones (changement d'écran, batterie, etc.) sont connus et publiés régulièrement. Bref, les coûts sont abusés mais on ne peut pas dire qu'on ne savait pas.

Pour l'histoire de la batterie c'est très moche mais au moins ils ont corrigé leur erreur et ils continuent de mettre à jour leur téléphone (pas comme sur Android où c'est limité à 2 ans).
1  0 
Avatar de walfrat
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/02/2020 à 10:19
En plus avec Apple les oblige à se faire publicité contre eux-même et à donner leur carnets de clients. D'ailleurs, ça inclus seulement les clients Apple ou les autres aussi ?
1  0