IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

FAQ Hardware

FAQ HardwareConsultez toutes les FAQ

Nombre d'auteurs : 6, nombre de questions : 40, dernière mise à jour : 24 juin 2021 

 
OuvrirSommaireDisque dur

La différence est essentiellement en quatre points :

  • Débit de transmission de données (SATA est plus rapide)
  • Forme physique du connecteur (celui du SATA est plus petit)
  • Nombre de disques durs par câble (1 pour SATA et 2 pour PATA)
  • Longueur maximale des câbles (1m pour SATA et 45cm pour PATA)

La norme SATA permet un débit théorique très élevé qui peut atteindre 192Mo/s. La SATA-II arrive même à 300Mo/s théorique. Le SATA-III ateingnant un débit théorique de 768 Mo/s. Les fabricants ont d’ores et déjà annoncé une amélioration à 600Mo/s. Ceci est incomparable avec le débit obtenu avec les IDEs qui ne dépasse pas le 133 Mo/s en mode Ultra DMA. Les PC récents sont équipés de disques durs SATA.

SATA signifie Serial ATA, en opposition à PATA Parallel ATA, autre nom de l’IDE. Technologiquement, la différence se situe dans la façon dont les données sont transmises, en parallèle pour le PATA en série pour le SATA.

Mis à jour le 28 septembre 2007  par Baptiste Wicht

Il est à noter que le premier périphérique de démarrage est celui mis au début de la liste de “séquence de démarrage” dans le BIOS. Si vous avez deux disques dur sur la même nappe, la priorité sera donnée dans ce cas à celui en mode maître (master). L’autre doit être en mode esclave (slave). Si vous voulez booter sur ce dernier, vous devez le mettre en “maître” et l’autre en “esclave”.
Vous démontez le disque dur et, en vous basant sur l’étiquette sur le boîtier, vous changez la position des cavaliers comme décrit. Ensuite, vous redémarrez le PC, mais le disque dur de boot doit contenir un OS, sinon vous devrez en installer un !

Mis à jour le 28 septembre 2007  par Guardian
Le formatage d’un disque dur implique la perte de vos données !

Il existe plusieurs façon de formater votre disque dur. Généralement il est conseillé d’effectuer un formatage avant toute installation d’une nouvelle version du système d’exploitation.
Pour formater une partition vous pouvez :

  • Insérer une disquette de démarrage, booter dessus, taper la commande FORMAT C: (si vous voulez formater la partition C: ), valider par “Oui” (touche O ou Y). Cette technique obsolète n’est pratiquement plus utilisée.
  • Exploiter les fonctionnalités du CD d’installation des systèmes d’exploitation (Windows, Linux, etc. ) qui effectuent un formatage avant de débuter l’installation du système.
  • Utiliser les fonctionnalités de votre système d’exploitation qui vous permet de formater simplement un disque dur sans redémarrer. Cela implique bien entendu ne pas devoir formater la partition système.
Mis à jour le 28 septembre 2007  par Baptiste Wicht

Les disques Serial-ATA (SATA) ne sont parfois pas reconnus par le système d’exploitation.

Généralement, c’est parce qu’il est nécessaire d’utiliser un pilote. Vérifiez que vous avez bien installé les pilotes Serial-ATA fournis avec votre carte-mère afin que le système d’exploitation soit capable de prendre en charge les disques SATA.

Sinon, si vous avez perdu ce CD, vous pouvez consulter le site du constructeur du disque dur et télécharger le pilote nécessaire afin de l’installer.

Mis à jour le 30 septembre 2007  par Guardian

Deux techniques existent :

 
Sélectionnez
1.
2.
Créer une image du disque et l'installer ensuite sur le disque dur cible
Effectuer une copie disque à disque

Il est généralement conseillé de créer une image du disque dur source pour l’extraire sur le disque dur de destination. Mais une copie disque à disque est en général plus pratique si vous ne comptez pas garder l’image.

Pour faire cela, on peut utiliser différents logiciels :

  • Pour Windows :
    • DrvClonerXP (gratuit)
    • Partition Saving (gratuit)
    • DriveImage XML (gratuit)
    • Acronis (payant)
    • Norton Ghost (payant)
    • PC Cloneur (payant)
    • Perfect Image (payant)
  • Pour Linux :
    • G4U
    • KBackup
    • PartImage
    • La commande DD
Mis à jour le 31 octobre 2007  par Baptiste Wicht

Un RAID (pour Redundant Array of Indenpendent Disks) est une stratégie d’utilisation d’un ensemble de disques durs. Autrement dit, il permet d’offrir une abstraction à l’espace de stockage offert par plusieurs disques. Par conséquent (et suivant la stratégie appliquée), deux disques durs de 4 To pourront être vus par l’utilisateur comme un unique espace de stockage de 4 To dans lequel, les données seront répliquées (de manière transparente pour l’utilisateur) sur les deux disques.

Le RAID peut être contrôlé par un contrôleur matériel dédié ou par une couche logicielle.

Il existe plusieurs stratégies de RAID dont le but est soit :

  • d’optimiser les performances (RAID 0) ;
  • d’éviter la perte de données lors d’une panne d’un disque dur (RAID 1).
Certaines stratégies permettent un compromis entre résistance à la perte de données et performances.
Mis à jour le 6 juin 2020  par Alexandre Laurent

Le RAID 0 réparti les données sur les disques afin d’améliorer les performances. En effet, en découpant les données et en les répartissant sur les différents disques, la vitesse de lecture et d’écriture pourra être augmenté grace à une utilisation en parallèle des différents disques.

Par contre, cette stratégie ne tolère aucune perte de disque.

Mis à jour le 6 juin 2020  par Alexandre Laurent

Le RAID 1 duplique les données sur chacun des disques intégrant la stratégie. Ainsi, il faut que tous les disques tombent en panne pour provoquer une perte de données.

Une telle stratégie peut permettre des gains de performances lorsque plusieurs utilisateurs accède à des fichiers : chaque disque peut être utilisé séparément pour répondre aux demandes le plus rapidement possible.
Mis à jour le 6 juin 2020  par Alexandre Laurent

Le RAID 5 reprend le principe de la répartition des données sur les disques tout en écrivant une donnée de parité supplémentaire. Grâce à cette donnée supplémentaire, la stratégie RAID 5 supporte la perte d’un disque. Toutefois, cette stratégie nécessite un minimum de trois disques pour fonctionner.

Lors du remplacement d’un disque, il est nécessaire de reconstruire les données du disque remplacé. Cette opération nécessite de lire les données des autres disques de la stratégie et peut donc prendre un temps considérable.
Mis à jour le 6 juin 2020  par Alexandre Laurent

Le RAID 6 reprend le principe du RAID 5 mais en utilisant plus de données de contrôle. Par conséquent, cette stratégie nécessite au moins quatre disques et supporte la perte de deux disques.

Mis à jour le 6 juin 2020  par Alexandre Laurent

Le RAID 10 (ou RAID 1+0) a pour but d’obtenir les performances du RAID 0 (grâce à une répartitions des données) et la protection offerte par le RAID 1 (grâce à une duplication des données). Pour cela, la stratégie forme des paires sur lesquelles les données sont réparties. Les disques d’une même paire contient les mêmes données.

Cette stratégie nécessite donc un minimum de quatre disques pour voir obtenir des améliorations de performances. Il est aussi possible de l’appliquer sur deux disques, mais cela revient à mettre en place du RAID 1.
Mis à jour le 6 juin 2020  par Alexandre Laurent

Le RAID F1 est similaire au RAID 5 mais optimise la répartition des données afin d’obtenir un vieillissement différent des disques. Cette stratégie est donc intéressante pour les SSD.

Mis à jour le 6 juin 2020  par Alexandre Laurent

La stratégie JBOD (pour Just a Bunch Of Disks) ne fait qu’assembler les disques pour en assembler la capacité et ainsi offrir un espace de stockage équivalent à la somme de l’espace des disques.

Mis à jour le 6 juin 2020  par Alexandre Laurent

Le Solid State Drive (SSD) est un disque dur non mécanique, plus proche de la mémoire non volatile. Au niveau système, celui-ci sera vu et fonctionnera comme un disque dur classique.

Ce type de mémoire de masse est donné pour un nombre de lecture/écriture par cellule. Le TRIM permet de gérer les particularités de ce type de disque (répartition des écritures pour ne pas toujours écrire sur les mêmes blocs).

Les systèmes de fichiers récent comme BRTFS/ZFS sous Linux et APFS pour Mac OS (remplaçant le HFS+ sur les machines à disque SSD à partir de High Sierra) sont plus adaptés à l’utilisation des SSD de par leur utilisation du Copy-on-Write.

Mis à jour le 14 juin 2020  par Chrtophe

M.2 n’est pas un format de disque mais un connecteur sur lequel on peut brancher un disque, une carte Wifi. Le terme de disque M.2 est cependant couramment utilisé.

Un disque au format M.2 va ressembler à une barette mémoire.

Quelques particularités sont à savoir avoir ce type de disque :

  • Il existe plusieurs longueurs et plusieurs largeurs. Il vous faudra faire attention à ce que l’emplacement M.2 de votre carte mère puisse acceuillir le format que vous avez choisi.
  • Sur un connecteur M.2, vous pouvez brancher un disque M.2 SSD ou M.2 PCIe NMVe (et plus rarement Ultra M.2). Les performances et le prix ne seront pas les mêmes. Il est d’ailleurs possible qu’une carte mère ait un connecteur M.2 acceptant les deux interfaces ou un connecteur pour le M.2 SATA et un autre M.2 pour le M.2 PCIe. De plus, ce dernier peut déjà être occupé. Il est aussi possible de n’avoir qu’un seul connecteur n’acceptant que l’un ou l’autre.
Mis à jour le 14 juin 2020  par Chrtophe

Copyright © 2020 Developpez Developpez LLC. Tous droits réservés Developpez LLC. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents et images sans l'autorisation expresse de Developpez LLC. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.