IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Plus aucun disque dur ne sera vendu après 2028 »
D'après Shawn Rosemarin, vice-président R&D au sein de l'entreprise Pure Storage qui fournit des services de stockage cloud 100 % flash

Le , par Olivier Famien

24PARTAGES

16  0 
En raison de sa vitesse élevée, sa durée de vie constamment améliorée et sa faible consommation, la mémoire flash est, à bien des égards, préférée par les utilisateurs et les entreprises par rapport aux disques durs traditionnels. Récemment, Shawn Rosemarin, vice-président R&D au sein de l’unité Customer Engineering de l’entreprise américaine Pure, a donné une interview dans laquelle il déclarait que « plus aucun disque dur ne sera vendu après 2028 ». Même si la tendance actuelle est favorable aux SSD, sachant que 2028 n’est que dans cinq ans, cette déclaration n’est-elle pas a minima trop osée, voire trompeuse ? Ou va-t-on effectivement assister à la disparition des disques durs dans quelques années pour laisser place aux mémoires flash comme ce fut le cas pour les disquettes avec les clés USB ?

Le disque dur est une mémoire de masse à disque rotatif magnétique. Il a été inventé vers la fin de l’année 1955 par Reynold Johnson, un ingénieur d’IBM. Le premier système de disque dur se nomme le RAMAC (Random Access Method of Accounting and Control). Il pesait une tonne et utilisait cinquante disques magnétiques de 24 pouces tournant à 1200 tours par minute avec deux têtes de lecture-écriture pour accéder rapidement aux fichiers. Mais c’est en 1956 qu’IBM a présenté le premier disque dur commercial, le RAMAC 350. Aujourd’hui encore, tous les lecteurs de disques sont fondés sur les principes développés par Johnson. En voyant les caractéristiques des premiers disques durs, l’on peut se faire une idée de l’évolution que ce dispositif de stockage a connue au fil des années tant au niveau de sa taille, de sa capacité, de ses performances, de son interface de connexion que de son prix afin d’être adoptée par l’industrie informatique.


Mais depuis l’arrivée des SSD, la part de marché des disques durs a considérablement baissé. Il faut noter que malgré plusieurs avantages que l’on reconnaît au disque dur, ce dispositif de stockage intègre également plusieurs défauts. Par exemple, vu qu’il est constitué d’un ou de plusieurs plateaux pour l’écriture des données, un choc même léger peut occasionner des égratignures sur la surface magnétique et donc détériorer les éléments d’accès du disque qui au final se soldera par une perte de données. À l’inverse, le fait que les SSD sont dépourvus de partie mécanique fait qu’ils sont résistants aux chocs.

En plus du risque élevé de perte de données, il est rapporté que la consommation d’énergie des disques durs oscille entre 15 et 30 W en charge maximale là où un SSD SATA consommerait jusqu’à 5 W et un SSD M.2 environ 7 à 8 W sous une charge élevée. Enfin, une des caractéristiques qui pousse les utilisateurs et les entreprises à opter pour les SSD au détriment d’un disque dur traditionnel est la performance. En effet, là où un disque de 7200 rotations par minute fournira une vitesse de lecture-écriture d’environ 160 Mb/s, un SSD SATA offrira une vitesse comprise entre 200 et 500 Mb/s. En sus, ces vitesses peuvent facilement monter avec un SSD NVMe m.2 pour atteindre les 5000 Mb/s.


Toutefois, tous ces avantages des mémoires flash ne doivent pas occulter le fait qu’elles comportent également des inconvénients. En effet, les puces des mémoires flash ont un nombre limité de cycles d’écriture, ce qui fait que ces mémoires ont une obsolescence programmée. Après un certain volume d’écritures, des pannes apparaîtront ce qui pourrait conduire en des corruptions de données. Au niveau des disques durs, l’on n’a pas ce problème si le plateau est de bonne qualité. C’est pourquoi les entreprises qui mènent des activités nécessitant l’écriture de gros volumes de données privilégieront les disques durs traditionnels au détriment des SSD. Par ailleurs, les mémoires flash sont fortement exposées aux corruptions de données notamment en cas de coupure inopinée de l’alimentation. Enfin, même si le prix des SSD au gigaoctet a considérablement baissé depuis les années 2010, il reste tout de même bien plus élevé que celui des disques durs. Malgré ces inconvénients, les consommateurs ont plus tendance à se tourner vers les SSD au détriment des disques durs.

C’est fort de ce constat que Shawn Rosemarin qui travaille chez Pure Storage, une entreprise américaine qui fournit des produits matériels et logiciels de stockage de données 100 % flash, déclarait récemment que « plus aucun disque dur ne sera vendu après 2028 ». Comme raison de l’abandon de ce dispositif de stockage, le vice-président de Pure Storage évoque les coûts et la disponibilité de l’électricité ainsi que la baisse du prix du stockage du NAND par téraoctet. Selon Rosemarin, « le déclencheur ultime ici est l’énergie. Cela dépend essentiellement du coût de l’électricité. Pas de la baisse du coût des SSD et des DFM de Pure tombant en dessous du coût des disques, bien que cela joue un rôle ». En poursuivant l’interview, Rosemarin s’est fait mieux comprendre en déclarant que son « PDG, lors de nombreux événements récents, a déclaré que 3 % de l’énergie mondiale se trouvent dans les centres de données. Environ un tiers de cela est du stockage. Et presque tout le stockage est constitué de disques en rotation. Donc, si je peux éliminer le disque en rotation, et que je peux passer au flash, et que je peux essentiellement réduire la consommation d’énergie de 80 ou 90 % tout en déplaçant la densité par ordre de grandeur dans un environnement où les prix NAND continuent de baisser, tout devient évident que les disques durs disparaissent ».

Pour ce qui concerne le prix de l’électricité, Rosemarin pense que « quand ils montent, ils descendent très rarement, voire jamais… » « On m’a souvent demandé si je pense que le coût de l’électricité va baisser avec le temps. Et, franchement, bien que je le souhaite et je pense qu’il existe des technologies comme le nucléaire qui pourraient nous aider au fil du temps, je pense qu’il nous faudra plusieurs années pour y arriver », renchérit-il. À cela, le vice-président Pure Storage ajoute que « la disponibilité de l’électricité va devenir un facteur dans l’implantation ou l’expansion des centres de données, pas seulement le prix ». Pour mieux se faire comprendre, il explique qu’« aujourd’hui, il est économiquement impossible pour de nombreux clients de faire fonctionner l’intégralité de leur parc avec des disques durs. Mais cela deviendra en fait impossible. Vous serez en fait limité du point de vue de la densité et de la consommation d’énergie quant à la quantité de données que vous pouvez réellement prendre en charge ». Il continue en affirmant que « quand on pense à la quantité de fichiers vidéo et audio qui seront créés par l’IA au cours des prochaines années, je ne suis même pas sûr que chacune de nos projections sera même dans le domaine du caractère raisonnable de l’endroit où nous allons réellement nous retrouver ». En somme, avec l’IA et la génération de contenus d’un nouveau genre, le problème de consommation d’électricité risque de s’aggraver considérablement. Si cela se produit, les entreprises qui gèrent les centres de données devront se résoudre à remplacer leurs baies constituées de disques durs par des SSD tout en acceptant les inconvénients et les limites que cette technologie comporte.


Cependant, il n’y a pas que Rosemarin ou Pure Storage qui s’est prononcé sur l’utilisation des disques durs ou des mémoires flash. En 2021, le fournisseur de disques durs Seagate a déclaré que le SSD ne tuerait certainement pas les disques durs. En outre, en 2020, Infinidat, StorONE et VAST Data, ont déclaré que les baies 100 % flash, même lorsqu’elles sont étendues avec la vitesse NVMe-over-Fabrics, sont une impasse tout en rappelant que le coût à l’échelle du pétaoctet est prohibitif et la mise en cache DRAM rend les baies avec disques durs plus rapides que les baies 100 % flash. Enfin, il faut souligner que Pure Storage étant un fournisseur de solutions cloud 100 % flash, la déclaration-choc de son vice-président Rosemarin n’est-elle pas faite pour attirer les projecteurs sur son entreprise qui fournit déjà des solutions de stockage 100 % flash ?

Source : Twitter

Et vous ?

« Plus aucun disque dur ne sera vendu après 2028 », mythe ou réalité ?

Quels commentaires faites-vous de la déclaration du VP de Pure Storage ?

Pensez-vous qu’un jour les disques durs disparaîtront comme c’est le cas pour les disquettes depuis plusieurs années ?

Voir aussi

Les disques durs de plus de 30 To pourraient arriver beaucoup plus tôt que prévu, un fabricant japonais de plateaux de disques durs annonce leur arrivée pour fin 2023
Seagate annonce Mach.2, une technologie de disque dur à double actionneur développée en collaboration avec Microsoft, Exos 2X14 est le premier DD à intégrer la technologie
Les SSD seraient plus fiables sur le long terme que les disques durs, d’après une étude de fiabilité sur 5 ans de Backblaze
Les disques durs SSD de 1 000 To pourraient devenir monnaie courante d’ici 2030, grâce à la technologie NAND à 1 000 couches de Samsung

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de foetus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/05/2023 à 8:02
Le bonhomme ne parle pas du prix : en gros [pour des NVMe], 80 - 150 €uros pour 1 To, 180 - 280 €uros pour 2 To et > 450 €uros pour 4 To.
Et il me semble que les 2-3 modèles 8 To sont tous en QLC.
Mais bon, apparemment la majorité des utilisateurs ne stockent presque plus rien et utilisent beaucoup les services streaming - cloud - tube - …

Cela fait fonctionner le business … et si tu n'es pas content, il reste les SSDs SATA (que je trouve trop cher)
1 gros Seagate EXOS X18 18 Go c'est 350 €uros (et c'est 1 disque dur CMR/ PMR)
Et on peut parler de l'"over-provisioning" qui bouffe entre 7 et 20% du disque dur.

Et le deuxième problème selon moi, ce sont les cartes mères (C.M.). Avant tu avais 1 dizaine de ports SATA. Maintenant, il faut que les constructeurs pensent à mettre 2 à 4 SSDs NVMe dessus.
Conséquence pour le C.M. : les prix augmentent, le "layout" est dégeu (il faut démonter la carte graphique pour avoir accès à son SSD), et si tu veux soit 1 refroidissement double-face soit la dernière norme (PCI-Express 5) tu payes encore plus.
Avec 1 réduction drastique des ports SATA (à peu près 4) parce qu'ils ne servent plus à grand chose … et qu'Intel fait toujours le rat sur le nombre de lignes PCI Express en 2023 (dans le processeur et dans le chipset)

Cela fait fonctionner le business des cartes mères.
7  0 
Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/06/2023 à 14:28
Plus aucun après 2028 ? je me met un rappel dans mon agenda pour ping l'annonceur de cette formidable nouvelle bidon et savoir quelle est son échéance suivante
4  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 25/05/2023 à 8:33
Pourquoi prend on encore des disques mécaniques ? Pour une question de prix. Le prix des SSD 1To a baissé et est devenu abordable, rendant les HDD non supérieurs à 1To inintéressant.

Les prix devraient continuer à baisser.
2  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 25/05/2023 à 8:41
Un vrai Nostradamus en puissance, non ?

4 ans en informatique est presque un siècle et oui, il est fort à parier que les technologies mécaniques seront de plus en plus rares (car cher à fabriquer). De plus, si ça permet de justifier une hausse des prix, c'est bien venu pour les constructeurs, même les fabricants d'appareils photo l'ont compris avec les "mirrorless", la mécanique est complexe et cher à produire (quand elle doit être de précision et fiable) supprimons-là et justifions cette suppression par une grosse évolution technologique et le tour est joué (il y avait des mirorless bien avant, que l'on appelait hybrides, et ils étaient moins chers et considérés bas de gamme par rapport aux reflex. Aujourd'hui, on a fait passer la pilule du prix en disant que c'est haut de gamme et bingo !).

Alors, je ne sais pas s'il sera impossible de trouver un DD à plateau en 2028, mais ça ne devrait plus tarder à arriver. Probablement même, restera-t-il des disques à plateau pour les marchés de niche. Et je ne me foule pas en disant ça, c'est la logique des choses. Non, pas de mythe, juste de la jugeote !
2  0 
Avatar de ManPaq
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/06/2023 à 5:16
petitours: non seulement on est en pleine baisse (électricité NDT), mais en plus elle est super forte et ce n'est pas la première fois que ça arrive
Cette statistique représente l'évolution de l'indice des prix à la consommation (IPC) de l'électricité en France de mars 2018 à avril 2023. Selon l'INSEE, l'IPC a augmenté jusqu'en novembre 2022. L'IPC passe de 114,96 en mars 2020 à 132,35 en septembre 2022, avant de diminuer légèrement en décembre 2022. Il a cependant remonté jusqu'à atteindre un pic en avril 2023 à 140,9.

l'usage prévaut dans le choix du disque actuellement et pour des raisons davantage tournées sur la fiabilité: baie NAS, serveur, pc individuel où respectivement sont privilégiés stabilité et redondance, flexibilité et accessibilité, souplesse et rapidité, choix qui va déterminer le type de disque (composite).
La dissipation de la chaleur peut être un facteur déterminant ou le prix de l'électricité, celui de la RAM éventuellement.

Je reste néanmoins surpris par la durée de vie du SSD que l'on donnait comme courte par rapport aux HDD et les solutions hybrides me semblent convenables.
Sur mon PC, les SSD semblent évoluer comme les HDD mais le NVme semble vieillir plus vite, mais comme l'indique si bien foetus, son emplacement au revers de la carte mère n'est pas judicieux.
1  0 
Avatar de Gluups
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 16:34
Citation Envoyé par bathrax Voir le message
Quel nigaud alors ! Pour qu'on puisse se passer de disques durs et utiliser un cloud à la place, il faudrait d'abord qu'on ait tous une ligne internet à ultra haute vitesse, ce qui est loin d'etre le cas !!!!!!
Si j'ai bien suivi, il propose de remplacer les disques durs par des SSD.

Quand il sera opérateur télécom, peut-être qu'il proposera le recours au cloud.
1  0 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 31/05/2023 à 19:54
" Pour ce qui concerne le prix de l’électricité, Rosemarin pense que « quand ils montent, ils descendent très rarement, voire jamais… »" c'est là que j'ai décroché, quel âne ce monsieur ! non seulement on est en pleine baisse, mais en plus elle est super forte et ce n'est pas la première fois que ça arrive.

A ce stade là je ne l'ai pas vu parler de prix or si les gros SSD restent >> en prix par rapport au disques durs alors on continuera à acheter des disques durs (ou pas)
0  0 
Avatar de bathrax
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 31/05/2023 à 23:18
Quel nigaud alors ! Pour qu'on puisse se passer de disques durs et utiliser un cloud à la place, il faudrait d'abord qu'on ait tous une ligne internet à ultra haute vitesse, ce qui est loin d'etre le cas !!!!!!
1  1 
Avatar de vivid
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/06/2023 à 8:49
Twitter ; le PMU d'antan, sans ces avantages !
0  0 
Avatar de TotoParis
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 03/01/2024 à 10:31
On verra bien. Mais vu seule la fiabilité doit être prise en compte.
0  0