IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Union européenne : l'indépendance dans le domaine des semi-conducteurs ne serait pas envisageable,
Actuellement, environ 10 % de l'offre mondiale de puces est produite en Europe, contre 40 % en 1990

Le , par Bruno

121PARTAGES

5  0 
Des millions de semi-conducteurs sont utilisés chaque année dans l'Union européenne, mais seule une petite partie est produite localement. L'UE souhaite augmenter la production de puces, mais officiellement, il est dit qu'une indépendance totale en la matière est impossible. « Il est peu probable que l'UE devienne un jour complètement indépendante des autres pays en ce qui concerne l'approvisionnement en semi-conducteurs », a déclaré Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la concurrence.

Les semi-conducteurs sont les cerveaux derrière la technologie qui imprègne toutes nos interactions. Le réseau mondial de communication, chaque interaction avec les réseaux sociaux, chaque expérience de vente au détail, et chaque véhicule, hôpital, ferme et usine créant une valeur sociétale et économique dans le monde entier. Elles alimentent également les technologies de pointe qui assurent notre sécurité.


Les principaux fabricants de semi-conducteurs, tels qu'Intel, Samsung Foundry et Taiwan Semiconductor Manufacturing Co. dépensent environ 30 milliards de dollars par an en dépenses d'investissement et des milliards pour développer de nouvelles technologies de traitement. Dans une annonce publiée le 7 septembre sur son site officiel, Intel a confirmé son intention de construire au moins deux nouvelles usines de semi-conducteurs en Europe. Le PDG Pat Gelsing a exposé ces plans dans un discours-programme prononcé au salon de l'automobile de Munich, déclarant que la société pourrait investir jusqu'à 80 milliards de dollars en Europe au cours de la prochaine décennie.

Lors de sa première intervention depuis son arrivée à la tête d'Intel en février, le PDG Pat Gelsinger a prédit que les semi-conducteurs représenteront plus de 20 % de la nomenclature totale des véhicules haut de gamme d'ici 2030. Ce qui représente un taux de croissance cinq fois supérieur par rapport au chiffre de 4 % de 2019. Jusqu'à présent, seule une poignée d'entreprises ont réussi à intégrer les technologies nécessaires pour graver des éléments toujours plus petits dans le silicium, et la maîtrise de la lithographie dans l'ultraviolet extrême (EUV) par TSMC a contribué à la catapulter en tête du peloton.

La société taïwanaise et la société sud-coréenne Samsung sont les deux seules entreprises de semi-conducteurs qui utilisent actuellement l'EUV pour produire des puces logiques à l'échelle commerciale, et TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing Company) domine à l'avant-garde, fabriquant plus de 80 % des puces de 5 nm dans le monde.

« La pénurie de semiconducteurs va gravement perturber la chaîne d'approvisionnement et limiter la production de nombreux types de produits et d'équipements électroniques en 2021 », a déclaré en mai Kanishka Chauhan, principal analyste de recherche chez Gartner. « Les fonderies augmentent les prix des plaquettes et, à leur tour, les fabricants de puces augmentent les prix des appareils », a-t-elle ajouté.

Les États-Unis étaient autrefois le leader mondial de la fabrication de semi-conducteurs, mais aujourd’hui, selon Intel, ils ont pris du retard. D'autres pays, notamment en Asie, ont fait des investissements délibérés pour créer de puissants fabricants de puces sur leur propre territoire. Leurs efforts ont porté leurs fruits. Les subventions publiques étrangères ont créé un avantage de coût d'environ 30 % pour les usines de fabrication de puces étrangères, et le résultat de cet avantage est surprenant : en 1990, les États-Unis fournissaient 37 % des puces du monde, mais ce chiffre est tombé à 12 % aujourd'hui, sapant le leadership technologique des États-Unis avec des implications économiques et de sécurité nationale importantes.

Les analystes estiment qu'un pays, ou un groupe de pays, qui souhaite construire localement une industrie des semi-conducteurs compétitive devrait dépenser plus de 150 milliards de dollars sur une période de cinq ans en aide directe, en allégements fiscaux et en incitations. Or, les chances de réussite sont extrêmement faibles.
Le fonctionnaire européen estime que de tels investissements sont impossibles à réaliser, c'est pourquoi le bloc continuera à s'appuyer sur l'approvisionnement interne et externe en puces. « Les chiffres que j'entends, en quelque sorte, les investissements initiaux pour être totalement autonome, cela rend la chose irréalisable, a déclaré Vestager dans une interview. Ce qui est important, c'est qu'il y a un niveau différent de capacité de production en Europe. »

Il convient de noter que l'Europe ne produit pas de smartphones ou de PC, deux types d'applications qui nécessitent des puces fabriquées à l'aide de technologies de fabrication de pointe. En revanche, l'UE produit des voitures, de l'électronique grand public et d'autres produits qui n'ont pas besoin de puces fabriquées à l'aide des derniers nœuds.

Intel a annoncé le mois dernier qu'elle avait obtenu un contrat pour des services de fonderie dans le cadre d'un programme du ministère de la Défense visant à soutenir la fabrication de semi-conducteurs de pointe aux États-Unis. Dans son argumentaire pour ce projet, Intel soutient que, « les États-Unis prennent du retard dans la fabrication des semi-conducteurs et le Congrès doit agir maintenant pour y remédier ». Dans le même temps, l'Union européenne souhaite développer la production de puces pour ces produits afin de protéger son économie. Elle ne veut pas non plus que les chaînes d'approvisionnement soient perturbées par la Chine ou par des tensions avec les États-Unis et l'Allemagne.

Actuellement, environ 10 % de l'offre mondiale de puces est produite en Europe, contre 40 % en 1990. L'objectif actuel du bloc est d'étendre sa part du marché mondial de la production de puces à 20 % d'ici 2030, ce qui est déjà un objectif très ambitieux car la fabrication de puces est en pleine croissance. Vestager admet que pour atteindre cet objectif, l'UE doit soutenir les fabricants locaux de semi-conducteurs. Malheureusement, Margrethe Vestager n'annonce aucun projet particulier pour le moment.

De nombreux pays encouragent les producteurs à ouvrir des usines, et l'Union elle-même promet des subventions aux investisseurs potentiels. Intel et TSMC explorent toutes deux le terrain pour ouvrir de nouvelles installations, mais il est peu probable que l'UE devienne un jour totalement indépendante des autres pays en matière d'approvisionnement en semi-conducteurs. C'est ce qu'affirme Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la concurrence. Toutefois, il serait possible pour l'europe de réduire la dépendance à l'égard d'un seul point de défaillance (Taïwan) au cours des dix prochaines années et il faudrait au moins essayer de le faire. La Chine s'y emploie, tout comme les États-Unis.Pourquoi pas l'Europe ?

« On a laissé à la Chine, à la Corée et à Taïwan le soin de continuer à progresser. Cela ne peut durer qu'un temps, jusqu'à ce que l'avantage que nous avons créé aux XIXe et XXe siècles s'évapore, et que nous devenions des colonies des nations technologiquement plus avancées. Apprenez vite le chinois à vos enfants, ils en auront besoin pour mieux servir leurs nouveaux maîtres dans quelques décennies », lance un internaute.

Et vous ?

Voir aussi :

Partagez-vous l'avis de Margrethe Vestager qui estime que l'indépendance dans le domaine des semi-conducteurs ne serait pas envisageable ?

« Environ 10 % de l'offre mondiale de puces est produite en Europe, contre 40 % en 1990 », qu'est ce qui selon vous explique cette chute de production ?

Voir aussi :



Intel vient de signer un important contrat de fabrication de puces avec le Pentagone, les États-Unis fournissaient 37 % des puces du monde en 1990, mais ce chiffre est tombé à 12 %

Intel va investir jusqu'à 80 milliards de dollars dans la fabrication de puces en Europe, dans un contexte de perte de vitesse face à ses rivaux asiatiques

TSMC augmente le prix des puces jusqu'à 20 % dans un contexte de pénurie d'approvisionnement, cette augmentation devrait se répercuter sur les prix des produits finis

Les dirigeants d'Intel, Nvidia et TSMC estiment que la pénurie de puces pourrait durer jusqu'en 2023, alors que l'industrie se hâte pour rapidement conjuguer cette crise au passé

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/12/2021 à 9:25
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Partagez-vous l'avis de Margrethe Vestager qui estime que l'indépendance dans le domaine des semi-conducteurs ne serait pas envisageable ?
Aucun pays n'est totalement indépendant, par exemple les USA ont besoin de la Chine et la Chine a besoin des USA.
L'important c'est de tendre vers l'autonomie, même si c'est inatteignable.
Plus on possède de savoir-faire, mieux c'est. Et il faut éviter la super-spécialisation à tout prix, car quand un composant est indispensable partout sur terre mais qu'il n'est fabriqué que dans une seule région, dès qu'il y a un petit problème dans cette région, il se répercute sur la terre entière.

L'UE devrait essayer de faire du bon protectionnisme union-européen. Mais ça n'arrivera pas, puisque la philosophie de l'UE c'est de signer des traités de libre échange avec tout le monde et importer le maximum de produits étranger.
Les union-européens ne sont que des consommateurs de produits US fabriqué en Chine…

On arrivera jamais à faire quelque chose d'aussi gros que la Taiwan Semiconductor Manufacturing Company, mais on peut quand même essayer.

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
« Environ 10 % de l'offre mondiale de puces est produite en Europe, contre 40 % en 1990 », qu'est ce qui selon vous explique cette chute de production ?
J'entends les pro UE, répéter les dogmes comme "L'UE nous rend plus fort", la réalité c'est autre chose…
7  1 
Avatar de Fagus
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/12/2021 à 11:05
On est vraiment en 2e division niveau technologie
Au niveau politique on doit être en avant dernière alors.

Puisqu'on est en passe de devenir des pays émergeants tous justes bons à acheter les merveilles d'outre-mer ou terre, on pourrait au moins agir comme eux (comme la Chine) : faire jouer à l'échelle européenne la concurrence entre les puissants, pour acheter leurs produits seulement s'ils sont produits dans des co-entreprises à majorité européenne, ce afin de reformer tout le personnel nécessaire aux chaînes de production.

Conviction politique ? Qu'attendre d'une Europe qui depuis 7 ans n'a pas avancé d'un iota sur la stratégie migratoire et qui délègue toute souveraineté en ce domaine et dans la plupart des domaines régaliens à des puissances concurrentes voire hostiles ? (On verse quand même un tribut à la Turquie pour délégation de service régalien, alors même qu'elle occupe militairement une partie de l'Europe (Chypre).). Qu'attendre d'une Europe qui veille à faire démanteler le complexe énergétique français par tous les moyens (merci à l'intense lobbying allemand).
5  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/12/2021 à 10:41
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
On est vraiment en 2e division niveau technologie.. et le pire c'est qu'on le sait et qu'on acte cela en prenant le risque d’être dépendant des US et de la Chine avec tout ce que ca implique (arrêtez de nous gonfler avec les droits de l'homme en Chine).
Le pire du pire, c'est encore que la France envisage d’équiper ses administrations avec des outils open source ! Est-on sérieux ?
Mais des outils open source sur Hewlett Packard.
0  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 03/12/2021 à 9:39
On est vraiment en 2e division niveau technologie.. et le pire c'est qu'on le sait et qu'on acte cela en prenant le risque d’être dépendant des US et de la Chine avec tout ce que ca implique (arrêtez de nous gonfler avec les droits de l'homme en Chine).
Le pire du pire, c'est encore que la France envisage d’équiper ses administrations avec des outils open source ! Est-on sérieux ?
1  3